862 – BUREAUCRATIE ET TECHNOSTRUCTURE

Publié par

Toute société humaine a besoin d’être organisée et plus elle devient complexe plus sa structure devient lourde. Mais, aujourd’hui, certaines sociétés sont asphyxiées et écrasées par une technostructure tentaculaire…

Je me suis souvent interrogé sur les raisons pour lesquelles certains pays devenaient riches, tandis-que d’autres sombraient dans la pauvreté. De même, pourquoi certaines sociétés commerciales ou industrielles supplantent les concurrentes ? Pourquoi une organisation libérale privée est plus performante qu’une organisation étatique ?

En Europe, par exemple, certains pays sont beaucoup plus performants que les autres, alors qu’ils disposent les uns et les autres d’atouts comparables. Pourquoi les pays nordiques sont beaucoup plus performants que les pays du sud qui bordent la Méditerranée ?

L’étatisme

Il se trouve que je navigue entre différents pays européens et principalement l’Italie, la France, l’Espagne et la Suisse qui sont proches géographiquement et culturellement mais très différents sur le plan des performances économiques et sociales.

Je remarque tout d’abord le poids excessif de l’État dans les trois pays méditerranéens avec une administration brouillonne, tatillonne, mal organisée et pléthorique. Ces pays partagent la croyance que le bonheur des peuples, et le succès, sont proportionnels au nombre de fonctionnaires. Alors que c’est précisément le trop grand nombre d’employés et de services pour faire les mêmes tâches, qui rendent la machine administrative inopérante…

Sur le plan de l’étatisme, la France occupe sans doute la place d’honneur avec de multiples strates qui s’entassent pêle-mêle et interfèrent les unes avec les autres, ce qui freinent l’efficacité générale et sème la confusion. La suppression d’au moins un million de fonctionnaire rendrait l’administration française beaucoup plus efficace.

L’autre paramètre est l’organisation dans la répartition et l’exécution des tâches. Il y a trois mots que l’administration des pays méditerranéens ne connait pas : efficacité, rapidité et rentabilité. Sur ce point de la désorganisation j’attribuerais volontiers la palme à l’Italie où l’on atteint des sommets dans un univers kafkaïen !

Centralisation et verticalité

Le grand débat tourne autour de la verticalité du pouvoir. Un pouvoir central fort, et vertical, est-il plus ou moins efficace qu’un pouvoir décentralisé et capable de déléguer certaines responsabilités aux régions, par exemple ?

Dans le premier groupe du pouvoir Jacobin, on trouve naturellement la France, puis à un degré moindre l’Italie. Je reviendrais plus loin sur ce mal français. Dans le deuxième groupe des pays décentralisés et régionalisés on peut citer des pays aux parcours économiques très différents : l’Allemagne, la Suisse et l’Espagne. Si le fédéralisme réussit très bien aux deux premiers de la classe, il réussit beaucoup moins bien à l’Espagne qui est empêtrée dans un régionalisme mortifère où chacun tire à hue et à dia ! Certaines provinces vont jusqu’à réclamer l’indépendance !

J’attribuerais les difficultés de l’Espagne sur le plan des institutions à un État central mal organisé et à une distribution des compétences mal harmonisée. Je crois que la grande erreur du pouvoir central espagnol vient du fait qu’il a négocié, sous la contrainte du chantage, des délégations de pouvoir différents suivant les Provinces. Il s’agit donc d’un fédéralisme bancal, mal organisé, et une distribution des pouvoirs mal répartie !…

La France reste réfractaire à la décentralisation. Quand l’État laisse les Maires acheter le chapeau du garde-champêtre, il veut contrôler l’appel d’offre ! Les Régions n’ont aucune autonomie véritable et la régionalisation consiste à dupliquer les instances nationales au niveau local, mais en laissant l’autorité au niveau national… jusqu’au jour où tout va s’écrouler !

La bureaucratie

L’excès de bureaucratie est le mal le plus insidieux qui menace toutes les organisations humaines et c’est sans doute là que se situe la plus ou moins grande efficacité économique des nations.

