389 – LA NATION EUROPEENNE

Posted on février 4, 2013 par

2


images-8

La notion d’identité nationale a subi, ces dernières années, une transformation profonde en Europe dont les conséquences sont visibles à travers les mouvements migratoires des européens.

Pendant des décennies nous avons tous été immergés dans l’idée que la notion de patrie ou de nation était obsolète. Ceux qui brandissent trop haut le drapeau de leur pays sont généralement vilipendés et traités de « néonazis ». On nous affirme que la notion «d’identité nationale » est un non-sens, une absurdité ! Être nationaliste aujourd’hui en Europe donne l’image d’une attitude agressive vis-à-vis des autres pays et nous remet en mémoire les tristes périodes d’une époque que nous souhaitons tous révolue.

Dans le même temps, l’émergence de l’entité européenne s’est faite jour et tient de plus en plus de place dans nos esprits. Je fais partie de cette génération qui a mis beaucoup d’espoir dans la construction européenne et qui trépigne d’impatience devant les lenteurs et les hésitations des politiciens discrédités qui résistent à abandonner les derniers lambeaux de leur pouvoir. Nous avons rêvés d’une Europe fédérale, unie, dynamique et pluriculturelle. Pour beaucoup d’entre nous la notion de nation allemande ou française s’est progressivement effacée au profit de la notion de culture. Je n’habite pas la France, mais je me sens de culture française, d’origine française, mais surtout principalement Européen. Comme un californien se sent d’abord américain.

Unknown Je milite donc en faveur de la nation européenne à l’intérieur de laquelle les échanges sont multiples, économiques, culturels, politiques, juridiques, etc. Les citoyens se déplacent désormais librement à l’intérieur de l’Europe et peuvent aller vivre là où ils veulent, quel que soit le motif : le travail, le climat, la culture ou la fiscalité ! Chaque Etat européen possède ses avantages et ses inconvénients, mais la liberté fondamentale de tout citoyen européen consiste à vivre là où il le souhaite, pour quelque raison que ce soit. C’est la raison pour laquelle je milite en faveur d’un vrai PASSEPORT EUROPEEN, strictement identique pour tous et sur lequel figure la seule adresse de résidence.

Dans ce contexte de NATION EUROPEENNE et des ETATS-UNIS D’EUROPE, il devient tout à fait inconvenant, et mal venu, de jeter l’opprobre sur ceux qui quittent leur pays d’origine pour un autre pays où ils se sentent mieux. Les Européens qui préfèrent vivre dans le sud de l’Espagne parce que le climat y est plus clément et la fiscalité plus douce doivent avoir le droit de le faire. Ceux qui préfèrent l’Angleterre parce qu’il est plus facile d’entreprendre ou ceux qui choisissent la Belgique parce qu’on y parle français et que la fiscalité est supportable ont le droit de s’y installer, ceux qui veulent venir en France pour sa douceur de vivre et sa fiscalité avantageuse pour les familles doivent y être les bienvenus: c’est écrit dans la constitution !…

Les manœuvres actuelles du gouvernement français, qui cherchent à mettre tous les images-1obstacles possibles au déplacement des citoyens, constituent une atteinte grave à la liberté fondamentale de la constitution européenne. Cette attitude nous rappelle ce qui prévalait jadis derrière le rideau de fer et que, naïvement, nous pensions révolue en Europe. Le Gouvernement français attribue à ceux qui partent l’étiquette « d’exilés fiscaux », comme s’il s’agissait d’un crime et alors qu’ils sont incapables de dire ce que veut dire être français. Dans les faits, tous les français qui vivent hors de France sont des exilés fiscaux, puisque dans tous les pays du monde la fiscalité y est nettement moins lourde et pas seulement pour les riches, à l’exception du quotient familial qui favorise à juste titre, en France, les familles nombreuses ! On peut comprendre que certains retraités aillent vivre là où le niveau de vie est bas et la fiscalité moins confiscatoire. Quoi qu’il en soit chacun doit être libre, c’est cela le défi européen…

Nous appelons de nos vœux une fiscalité européenne avec une quotepart pour l’Etat de résidence et le reste pour l’Etat Fédéral à Bruxelles. Dans les pays fédéraux, comme la Suisse ou les USA, chacun paie le même impôt fédéral en fonction de ses revenus, tandis que l’impôt des Etats (ou des Cantons) varie dans chaque Etat. La concurrence fiscale doit être maintenue, c’est la base de toute liberté et la seule mesure qui permette de limiter les gaspillages excessifs et la mauvaise gestion des Etats. 

Posted in: Economie, Politique