7 – La sagesse des anciens

Posted by

Dernièrement, j’ai compris quelque chose d’important. Enfin, d’important pour moi … Mais peut-être le sera t’il aussi pour vous ?

Je vais commencer par quelques phrases un peu bateau, du genre « L’expérience des uns ne sert pas souvent  aux autres » ou bien « Le papillon est tellement attiré par la lumière qu’il s’en brûle les ailes » ou encore « Les voies du seigneur sont impénétrables » ou même « Chacun choisit son destin ».

Bref, comme vous le voyez, ces phrases mises bout à bout ne veulent pas dire grand chose à première vue et pourtant …

Depuis que le monde est monde, les générations se suivent et commettent  les mêmes erreurs. Oh ! bien sûr, elles sont différentes dans les faits. Mais dans le fond ? Un jour, un homme s’est brûlé la main avec le feu. Il a hurlé, s’est soigné comme il a pu avec les herbes et la terre, et a gardé une cicatrice toute sa vie. Chaque fois qu’il regardait sa main il se souvenait de la grande souffrance que ce feu –pourtant béni- lui avait procuré. Aussi, bien sûr, à chaque fois qu’une personne, jeune ou vieille, s’approchait du feu il ne pouvait s’empêcher de la prévenir du danger. Que ce soit par des grognements, des gestes ou des paroles il lui faisait comprendre, preuve à l’appui, combien le feu brûle si l’on s’en approche trop !

Certains l’écoutaient, inquiets devant sa main déformé par ce feu. D’autres au contraire, souvent de jeunes prétentieux, haussaient les épaules devant ce pleutre maladroit et s’approchaient de plus en plus près pour lui montrer que –eux- ils étaient bien plus malins et plus forts que lui ! Certains arrivaient à frôler ce feu sans se brûler mais nombreux étaient ceux qui perdaient une main, un pied, une joue …

Ce sont bien souvent ceux là, d’ailleurs, qui ensuite pleuraient sur leur sort et reprochaient à cet homme de n’avoir pas assez insisté sur le danger du feu !!

Et c’est ainsi que le monde avance technologiquement mais si peu humainement : les hommes font, défont et refond encore et toujours les mêmes erreurs et « se brûlent les ailes » jusqu’à ce qu’ils arrivent à l’âge où ils comprennent, bien souvent un peu tard, qu’ils auraient pu vivre bien plus heureux s’ils avaient écouté « l’ancien » qui leur parlait avec son expérience mais … l’expérience des uns ne sert pas souvent aux autres.

Les voies du seigneur sont donc tout à fait impénétrables ! Car pourquoi permettre à tous (ou presque) d’avancer dans la vie, d’accumuler une somme non négligeable d’expériences plus ou moins malheureuses et traumatisantes, de prendre conscience de nos erreurs (dans le meilleur des cas), parfois de rectifier le tir et même de guérir pour ne pouvoir faire partager toute cette « sagesse » avec les plus jeunes et leur éviter le même chemin tortueux ?

Pourquoi ?

Bien souvent, en effet, nous ne pouvons qu’être spectateur impuissant devant  ceux et celles qui ne veulent pas entendre, ou qui ne peuvent comprendre, que « chacun choisit son destin » et qui préfèrent rester dans leur chaos intérieur plutôt que de demander l’aide de personnes plus expérimentées.

Voilà donc ce que j’ai compris dernièrement : les dictons et les phrases « bateaux » sont bien souvent très justes. Ils sont nés de la sagesse des anciens qui savaient, eux, que les hommes tournent en rond.

3 comments

  1. Oui, en effet au fil des générations l’homme accumule des connaissances techniques mais n’apprend jamais rien au niveau de la sagesse et de la vie. Tout est toujours à réinventer et à expérimenter par soi-même. Nous sommes pourtant persuadés que nous ferons mieux que nos parents! C’est hélas rarement vrai….
    La liberté est probablement à ce prix.

  2. Yves,

    je me suis souvent posée la question : pour quelle raison alors que bien souvent des parents, des personnes avec plus d’expérience nous ont informé, donné des enseignements sur des « erreurs » à ne pas commettre, ces dernières étaient tout de même faite.

    C’est un phénomène assez étrange et perturbant puisque nos parents ont fait la même chose avec leur parents et ainsi de suite.

    Et bien, après avoir tourné et retourné, je ne pense pas que c’est parce que nous nous croyons plus malins que nos parents ou que nous ne voulons pas entendre la sagesse de la vie, mais plutôt que nous ne pouvons pas faire autrement !

    Il semblerait que tant que l’être humain n’a pas tout simplement expérimenté lui-même la chute, on aura beau l’avertir, la lui expliquer, il ne la comprendra pas.

    Ne serait-ce pas un phénomène de passage / un stade obligé dans le développement psychique ? C’est une question qui mérite d’être creusée plus avant ou qui peut-être l’a déjà été.

  3. le plus perturbant, c’est que nous passons une vie à apprendre à gérer nos erreurs par nous mêmes et lorsque nous croyons avoir compris, c’est la fin et quand on revient, on ne se rappelle de rien et on recommence à zéro

Laisser un commentaire