301 – LA PEUR, MAÎTRESSE DE TOUT POUVOIR

Posted on juin 29, 2012 par

7


La domination repose sur la peur. C’est la peur qui mène les dictateurs au pouvoir et c’est par la peur qu’ils exercent ensuite leur dictature.

Dans une récente chronique (297), Chantal nous a montré comment les media vivent de nos peurs. Elle ajoutait : « Les hommes craintifs sont bien plus faciles à manier que des hommes heureux ».

 Les religions ont été de tout temps des experts en domination des peuples et en asservissement. Tout a commencé par la peur de Dieu, puis par la peur du pêché, par la peur du diable, par la peur de l’enfer, par la peur du jugement dernier et pour finir par la peur de l’inquisition, par la peur de l’institution religieuse elle-même, experte en torture et châtiments corporels. Jésus, déjà, fut condamné par la hiérarchie ecclésiastique. Cela n’a pas empêché l’église catholique de prendre le relai et, sur ce sujet, elle possède un long palmarès, peu glorieux. Elle s’est aujourd’hui calmée, mais aussitôt la religion musulmane prend le relai et, partout où elle le peut, impose sa loi, sa charia, ses interdits, ses tabous, ses vexations, ses vengeances, ses oppressions et ses châtiments, jusqu’à créer un sentiment de peur sur lequel elle appuie son pouvoir. La vraie spiritualité n’a pas besoin de dogmes!…

 La soif de pouvoir ne peut jamais être assouvie. Tout pouvoir cherche à s’étendre et à se renforcer. Il ne s’arrête que s’il rencontre une résistance suffisante. Il suffit aujourd’hui d’observer le désir d’hégémonie de l’Islam, y compris en Europe, pour se convaincre qu’il n’y a pas de différence de nature entre une dictature militaire et une dictature religieuse. Leur alliée essentielle est la peur. Il suffit de dire : « Tu n’es pas un bon musulman » pour jeter l’opprobre, exclure et exposer à la vindicte publique celui qui ne suit pas les dogmes. On fait dire à Mahomet tout et son contraire pour justifier des exactions et des crimes. Le but est que les fidèles se prosternent devant Allah et surtout obéissent au doigt et à l’œil à ses ayatollahs.

Toute dictature exige des sujets dociles qui doivent répéter des slogans sans réfléchir. Penser par soi-même devient un crime de lèse-majesté. En occident aujourd’hui, la nouvelle dictature est celle du pouvoir médical qui flirte toujours avec la même maîtresse : la peur, la peur d’être malade. La médecine pratique assidument le dépistage systématique en brandissant sans cesse la peur de la maladie, elle recherche la moindre « cellule maligne » qui pourrait se tapir au fond d’un organe, comme autrefois les prêtres pourchassaient « le malin », dans le recoin des âmes. Les ouailles apeurées allaient à confesse et se trouvaient quelques péchés ; elles vont aujourd’hui faire un check-up et trouvent toujours quelques anomalies. Le principe est toujours le même : faire peur, car la peur elle-même génère le mal.

La médecine se garde bien de pratiquer la prévention qui lui retirerait des malades et donc diminuerait son pouvoir, elle préfère le dépistage qui le renforce. La dictature médicale a établi ses dogmes auxquels chacun est prié de croire, elle a ses rites, ses procédures obligatoires, ses protocoles intangibles qu’il est impossible de remettre en cause sans être excommunié comme peuvent l’attester les médecins qui ne suivent pas, les yeux fermés, les diktats de la hiérarchie médicale. La médecine officielle occidentale possède tous les attributs du totalitarisme. Elle se vante de succès qui ne lui reviennent pas et passe sous silence des échecs énormes concernant, par exemple, la lutte contre le cancer, la maladie d’Alzheimer ou les maladies auto-immunes.

Il y eu en médecine des précurseurs de talents et il existe encore d’excellents praticiens, comme il existe de parfaits croyants et de serviteurs de Dieu dévoués et honnêtes. Jésus et Mahomet étaient certainement des êtres d’exceptions, mais hélas, ceux qui s’y réfèrent se servent d’eux pour asseoir leur pouvoir.

Il faut toujours se méfier de ceux qui érigent leurs savoirs ou leurs croyances en systèmes et en dogmes. Tous ceux qui jouent avec nos peurs cherchent à nous dominer. Il convient de ne pas se laisser intimider et de résister.