La recherche de la plus grande efficacité au moindre coût, c’est ce qui se pratique en permanence dans les entreprises privées performantes et dans certaines organisations étatiques, telle la Suisse qui n’est pas riche par hasard…

La faillite du système de santé français, auquel nous assistons en live, est due principalement à un excès de bureaucratie qui a atteint le sommet du ridicule. Fallait-il que le Ministère de la Santé ponde un document de 45 pages pour expliquer au personnel médical comment il fallait s’y prendre pour vacciner la population ?

Je ne vais pas énumérer ici toutes les bévues, les erreurs, les désinformations et les confusions auxquelles les français ont été soumis depuis un an, mais je soulignerais seulement qu’elles traduisent une désorganisation totale du système : trop de fonctionnaires, trop de services, trop d’institutions !

Pour vous en convaincre, je vous donne ci-dessous une liste des différentes institutions qui ont autorité pour donner leurs avis et directives :

            Ministère de la Santé

            Direction Générale de la Santé

            Direction de la Santé Publique

            Santé Publique France

            Direction de la Haute Autorité de Santé

            Directions des Agences Régionales de Santé

            Direction de l’Agence Nationale Sanitaire

            Direction de l’Alliance Nationale pour les Sciences de la vie et de la Santé

            Agence Epidémiologique-France

            Centre National de Recherche Scientifique en Virologie Moléculaire

            Agence Nationale de Sécurité du médicament et de la Santé

            Conseil Scientifique de la Présidence de la République

            Haut-commissariat de lutte contre les Épidémies

            Haut-conseil de veille sanitaire

            Agence Nationale de Sécurité de Logistique Médicale

            Et enfin, le dernier en date que l’on vient de baptiser :

            Le Haut-conseil d’orientation pour la stratégie Vaccinale !

Faut-il en rire ou en pleurer ? Vous comprenez maintenant pourquoi c’est la pagaille !

Il serait grand temps de mettre un grand coup de pied dans la fourmilière… D’autant que ceci n’est qu’un exemple, c’est la même chose à tous les échelons de l’administration et dans l’ensemble des différents domaines.

Comment imaginer qu’un pays, qui empile un tel nombre de technostructures bureaucratiques, puisse se développer harmonieusement et assurer l’avenir d’une nation ? 

Savez-vous que la France compte 93.000 administrations qui peuvent dépenser de l’argent publique ?

La révolte ou la réforme ?

J’ai toujours été étonné de la passivité des peuples par rapport aux gabegies de l’État. On pardonne tout à l’État, mais rien aux Politiques ! Ce sont en effet les élus qui font les lois et qui créent ces myriades d’institutions étatiques au nom ronflant : Haut-comité, Haut-conseil, etc… où ils placent les copains, bien au chaud, lorsqu’ils ont été recalés aux élections !

Sauf exception, les politiques sont assez incompétents et c’est souvent leur incompétence qui les mène à la politique. Sans talent et sans compétence particulière, il ne leur restait plus que la politique comme planche de salut. La meilleure preuve de leur incompétence, c’est qu’ils passent d’un ministère à l’autre, d’un domaine à l’autre, où ils restent juste le temps de préparer leur prochain point de chute…

Ils ont appris à naviguer en eaux troubles, à polémiquer, à ourdir des coups, à trahir leurs amis, mais ils sont sans conviction profonde, sans vision et ils n’ont aucune idée de l’efficacité et aucun sens de l’organisation. Si un problème survient, ils créent un nouveau « Haut-comité » qui va se charger de faire oublier le dit problème… c’est tout ce qu’ils savent faire…

Il nous reste la révolte ! Une révolte pacifique bien sûr, car je n’ai jamais été favorable au chaos qui ne profite qu’aux médiocres. La révolution est destructrice, la révolte pacifique peut être constructive. Mais il va falloir secouer le cocotier très fort !

Le décrochage français

La réforme de l’État est donc une chimère. Le présent gouvernement avait créé le Comité Action Publique France, une sorte d’armée mexicaine qui était chargée de réfléchir à la réforme de l’État, « on a mis de la bureaucratie pour s’occuper des bureaucrates » relève Philippe Aghion, professeur au Collège de France… Mais l’État n’est réformable que si on lui impose le dépouillement et le renoncement à certaines prérogatives.

