Les Roms

Posted on septembre 3, 2010 par

1



 

                        Dans mon enfance on les appelait les Romanichelles parce qu’ils venaient de Roumanie, tandis-que les Bohémiens provenaient de Bohème et les Gitans d’Andalousie. Les Roms font l’objet aujourd’hui d’un feuilleton estival qui permet une nouvelle fois aux français de s’insulter. Les rôles sont bien distribués comme à l’accoutumée : les autorités tentent de mettre de l’ordre dans les campements et les biens-pensants, la main sur le cœur, s’offusquent bruyamment, mais ne vont pas jusqu’à proposer d’installer les roulottes dans leur jardin ! Les partis politiques, qui ne savent rien faire d’autres que souffler sur les braises, tentent de tirer partie de la polémique pour faire parler d’eux. Existe-t-il en France un seul sujet dont on puisse parler sans s’invectiver ?

Voyons le problème calmement. Nul ne peut nier que la situation de certaines familles Roms est particulièrement précaire et l’on ne peut rester indifférent à la détresse humaine, surtout quand elle est à notre porte. Le mode de vie de ces populations est de plus en plus difficilement compatible avec les exigences de nos sociétés modernes. Les Roms voudraient maintenir leur culture, et on les comprend, mais ils sont de plus en plus nombreux et leur présence peut localement poser des problèmes avec les populations locales qu’il faut comprendre aussi.

Il ne faut cependant pas être trop angélique. Les Roms, comme beaucoup de ceux que l’on nomme pudiquement « les gens du voyage » sont des populations atypiques, culturellement allergiques au travail tel que nous le concevons dans les populations sédentaires et qui peut les en blâmer?. Notre animosité à l’égard des Roms n’est peut-être qu’une expression de notre jalousie.  Ce n’est pas leur faire injure de dire qu’ils sont généralement plus doués pour jouer de l’accordéon et lire dans les lignes de la main  que pour pointer à l’usine. On ne renie pas sa culture…Mais puisque les gens du voyage ne travaillent pas, et ils le revendiquent haut et fort, comment font-ils pour vivre ? A première vue et sans effort d’imagination je vois trois alternatives : la mendicité, le vol ou le trafic de drogues. Ces trois activités, certainement très nobles au demeurant, peuvent être conjointes et se complètent bien. Dire que les Roms pratiquent volontiers la mendicité et le vol ne constitue nullement une insulte puisque ces activités ne sont ni tabous ni répréhensibles dans leurs communautés.

Lorsque les gens du voyage sont logés dans des caravanes de luxe, tractées par de grosses cylindrées derniers modèles, il n’est pas besoin d’être Sherlock Holmes pour en déduire qu’ils ne vivent pas que de mendicité et de rempaillage de chaises ! Les Roms traversent désormais facilement les frontières et personne ne va voir ce qui se cache sous les jupes amples des mammas . Le trafic de drogue est très lucratif. Ceci étant dit, les Roms sont tout à fait respectables et attachants ; ce n’est pas parce qu’ils ne se comportent pas tout à fait comme les populations sédentaires qu’il faut les mépriser ou les maltraiter. Leur situation est parfois tragique.

 On peut aussi se poser la question de savoir pourquoi les Roms affectionnent tant la France ? Il faut savoir que celle-ci, dans un élan méritoire de générosité, a crée ce qu’elle nomme lyriquement « la couverture santé universelle ». Le mot universel dit bien ce qu’il veut dire et n’a pas échappé à tout le monde. Il suffit de se présenter à l’hôpital et dire que l’on est malade ; cette noble institution vous prend en charge sans discuter. Il est vrai que les français sont riches, du moins ils le croient, ce qui leurs permet d’être généreux.

Partant de là, que faire ? Voici une proposition que je fais aux français et qui en vaut bien d’autres : Puisqu’une large part de l’opinion s’offusquerait du démantèlement des campements Roms, il conviendrait que les communes dont la population est majoritairement en faveur de l’accueil des Roms se fassent connaître, le reste suivra tout naturellement. Il est donc inutile de se quereller et encore moins de s’injurier. Puisque tant de gens croient dans les vertus de la démocratie, organisez des consultations populaires au niveau local et laissez le peuple choisir. Ce problème étant réglé il faudra que les français trouvent un autre sujet de dispute, mais heureusement pour eux, ils n’en manquent pas !

Mais dire que ceux qui acceptent volontiers les Roms sont des anges et que ceux qui n’en veulent pas sont des démons est sans doute excessif. La vérité c’est qu’en théorie tout le monde est d’accord pour accueillir largement les Roms et qu’en pratique on les envisage davantage chez les autres que chez soi !

Posted in: Sociétés