354 – MARIER LES HOMOSEXUELS?

Posted by

C’est un sujet qui agite beaucoup les esprits et certains sont pressés de légiférer sur le sujet, comme si rien n’était plus important… 

Chaque lecteur a certainement son avis tranché et n’en démordra pas. Nous allons néanmoins réfléchir ensemble sur les tenants et les aboutissants de ce sujet épineux. Il est épineux parce que le débat est devenu passionnel et l’on risque de se piquer à chaque fois qu’on l’aborde !

– « Je suis en train de sauver notre mariage.
-Tu vas arrêter de me tromper et de me taper dessus?
– Ah non! Je vote pour interdire le mariage homosexuel. »

 De tous temps, le mariage a toujours été l’union de deux êtres de sexe différent, parce qu’il est dans la nature des choses que les contraires s’attirent et se complètent. Hormis cette attirance physiologique, le but de cette union était une promesse de fécondité. Bien entendu, les sociétés humaines ont pris en charge l’union du mariage pour en faire un acte sacré, c’est-à-dire un engagement solennel scellant le destin de deux êtres et de deux familles.

Il n’échappera à personne le fait que le mariage est devenu une institution fondamentale dans toutes les sociétés basées sur la notion de cellule familiale. Ainsi, le mariage est d’abord la création d’une nouvelle famille dont la finalité naturelle est la naissance d’enfants. Il est facile de comprendre que le caractère sacré du mariage lui conférait une pérennité jugée indispensable à la prise en charge des enfants, et à leur éducation, sur la durée. Finalement, le caractère indissoluble du mariage, institué dans toutes les sociétés modernes, avait pour but la protection des enfants. D’une certaine manière le mariage s’inscrit à l’intérieur du processus de l’évolution des espèces puisqu’il permet  à l’espèce humaine de se perpétuer au mieux…

L’union de deux êtres du même sexe ne peut s’inscrire dans le même registre puisqu’elle est stérile par définition. Il s’agit d’une déviance par rapport au processus naturel qui ne peut donc se perpétuer ou se répliquer. D’une certaine façon, cette union stérile participe à la régulation de l’espèce humaine à une époque où la surpopulation mondiale commence à poser de sérieux problèmes alimentaires et de graves préjudices environnementaux. Nous posons comme hypothèse que cette mode envahissante de l’homosexualité s’inscrit à l’intérieur du processus évolutif. L’avenir de l’espèce humaine passe, sans doute, par une meilleure régulation des naissances. Quoi de plus efficace que l’homosexualité ?

Dans ce contexte, nous ne comprenons pas bien la motivation des couples homosexuels pour demander de bénéficier du mariage! Que peut leur apporter l’institution du mariage, si ce n’est de faire de cette institution une caricature ? On ne voit pas très bien quel avantage ils peuvent en tirer, sauf à ridiculiser le mariage, à en faire une bouffonnerie de telle sorte que les couples, composés d’un homme et d’une femme, s’en détournent. Comme l’écrit le philosophe Xavier Lacroix : « C’est un peu cynique de vouloir réformer la loi pour justifier son comportement… les homosexuels veulent entrer dans la norme en la subvertissant». Le législateur a prévu, dans nombre de pays, une procédure spéciale pour officialiser les couples homosexuels et qui édicte un certain nombre de règles, et permet de donner une solennité à l’union de deux personnes qui s’aiment. Ce contrat est dénommé « Pacte Civil de Solidarité » ou PACS en Europe francophone. Pour quelles raisons majeures ces dispositions ne satisfont pas les homosexuels ? Qu’est-ce qui, selon eux, manque au PACS pour les satisfaire ?

Car il n’empêche qu’il existe une différence fondamentale, et même une différence de nature, entre un couple hétérosexuel et un couple homosexuel : l’un est la rencontre complémentaire du masculin et du féminin, créateur et fécond, même elle ne donne pas naissance à un enfant et l’autre  est une union, intrinsèquement stérile, qui ne débouche sur aucune filiation. Il n’est donc pas exagéré de dire que la pratique du mariage homosexuel a pour conséquence de ravir au mariage sa force et son caractère sacré, et pour tout dire sa justification même qui est le fondement d’une famille.