La vraie réforme, efficace, rapide et économique, reviendrait à confier à des sociétés privées la gestion de nombreuses tâches actuellement en charge de l’État, à commencer par la santé. Par exemple, une vaste campagne de vaccination pourrait être entreprise par une grande multinationale, comme Amazon ou Accor, avec plus d’efficacité, de rapidité et de rentabilité. Au lieu de cela, il fut créé un « Haut-conseil d’orientation pour la stratégie vaccinale », autrement dit les politiques mettent en œuvre l’esbroufe et l’inefficacité !

De son côté, la gestion hospitalière privée serait plus performante et moins couteuse si elle était confiée à des intérêts privés, en compétition les uns avec les autres. J’ai déjà prévu que la France s’écroulera sous le poids de son administration et, en particulier, de son système de santé particulièrement dispendieux pour une efficacité médiocre, comme il arriva à l’Union Soviétique en son temps.

Le constat est aussi accablant en ce qui concerne la recherche scientifique et l’enseignement secondaire et supérieur. Aucune université française ne figure dans le classement de Shanghaï des 50 premiers établissements mondiaux ! La recherche en biotechnologie, qui est la voie du futur en matière de santé, est à la traine et sans moyen financier. Les Universités répugnent toujours à collaborer avec l’industrie privée. Les universitaires sont brimés dans leur capacité d’entreprendre et d’innover ; ils sont sous les fourches caudines de technocrates incompétents et tatillons. Les français semblent tellement obnubilés par l’égalité, qu’ils préfèrent la médiocrité pour tous que l’excellence pour les meilleurs !

La France manque d’ambition pour le futur mais subventionne largement l’assistanat, l’incompétence et le manque de dynamisme. C’est ainsi que 32% de son produit intérieur brut est dilapidé à fond perdu en aides sociales diverses, toutes catégories confondues. Après cela, il ne reste rien pour ceux qui veulent bâtir le futur. Ceux-là partent alors pour l’étranger, comme le patron de Moderna dont on parle beaucoup en ce moment.

L’absence de la France dans la course au vaccin anti-covid illustre parfaitement ce que je viens de dire. La France, rongée par son administration, sa bureaucratie et sa technocratie, a décroché irrémédiablement des pays industriels qui vont compter dans le monde de demain.

Parmi les pays européens qui bordent la Méditerranée, la France se remarquait par sa capacité d’innovation et d’organisation, devant l’Italie et l’Espagne. Elle a désormais rejoint le peloton de queue des nations européennes. Il n’est pas exclu qu’ils se retrouvent tous au niveau de la Grèce, afin de clore le pourtour méditerranéen et ils pourront continuer de se moquer du modèle Suisse, qui cumule les avantages d’un système fédéral, d’une démocratie directe et d’une administration légère, mais compétente et bien organisée. Rien n’arrive par hasard !

Si vous n’êtes pas encore abonnez à Chronique-Libre, n’hésitez pas à le faire ci-dessus dans le rectangle correspondant… Vous recevrez chaque semaine une nouvelle chronique sur un sujet de notre temps.

Ne vous inquiétez pas, c’est gratuit et je n’ai rien à vendre !

2 commentaires

  1. L’ efficience est également une grosse problématique dans beaucoup d entreprises privées aujourd’hui… Et les raisons sont multiples.

    L homme politique comme le médecin doit analyser une multitude de données puis prioriser. Chez les uns et chez les autres il y a des incompétents; c est ainsi que ce veut l humanité.

    En effet, la lourdeur administrative qui caractérise le système Européen peut largement desservir certaines fois mais de quoi parlons-nous réellement ?! De la sécurité du territoire ? De la santé ? De la fiscalité ?… Vaste sujet…

    Rien arrive par hasard… Je Valide 😉

  2. D’un coté je suis saoulé par les péroraisons de nos gouvernants ; d’un autre coté, voici mon sort : depuis plusieurs années je suis vacciné contre la grippe par mon pharmacien en cinq minutes .Pour le vaccin covid je contacte sans succès mon médecin . J’appelle depuis 15j le n° ad-hoc pour m’entendre dire qu’il y a panne de vaccin dans le Loiret et qu’i faut attendre . Question : et la logistique , çà sert à quoi ???

Répondre à clampin Annuler la réponse.