302 – LES CANAILLES ET LES IDIOTS

Posted on juillet 2, 2012 par

3



Connaissez-vous un économiste qui ait fait des prédictions justes ? Tous ceux qui n’ont pas vu venir la crise, et qui ont même souvent participés à son émergence, nous expliquent comment en sortir ! Leur faites-vous confiance ? Sont-ils des canailles ou des idiots ?

 Je vous ai déjà parlé du prix Nobel, Paul Krugman, qui propose aux gouvernements de dépenser plus et emprunter plus. Vous imaginez la situation : vous êtes ruiné et surendetté, vos amis vous conseillent, pour vous en sortir, de continuer à emprunter ! Bien sûr, vous pouvez avoir dans la tête de ne jamais rembourser, mais qui va vous prêter ? Connaissez-vous vraiment quelqu’un qui s’est enrichi en empruntant des sommes qu’il ne peut jamais rembourser ? Personnellement, j’en ai connu qui ont fait illusion quelque temps, mais aujourd’hui ils sont tous sur la paille ! C’est pourtant la recommandation de Monsieur Krugman !

Avez-vous entendu parler de Jean-Pierre Vesperini ? Il est professeur de droit et de sciences

sur un mur de Nantes

économiques, membre du « conseil d’analyse économique » en France. Lui, il prétend qu’il n’y a pas trop de fonctionnaires en France et que François Hollande a raison de demander à Angela Merkel de financer les déficits des autres pays, dont la France bien sûr ! Il plaide pour les célèbres Eurobonds, c’est à dire pour augmenter la dette des Etats sur le dos de l’Allemagne. Ce monsieur Vesperini s’étonne même, et va jusqu’à s’offusquer, des réticences de Madame Merkel. Si ce sont des économistes de cet acabit qui forment les économistes de demain, nous pouvons craindre le pire !…

Le problème est pourtant simple et il suffit d’une once de bon sens pour le comprendre : l’Europe et les Etats-Unis vivent au-dessus de leurs moyens depuis 30 ans. Les uns ont créé l’Etat-Providence et les autres ont entretenu l’armée la plus puissante du monde. Dans le même temps, ils ont ouvert leurs frontières aux quatre vents et se sont retrouvés en compétition directe avec des pays qui aujourd’hui produisent beaucoup moins cher. Selon le principe des vases communicants, les uns se sont appauvris au profit des autres. Les usines des uns se sont installées chez les autres. Cela n’est pas très difficile à comprendre. Si l’on veut persister dans cette voie, préconisée par Jean-Pierre Vesperini, la ruine totale est garantie, comme cela fut le cas pour l’empire Romain, la monarchie Française ou l’empire Soviétique!

Je voudrais bien que quelqu’un m’explique pourquoi la France, avec ses 64 millions d’habitants, a besoin de 5,5 millions de fonctionnaires, tandis que l’Allemagne, avec 82 Millions d’habitants se contente de 3.9 millions de fonctionnaires. Faut-il vraiment s’étonner que le pouvoir d’achat des français recule ? Il doit y avoir quelque part un problème d’organisation et d’efficacité ! Faut-il rappeler aux français que la fonction publique ne crée aucune richesse et que c’est un poids qui doit être porté par le secteur privé ? Lorsque les emplois privés partent en Chine… il ne reste plus que des fonctionnaires dont les Chinois ne veulent pas !

– Incroyable… La dette nationale est maintenant de même taille que la totalité de notre économie.
– Tu vois? Je t’avais dit qu’Obama équilibrerait le budget.

 Pendant ce temps là, le gouvernement fédéral américain finance, outre 2,1 millions de fonctionnaires fédéraux, une armée de 2,3 millions de membres, sans compter 1,1 million de mercenaires et sous-traitants divers. Tant que les citoyens américains ne se révolteront pas, ils continueront à être plumés par une poignée de va-t’en guerre qui s’enrichissent aux dépens des citoyens. D’un côté, il y a les canailles et de l’autre, il y a les idiots !

Les peuples applaudissent car la Banque Centrale Européenne vient d’être autorisée à créer 120 milliards d’Euros supplémentaires. Ils s’ajoutent aux 1000 milliards déjà créés. Ces milliards sortis de nulle part, sans contre partie, vont alimenter la spéculation, faire monter la bourse, le prix des matières premières et de l’immobilier. Cela va donc enrichir un peu plus les actionnaires et creuser davantage le fossé entre les riches et les pauvres. Mais tout le monde est content, car pour quelques semaines, l’Euro est sauvé. Mais, je le répète, on ne sauve pas une économie en imprimant de la monnaie.

Dans toute l’histoire de l’humanité, il n’y a aucun exemple d’un peuple qui se soit enrichi en imprimant artificiellement de l’argent. Dépenser en fonction de ses moyens, telle est la seule recette efficace à long terme : apporter de la valeur ajoutée, par son travail et son inventivité. Toutes les autres formules magiques proposées par de soi-disant économistes ne sont que des illusions.

Posted in: Economie