 Survient naturellement une autre question, qui est celle de l’adoption. Les milieux homosexuels disposent aujourd’hui de lobbies actifs et même très arrogants qui intimident le pouvoir politique. Ils demandent le droit à l’adoption, c’est-à-dire le droit d’aller, pour combler leur manque d’enfant, acheter un petit haïtien ou un petit vietnamien, là où ils n’ont plus rien à exporter, sauf leurs propres enfants !… Notre approche consiste à dire que les couples homosexuels doivent assumer leur homosexualité, c’est-à-dire leur stérilité consubstantielle. Ils peuvent adopter un animal, mais pas un enfant. Les enfants ne sont pas des jouets que l’on peut se procurer sur le marché, au gré de ses caprices.

De mon point de vue, le mariage homosexuel enlève sa force et sa justification au mariage. Il est une sorte de prise de pouvoir d’une minorité sur une pratique ancestrale dont les fondements sont ceux mêmes de l’espèce humaine. Il y a danger de ravir au mariage sa force symbolique créatrice. Le slogan « mariage pour tous», veut-il dire que l’on pourrait se marier à trois ou quatre, ou davantage? Pourquoi ne pas organiser un référendum sur le sujet?

NB: En France le gouvernement voudrait légiférer sur le mariage homosexuel.

10 comments

  1. Tout à fait d accord. Juste un oubli dans cette chronique, vous parlez de « parents » mais pas du côté des enfants. Jusqu’à l’adolescence il n’y a pas de problèmes mais après personne ne parle de la crise identitaire. Je parle de l’adoption. Pourquoi j’ai ? Ou sont mes racines… Ma mère ? Pourquoi j’ai deux papas? On se moque de moi à l’école !! Et oui pour l’enfant, c’est une catastrophe. L’enfant peut très très mal le vivre. Alors avant de commettre l’irréparable, il faut se mobiliser et effectivement demander un référendum et en parler avec les enfants dans toutes les classes, ouvrir le débet avec les ados, communiquer par tous les moyens. Au travail tout le monde. La tâche est lourde,

    1. Merci Philippe pour ce commentaire tout à fait pertinent. Il est vrai que le « point de vue de l’enfant » est important ainsi que son image auprès des copains….

  2. Force est de constater que nos politiques ont une démarche opportuniste et démagogique dans la volonté de faire passer cette loi.

    En complément, voici une petite histoire fictive mais qui pourrait parfaitement arriver :

    Babakar est un petit garçon malien. Ses parents ont été tués par les islamistes et il les a vu mourir devant lui. Pas de chance Babakar. Par « chance », il a été recueilli et fini par être adopté par… un couple français, homosexuel, Francis & Jean-Claude. Les année passent, mais Babakar vit très mal l’adolescence. Pas de chance pour Babakar c’est justement le moment choisi par Francis & Jean-Claude pour divorcer. Ben oui, qui dit mariage dit aussi parfois divorce… on avait oublié. Pas de chance Babakar. Mais ce n’est pas fini, Francis et Jean-Claude se remarient… chacun de leur côté ! Quelle chance Babakar, tu as maintenant 4 papas !!!!

    On ne voit vraiment pas pourquoi la question du mariage homosexuel devrait se poser du côté des enfant, vraiment pas…

  3. Votre article résume très bien les différents aspects de ce projets de mariage et met en évidence les inconvénients qui risquent d’en découler. A mon sens, les politiques le savent très bien d’ailleurs, mais cela ne les soucie pas outre mesure !
    Si la destruction programmée de la famille et de la société française n’est pas le but cela y ressemble beaucoup !!
    Quant à moi, je ne m’en étonne guère. Ce projet de mariage pour tous est une dérive de plus de notre société : que ce soit le divorce devenu monnaie courante, l’avortement et la contraception facilités, l’application prochaine des lois sur l’euthanasie, la démolition des familles est à l’ordre du jour !
    Tout cela étant la contrepartie de ce bien ineffable : LA LIBERTE …
    Quelqu’un (*) n’avait il pas dit un jour :  » O Liberté, que de crimes on commet en ton nom ! »
    Toujours d’actualité……

    * Manon Roland

  4. Commentaires laissés sur Facebook:

    Barbara Blejwas les commentaires je vais garder pour moi,ça peut choquer certaines spectateurs…. je suggère de lire:)
    lundi, à 23:34 · J’aime

