229 – LE MESSAGER DE DIEU

Posted on janvier 11, 2012 par

2


Nos coeurs sont les serviteurs zélés de nos âmes, ils sont donc beaucoup plus clairvoyants que nos intellects ! Ils s’adressent à ces parties de nous que nous refoulons trop souvent : notre sensibilité et nos émotions … Ils transmettent les messages du Sage qui est en nous et que nous bâillonnons car il empêche notre mental de tourner en rond. Et, Dieu sait comme notre mental adore tourner en rond ! 

Le problème, c’est qu’il se prend pour le chef … Il croit être le maître de notre vie, nous fait plier sous sa dictature et nous fait oublier qu’il n’est que le cocher de l’attelage et non pas le maître ! 

Un excellent livre, «La Liberté d’Être» d’Annie Marquier, explique parfaitement cette confusion et montre à quel point nous ne sommes pas libres de nos vies puisque nous vivons prisonniers d’un simple cocher … de surcroît, un cocher gouverné par la peur : peur de perdre, peur de mourir, peur de ne pas être à la hauteur, peur de souffrir, peur d’être abandonné donc … peur d’aimer, etc … C’est pourquoi, hormis contrôler les chevaux (qui représentent nos émotions, la partie instinctive en nous), il n’est pas très efficace sur la bonne direction à prendre ! Le mental nous égare …

Un bon cocher dirige les chevaux et les emmène là où son maître lui a dit d’aller. Il est le conducteur, il a la technique pour mener les chevaux, il les guide vers la direction qui lui a été indiquée. Le maître, c’est notre âme … qui s’exprime à travers notre intuition, notre coeur, il représente notre sagesse intérieure.

Le maître a besoin du cocher pour maîtriser les chevaux ! Autrement dit, l’âme a besoin du mental pour maîtriser les émotions … Le mental n’est donc pas un ennemi à abattre : loin de là, il fait partie de l’équipe. Pour «gagner», c’est à dire pour créer la vie que l’on désire, nous avons besoin des trois : une âme (le maître) , un mental (le cocher) et un corps (les chevaux). Le maître commande, le mental maîtrise et le corps exécute …

Maintenant, si notre mental se coupe de notre intuition, s’il n’écoute pas les appels de nos âmes, il nous fait faire n’importe quoi. Oh ! Il peut faire illusion un moment ! Nous pouvons paraître très raisonnable : nous pensons de façon cartésienne, nous parlons de façon cartésienne et nous agissons de façon cartésienne : rien à dire ! Sauf que notre vie ne nous épanouit pas : nous nous sentons un peu dépressif (voire beaucoup !), un peu décalé, un peu triste, fatigué. Nous pouvons même tomber malade sous les assauts répétés de notre mental qui veut TOUT diriger !

Car si le mental se coupe de l’âme, il se coupe de la confiance en la vie, de la Foi. Il se coupe des ressources extraordinaires que nous apporte notre intuition !

Le mental veut comprendre et contrôler. Il n’a accès qu’à notre base de données cerveau gauche, c’est à dire celle acquise par l’apprentissage : il se souvient, il analyse, il soupèse, il décortique. En un mot il compare ce qu’il a déjà vécu avec ce qu’il vit et il en tire des conclusions : c’est bon pour moi ou ce n’est pas bon. C’est un outil extraordinaire ! C’est un puissant ordinateur mais …il a besoin d’un bon programme. Si ce qu’il vit lui rappelle de mauvais souvenirs, gare ! Il fuit, il nie, il trouve plein de combines pour éviter. Il n’imagine même pas que cela pourrait être autrement AUJOURD’HUI ! Car il ne connaît pas la confiance … Ce mot lui est totalement inconnu : en effet, faire confiance signifie ne pas tout contrôler.

Cet ordinateur puissant, qu’est notre mental, ne peut se permettre le moindre relâchement s’il n’est pas «programmé» pour être au service de plus grand que lui : notre âme.

Notre âme qui s’exprime poétiquement, analogiquement, symboliquement et, il faut le dire,  irrationnellement par le biais de notre cerveau droit, est reliée au plus grand tout : elle a donc accès à des informations, des savoirs, des impressions, des connaissances qui dépassent notre mental. Toutefois, sans lui, elle ne pourrait pas les mettre en pratique ! Il est son cocher … Bien souvent infidèle, celui-ci voudrait jouer les tout-puissants.

 Je me pose donc souvent la question de savoir qui dirige ma vie : dès que j’aperçois un changement possible, une nouveauté dans ma vie, vite je demande à mon mental de bien écouter les messages qu’il reçoit de mon âme, via mon coeur. Car sinon, il va se mettre à tourner en rond comme une bourrique, posant et répétant toujours la même question, s’inquiétant de cette nouveauté qu’il n’a jamais expérimenté : et si, et pourquoi, et au cas où, et comment, et … et … Nuit et jour il va tourner comme un manège, au début calmement puis le manège va s’emballer et je ne vous dis pas les tensions et les migraines qui se préparent !

Deux solutions :

  • Bloquer le manège en refusant la nouveauté ou bien, si pas le choix, en l’acceptant à reculons : regret, frustration, mal être en seront les conséquences car notre mental voudra absolument nous prouver qu’il avait raison de la refuser. N’oublions jamais que le mental VEUT TOUJOURS AVOIR RAISON !

  • Ou bien se poser tranquillement, se relaxer, méditer pour faire le vide un petit moment afin d’entendre une petite voix, celle de notre âme, qui va nous reconnecter à la confiance et nous permettre d’intégrer joyeusement cette nouveauté qui faisait tant peur à notre mental … Elle va nous laisser entrevoir tous les bénéfices de ce ou ces changements, nous transmettre des idées nouvelles, la confiance en nous et en la vie …

Nous ne nous réduisons pas à un corps régit par un cerveau qui raisonne. Nous sommes bien plus que cela ! Nous sommes une âme qui s’exprime à travers notre corps grâce à notre mental. Et le joyeux lutin qui réunit les deux : c’est notre coeur. Avant qu’il ne devienne de pierre, c’est à dire muet, laissons le jouer son rôle de messager : et s’il était le messager de Dieu ???