210 – L’EUROPE A BESOIN DU LEADERSHIP ALLEMAND

Posted on novembre 28, 2011 par

0



Inhibé par le poids de son histoire, aucun Allemand n’ose revendiquer le leadership de l’Allemagne en Europe. Mais les faits vont lui imposer ce rôle.

LA PATRONNE ANGELA

  L’Allemagne est présentée comme le bon élève de l’Europe et est devenue le modèle à suivre. Nicolas Sarkozy voudrait bien calquer sa politique sur celle de l’Allemagne et, en attendant, il marche dans les pas d’Angela Merkel. Le nouveau gouvernement Italien se précipite à Berlin pour se faire adouber par la patronne afin d’acquérir un peu de légitimité. Le Premier ministre Anglais, David Cameron, fait aussi le voyage à Berlin pour prendre le pouls de l’Europe dans laquelle son pays n’occupe qu’un strapontin, ne faisant pas partie de la zone Euro. L’Allemagne est le poids lourd de l’Europe et, avec ses 82 millions d’habitants, demeure la deuxième puissance économique mondiale. C’est un pays travailleur et vertueux. Or, par les temps qui courent, cela devient une exception !

Nous pourrions imaginer que l’Allemagne se désolidarise de ses voisins et cherche à vivre seule son destin. Certaines voix en Allemagne ont plaidé pour un retour au Mark ou bien pour la création de deux types d’Euros, le fort au Nord et le faible au Sud. Ce qui reviendrait à envisager une Europe à deux vitesses. Ce projet peut paraître séduisant car la dévaluation de l’Euro du sud redonnerait un peu de compétitivité aux pays concernés. Mais il aurait l’immense désavantage d’augmenter le poids de la dette, sauf à rembourser en Euros dévalués, ce que les prêteurs refuseraient. Du point de vue de l’Allemagne, cette solution serait extrêmement coûteuse en termes de compétitivité car la spéculation ferait monter la valeur de l’Euro fort, de façon incontrôlée. N’oublions pas que les pays Européens sont les premiers partenaires de l’Allemagne. Le monde fonctionne désormais en réseau et nous sommes tous interdépendants. Ce que fait l’un se répercute immédiatement sur l’ensemble des autres. De ce fait, casser l’Europe n’est pas une alternative crédible. Si cela advenait, suite à un accident de parcours, l’Europe serait entraînée vers le sous-développement.

Le problème demeure celui de la dette des Etats. Les prêteurs ne font plus confiance aux Etats qui risquent de ne plus avoir la capacité de rembourser. Les taux d’intérêts montent en même temps que le risque ; c’est très facile à comprendre. Les gouvernements qui, depuis des décennies, ont joué les cigales, ne trouvent plus de fourmis pour leur prêter et sont devenus incapables de rembourser leurs dettes. Comment peut-on sortir de cette situation

EuroObligation

tragique ? Il faut tout d’abord faire des économies, réduire les dépenses de l’Etat, diminuer le nombre de fonctionnaires, etc. Mais toutes ces mesures ralentissent l’activité économique et donc la rentrée des impôts et, par voie de conséquence, la capacité de remboursement des dettes. Les pays Européens avancent ainsi sur la lame d’un couteau. D’où l’idée de demander à la Banque Européenne d’émettre des euro-obligations à faible taux qui permettraient aux pays insolvables de continuer à emprunter sans trop de douleur. Cela revient à demander à la BCE de garantir la dette des Etats-cigales…

Halte- là disent les Allemands : Achtung ! Achtung !… Nous ne voulons pas reverser à boire à un ivrogne ! Continuer à prêter aux cigales revient à favoriser l’irresponsabilité et à reculer le problème en l’aggravant. En outre, la BCE prendrait le risque immense de ne jamais être remboursée et donc de devoir imprimer de la monnaie pour éviter la banqueroute. Or, les Allemands ont inscrit dans leurs gènes le souvenir de l’inflation cataclysmique de la République de Weimar qui, ruinée, s’est mise à imprimer des Deutschemarks. Vous connaissez la suite…Qui peut aujourd’hui donner tort aux Allemands ? Ils sont les gardes fous de l’Europe et heureusement qu’ils sont là. Le nein allemand peut sauver l’Europe: comment?

Leadership

 Faire intervenir la BCE revient à « mutualiser la dette », c’est-à-dire à faire porter son poids non plus sur les différents états individuellement, mais sur les épaules collectives de l’Europe tout entière, c’est-à-dire sur le chef de file Allemand!  Ceci ne serait possible que si l’on pouvait être sûr de la bonne gouvernance des états et d’une discipline budgétaire scrupuleuse qui consiste à ne pas dépenser plus que l’on ne gagne. Nous comprenons, dès lors, que la seule échappatoire qui reste à l’Europe, c’est l’Europe Fédérale, intégrée. Il faut une vraie gouvernance Européenne qui supervise les budgets de chacun et dicte les réductions de dépenses qu’ils doivent impérativement réaliser, sous l’œil sourcilleux de Berlin. Dans ces conditions la BCE serait autorisée à émettre des Euro-obligations, en contrepartie d’une remise en cause de l’Etat-Providence.

Il reste à l’Europe quelques semaines pour réaliser ce plan : c’est une question de vie ou de mort, il n’y a pas d’autres alternatives crédibles. Les pays qui n’accepteraient pas de s’y soumettre devraient quitter la zone Euro. Ce projet signe l’échec de la démocratie parlementaire qui a mené l’Europe à la ruine. C’est pourquoi il conviendrait de consulter les peuples pour qu’ils acceptent cette nouvelle Europe, encadrée et responsable. L’Europe joue là son va-tout…et, la bonne nouvelle, c’est qu’elle peut en sortir grandie !

Posted in: Economie, Politique