854 – DEMAIN, L’INSURRECTION ?

Dans le monde, la tension est à son comble ! La France est entrée en déliquescence… 2020 fut une année maudite, 2021 pourrait être un cauchemar…

Nous avions prévu, ici-même, une année 2020 très difficile car elle promettait d’être l’année maudite du 21ème siècle… Nous ne savions pas ce qui allait survenir, mais nous avons été bien servis !

Selon les oracles, 2021 pourrait être pire car il est prévu que l’accumulation des tensions pourraient finir par exploser et mener les peuples à se révolter. Que l’on regarde les positions astrales, ou bien les réalités sur le terrain dans le monde, tout nous porte à penser que 2021 sera explosif à partir de ce mois de décembre.

Le suicide collectif

J’ai déjà eu l’occasion de dire mon étonnement face aux réactions mondiales en réponse à l’épidémie du covid-19. Je crois que le monde a perdu la tête et s’est rué tête baissée vers le précipice, comme un troupeau de moutons affolés.

Cette peur soudaine qui s’est abattue sur la planète, en tout cas sur la partie la plus riche et la plus avancée techniquement, a sidéré les populations qui ont été tétanisées au point de perdre leur sang-froid et leur bon sens. Cette peur panique nous a fragilisés et rendus plus vulnérables à la maladie car elle engendra un effondrement de nos défenses naturelles !

L’arrêt de l’activité économique, durant des mois, ne pouvait qu’avoir de graves répercussions sur les populations les plus vulnérables. Après les aides d’urgence, le chômage partiel et les subventions tout azimut, il faudra bien se rendre à l’évidence : l’économie sera ruinée et les nations exsangues, à court d’argent.

C’est alors que va s’installer la vraie misère dans de très nombreux pays, surtout dans ceux qui auront mal géré l’épidémie. Plusieurs pays européens auront le triste privilège de cumuler les pires résultats économiques et les pires statistiques en matière d’épidémie et de mortalité. Les gouvernements et les autorités de santé de ces pays auront à rendre des comptes et il se peut que cela soit de façon violente.

C’est donc bien à un suicide collectif auquel nous avons participé. Nous reprocherons aux autorités d’avoir attisé les peurs au lieu de nous rassurer. Nous les accuserons d’avoir semé la misère et nous finirons par ouvrir les yeux et constater que cette pandémie n’était pas si meurtrière. Fallait-il sauter de la falaise par peur d’affronter la réalité, à savoir que le covid n’est mortel essentiellement que pour les personnes très âgées et les malades graves ?

Il ne sera pas nécessaire d’être un grand complotiste pour prendre conscience du caractère démesuré de nos peurs. Nous chercherons des boucs émissaires, des responsables à mettre sur le bucher pour nous dédouaner de notre propre méprise et de notre coresponsabilité dans l’affolement généralisé.

Les tensions s’exacerbent

Le covid-19 ne fut pas le seul fléau qui s’est abattu sur le monde en 2020. Certains pays ont connu des tensions extrêmes, à commencer par les USA, qui furent le siège de troubles raciaux et de péripéties électorales tout-à-fait inhabituelles. Dans les deux moitiés de la population les nerfs sont à vif et chacun semble prêt à en découdre. La transition démocratique s’effectue dans la douleur.

Tout au long de cette année, le président Donald Trump a mis la pression aux quatre coins de la planète, avec une agressivité peu commune, aussi bien avec ses alliés qu’avec les gouvernements avec lesquels l’Amérique est en compétition ouverte. Il n’est pas exagéré de dire que ce ton guerrier a créé un climat de confrontation permanente générant des tensions extrêmes.

Les relations internationales avec la Russie ou avec la Chine furent menaçantes et tendues. Le point de rupture ne fut jamais atteint mais ces tensions accumulées demeureront menaçantes et incertaines en 2021. Aucun des conflits ouverts durant l’ère Trump ne sont résolus et l’Amérique apparait désormais comme peu fiable et ne respectant pas sa signature. Tout ceci n’est pas de bonne augure…

En Europe, les effets économiques des décisions désastreuses qui ont été prises vont jeter à terre plusieurs pays, à commencer par les trois principaux pays du sud : L’Espagne, l’Italie et la France. Nul n’ose encore prédire les effets qui risquent d’être durablement catastrophiques, sans que l’on puisse encore en mesurer l’ampleur.

La Grande-Bretagne va cumuler le triple handicap d’une épidémie mal gérée du point de vue sanitaire, d’une crise économique qui en découle et, enfin, d’un Brexit difficile qui va aggraver le contexte de crise politique et de récession économique. Sans compter les velléités d’indépendance des écossais…

La France m’inquiète plus particulièrement et pas seulement parce qu’elle est mon pays d’origine. Le climat politique y est délétère, les manifestations y sont fréquentes et ressemblent de plus en plus à des émeutes, les tensions raciales s’exacerbent, l’immigration n’est pas maitrisée, le terrorisme menace toujours et certaines interventions policières ont dressé les français contre les forces de l’ordre. Bref, le moral est à zéro et les troubles psychologiques explosent ! Il en résulte une tension permanente à tous les échelons d’une société qui n’a jamais été aussi vulnérable. A tout cela, il faudra ajouter des dettes colossales et une crise économique de très grande ampleur, constituant un excellent terreau pour la révolte !…

Les structures ébranlées

Ceux qui s’adonnent à l’interprétation des positions planétaires avaient prévu une année 2020 très difficile, une année de très fortes tensions, une année charnière et pour tout dire l’année du siècle. Quoi qu’on pense de cet art, il faut admettre qu’ils ne se sont pas trompés.

