Que disent les mots ?

Posted on octobre 20, 2010 par

2


Dites-le avec des fleurs !!!


Il m’est venu à l’esprit l’importance du langage …

Qui a pratiqué de près ou de loin la P.N.L. (Programmation Neuro Linguistique) sait que chaque mot émet une énergie. Les mots créent !

Je ne vais pas vous donner là un cours de P.N.L., beaucoup de livres, de sites et de cours vous en apprendront les bases (http://www.strategies-icmc.fr/), mais simplement vous rendre attentifs à ce que vous dites ou à ce que vous entendez.

Voici, pour illustrer mon propos, quelques exemples :

1. « Tu as encore raté ton contrôle ? »

2. « Tu ne t’occupes jamais de moi … »

3. « Qu’est-ce que tu es bordélique, j’en ai marre ! »

4. « Tu pourrais quand même choisir entre elle ou moi ! »

Ces quatre exemples sont de type « accusateur » et entraînent forcément chez l’autre une réaction soit de protection, soit d’agressivité. La personne qui reçoit un message de ce genre va se fermer ou bien se défendre : il n’y aura donc plus de communication. Soit elle s’enferme dans un mutisme en levant les épaules d’un air excédé, soit elle va répondre agressivement : c’est le début d’une querelle.

En P.N.L. nous apprenons que nous pouvons exprimer LA MEME CHOSE sans attirer ce genre de réactions. Comment ? En utilisant les mots adéquats …

Je reprends donc les quatre phrases ci-dessus : transformons les en phrases positives …

1. « Que s’est-il passé avec ce contrôle, mon grand ? « 

2. « J’aimerais tellement faire quelque chose avec toi »

3.« Je suis fatiguée de toujours ranger tes affaires, pourrais-tu faire un effort ? »

4. « Je ne supporte plus cette situation et j’ai besoin d’en parler avec toi »

Bien sûr, ce ne sont que des exemples et il est toujours plus facile de « bien parler » lorsque l’on n’est pas piégé par nos émotions. Toutefois, je vous le garantis, tourner sa langue sept fois dans sa bouche peut faire des miracles ! En tous les cas dénouer des situations qui paraissaient complètement bloquées.

La première règle est de toujours parler de soi et non de l’autre. C’est à dire plutôt utiliser  « je » plutôt que « tu ». Lorsque l’on parle de soi nous ne sommes pas dans le jugement et l’autre ne se sent pas agressé. Cela peut le gêner, le peiner, l’agacer mais que peut-il vous reprocher si vous parlez de vos ressentis en disant « je » ? Ils sont ce qu’ils sont, ils vous appartiennent et vous les communiquez. Point. Tandis que si vous utilisez le « tu », l’autre se sent accusé et va répondre en ce sens. Il n’entend pas ce que vous ressentez –vous- mais ce que vous lui reprochez. Voici un exemple :

–       « Tu me parles toujours mal, tu le fais exprès pour me faire souffrir »

devient

–       « Je souffre lorsque je t’entends me parler comme cela »

Vous voyez la différence ?

Même les « petits mots » génèrent des énergies qui peuvent orienter nos vies différemment. Prenez les conjonctions de coordination (petit rappel : mais, ou, et, donc, or, ni, car …). Si, par exemple, l’amour de votre vie vous dit :

– « Je t’aime, bien sûr, mais après toutes ces années … ». Vous ne vous sentirez certainement pas rassuré par ce « mais » ! Le petit mot « mais » est là pour donner une idée d’opposition.
Tandis que s’il (ou elle) vous dit :

– « Je t’aime, bien sûr, et après toutes ces années … ». La même phrase, avec le mot « et » qui additionne les éléments entre eux, vous comblera certainement.

Certains petits mots apportent l’unité, l’addition, tandis que d’autres opposent et divisent.

Ecoutez attentivement les mots choisis par vous et par votre entourage. Vous verrez combien les messages ont parfois plusieurs niveaux de compréhension !

Une chose est sûre : plus nous parlons avec le cœur mieux le message passe …