    Muriel Vila Nous sommes tous des citoyens que nous soyons homosexuels ou hétérosexuels. Que dit la Constitution ? L’ Egalité pour tous. Mais……Et c’est là le dilemme, notre « Mère Nature » nous rappelle qu’un couple humain de même sexe ne peut concevoir d’enfant, c’est donc contre nature. Que faut-il suivre alors ? Les lois de la Nature ou les lois Humaines ? Un référendum serait effectivement la meilleure solution où chacun(e) pourra exprimer son opinion en fonction de ses convictions.
    il y a 16 heures · Modifié · J’aime

    Jim Bonamie Le mariage est une institution sociale qui se manifeste de manière rituelle, juridique ou religieuse, et qui régit la formation et les règles de fonctionnement d’une communauté de vie. Cette institution a initialement pour but de fournir un cadre social et légal au développement d’une union entre deux humain. C’est aussi, selon les époques et les lieux, une manière d’établir des alliances entre tribus ou familles, une manière de transmettre des biens, une manière de sceller une alliance ou la paix, de réclamer une position de pouvoir, d’obtenir un capital, une ‘Dot’. Je serais capable de tout démentir ce que vous avez dit dans votre chronique mais je ne pense pas que je serais capable de vous faire voir comment vous pouvez être con. Avec cela dit je me retire de votre groupe et j’invite tout ceux qui vous lit à faire de même. Muriel, ce fut toujours un véritable plaisire de vous lire.
    il y a 14 heures ·

    1. Jim, je suis d’accord avec la première partie de votre commentaire. Je suis naturellement plus réservé sur la suite! J’ai expliqué les raisons pour lesquelles je ne suis pas favorable au mariage des homosexuels. Je ne prétends pas avoir raison et ces colonnes sont ouvertes à ceux qui ont un avis contraire et qui veulent développer leur point de vue. Je sais qu’au Canada le mariage homosexuel est légalisé au niveau fédéral et je ne connais pas la position du nouveau gouvernement québécois sur cette question.

  5. Bonjour,

    Je lis avec plaisir vos chroniques dites « libres ».
    J’apprécie vos arguments toujours pertinents même si je ne suis pas toujours d’accord avec vous (et c’est souvent le cas notamment en matière économique).
    Concernant la chronique traitant du mariage homosexuels je considère que vous faites sérieusement fausse route !
    En effet on ne peut pas sans cesse se référer aux valeurs de la République et considérer que chaque citoyen quelque soit son origine, son appartenance, sa philosophie, ses opinions politiques ou son orientation sexuelle puisse jouir des mêmes droits qu’un autre citoyen.

    Liberté Egalité Fraternité !
    Merci

    PS le sujet de l »adoption est un autre sujet qui mérite d’être traité à part entière !

  6.  »Chroniques Libres » veut dire chroniques libres….. qu’on se le disent !!! Nous sommes chanceux(ses) de s’exprimer et de commenter …et qu’on se le disent!!!

  7. Juste une petite rectification concernant votre texte, et pour laquelle, j’espère, vous ne me tiendrez pas rigueur.
    En effet, vous commencez votre texte par une erreur en disant : « De tous temps, le mariage a toujours été l’union de deux êtres de sexe différent ».
    L’union de deux êtres de sexe différent a effectivement existé de tout temps, mais il s’agissait au début que d’une union initiatique et toute spirituelle.
    D’un point de vue historique, on peut placer le début de cette transition de l’union spirituelle à l’union sexuelle qu’on appellera « mariage » à partir du 3ème av. J-C, date d’application du décret royal de Ptolémée Philopatôr, appelé « prostagma de Philopatôr ».
    Ce décret s’est occupé d’abord d’imposer, dans les mœurs, le passage de la famille utérine à la famille agnatique.
    Bien que cette transition se soit accomplie, la plupart du temps, sans trouble et sans secousse et par la voie d’une évolution lente et pacifique, nous voyons néanmoins de grandes figures historiques manifester très tôt leur opposition.
    C’est ainsi que, au 7ème av. J-C déjà, nous voyons Jérémie, cette grande Prophétesse (et non un prophète), apparaître un jour sur la place publique avec un joug sur le cou, pour montrer l’état de servitude qu’on commençait à imposer à la Femme et qu’on allait bientôt appeler con-jugal (avec joug).

    1. Merci pour ces précisions historiques. J’apprécie l’étymologie de « conjugal » qui est explicite et démontre la dépendance de la femme, comme ce fut le cas pendant longtemps

Laisser un commentaire