Après les tensions extrêmes qui s’exercent sur les plaques tectoniques, il faut s’attendre à une rupture soudaine qui ébranle la terre et peut faire jaillir le feu qui sort de ses entrailles. Par analogie, les tensions extrêmes auxquelles nos sociétés ont été soumises en 202O peuvent laisser présager un ébranlement des structures politiques et sociales en profondeur.

L’énumération précédente des diverses difficultés, que nombre de pays auront à affronter en 2021, n’incite pas à l’optimisme et permet d’envisager des bouleversements importants. La simple observation du présent est riche d’enseignement sur l’avenir, sans avoir besoin d’être un grand devin.

Néanmoins, il m’est apparu intéressant et utile d’interroger les astres ou tout du moins ceux qui savent les interpréter. « 2020 le grand tournant », tel était le titre d’un livre sur le sujet paru mi-2019 dans lequel on pouvait lire en conclusion : « Une véritable mutation de nos sociétés nous attend l’année prochaine, et cela dans tous les domaines, aussi bien sociopolitique, économique, que sanitaire. L’humanité va devoir s’adapter à des données totalement nouvelles et inconnues jusqu’à aujourd’hui ». Tout est dit !

Il apparait que si l’année 2020 fut une année charnière qui prépare le changement en ébranlant les structures, l’année 2021 devrait être, si je résume, l’année de l’accouchement dans la douleur d’un monde nouveau. 

Pour ceux que cela peut intéresser, je vous dresse un petit récapitulatif des positions astrales qui ont marqué 2020 de façon si néfaste. Tout d’abord, un angle exact de 45° entre Uranus et Neptune, en Mars 2020, considéré comme « dissonant » et tout-à-fait funeste par les spécialistes qui constitue selon eux « un choc très agressif » entre ces deux positions. A cela il faut ajouter, en Avril puis en Novembre une conjonction entre Pluton, symbole des transformations profondes et Jupiter qui exalte son action.

Cette tension entre Uranus et Neptune ne se desserrera petit à petit qu’en Avril 2021. Mais la situation se complique, car Saturne, qui symbolise la structure et la loi, formera un carré (90°) avec Uranus qui symbolise l’éruption, le bouleversement. A cela, il faut ajouter une très rare conjonction Jupiter-Saturne en verseau, de mi-Décembre jusqu’au début Janvier 2021. Mais, le plus difficile à vivre sera sans doute, en Décembre 2020, la position de Mars en Bélier, conjoint à Uranus et Lune Noire, en Taureau, signe de beaucoup d’agressivité et de déstabilisation. 

Autrement dit, nous rencontrerons aussi en 2021 des difficultés, avec en outre un risque d’explosion sociale, symbolisée par un carré exact Saturne-Uranus en Juin 2021. Nous devrions toucher le fond. Rien qui puisse nous étonner après notre petite analyse géostratégique précédente.

Vous pouvez être septique quant à la puissance symbolique des astres, je le fus moi-même très longtemps, jusqu’à ce que j’en mesure la pertinence au niveau individuel. Cette synchronicité entre les planètes du système solaire et les activités humaines défie l’entendement, mais il faut se rendre à l’évidence, cela fonctionne, que cela plaise ou que cela déplaise !

Les oracles avaient ainsi prévu la défaite de Donald Trump, bien avant de connaitre son challenger et anticipé aussi une période post-électorale particulièrement agitée avec des contestations.

Pour résumer

Si vous n’avez pas bien suivi le charabia qui précède, il faut simplement retenir que 2021 ne sera pas de tout repos, quelque soit l’angle sous lequel on le regarde. Nous pouvons nous attendre à des changements profonds et à des remises en question dans un climat de type insurrectionnel, en France en particulier.

Il n’est pas exclu que l’Union Européenne traverse de telles turbulences que son existence puisse être remise en question. Quoi qu’il en soit, c’est le monde entier qui sera ébranlé et la folie qui a saisi l’humanité en 2020 poursuivra son œuvre de destruction. Le changement est souvent douloureux, mais restons confiant car 2022 devrait être plus apaisé.

Il pourrait être prudent de rester chez soi durant cette fin d’année…

Comme disent les oracles, nous quittons pour longtemps l’ère du Capricorne bien enracinée et bien structurée par une hiérarchie verticale et rassurante. Nous arrivons dans un tout autre univers qui est celui du Verseau, symbole océanique des grandes idées et des grandes illusions dans lesquelles les structures traditionnelles vont se dissoudre. Nous entrons dans un monde horizontal que nous pressentions depuis plusieurs années.

Remarque:

Si vous ne recevez pas encore Chronique-Libre, gratuitement, chaque semaine, inscrivez-vous tout de suite. Je serais heureux de vous compter parmi mes lecteurs réguliers.

2 commentaires

Laisser un commentaire