228 – LA DETTE C’EST COMME LE CHOLESTÉROL

Posted on janvier 9, 2012 par

0



Essayons une nouvelle fois de comprendre un rouage essentiel de l’économie mondiale : la dette des Etats, dont notre avenir dépend totalement, ainsi que celui de nos enfants et, probablement, de nos petits-enfants !

Lorsque vous allez à la banque pour demander un crédit, vous savez que ce n’est pas la même chose de contracter un crédit pour partir en vacances ou pour acheter une voiture qui vous est indispensable. Dans le premier cas, il s’agit d’un crédit pour une dépense non-rentable et éphémère. Dans le second cas, il s’agit d’un investissement durable et rentable puisque votre voiture vous conduit au travail et permet souvent d’emmener vos enfants à l’école. Vous voyez la différence entre une mauvaise dette et une bonne dette. Bien entendu, vous avez négocié le montant et le taux du crédit qui vous a été accordé en fonction de vos capacités personnelles de remboursement. Dans ces conditions les choses se passent bien, même pour la mauvaise dette qui vous aura donné du plaisir et du repos.

La dette européenne approche celle des USA

Les Etats, les villes, et quantité d’autres organismes publics, s’endettent également pour différents motifs. Il peut s’agir de construire des routes, des hôpitaux, des centres de recherches qui sont utiles au développement économique du pays. Il s’agit d’investissements durables dont on peut espérer une rentabilité à long terme. Mais, ces dernières années, le taux des crédits était très faible. De nombreux Etats ont profité de cette aubaine pour s’endetter davantage et, surtout, pour faire face à des dépenses courantes non-rentables. En effet, lors de tout investissement, il faut que sa capacité de procurer des revenus soit supérieur au coût de l’emprunt. Sinon, au lieu de s’enrichir, on s’appauvrit. S’endetter  pour renflouer les caisses de retraites, l’assurance maladie, ou mille autres subventions, correspond à un rapide appauvrissement. Il s’agit, à coup sûr, d’une mauvaise dette. C’est par démagogie, et pour s’attirer les voix des électeurs, que les gouvernements ont dépensé plus qu’ils ne gagnent… Nous sommes coresponsables…

En période de croissance économique, les Etats peuvent espérer que le taux de croissance

L'occident rembourse ses dettes

sera supérieur au taux de l’emprunt. Dans ce cas, les recettes de l’Etat augmentent et il peut s’acquitter de sa dette. Mais, aujourd’hui, la croissance est nulle et le restera encore longtemps (lire à ce sujet la chronique  171 « Comment l’occident s’est enrichi ? »). Or de nombreux Etats empruntent avec des taux d’intérêts supérieurs à 5%. Ceci veut dire qu’ils s’appauvrissent de 5% par an et bientôt plus personne ne voudra leur prêter car ils seront incapables de rembourser ! On appelle cela la faillite ou la ruine et c’est ce qui menace la majorité des pays européens à brève échéance. Nous approchons du moment où il faut emprunter pour financer les seuls intérêts de la dette !….

Vous allez me dire qu’il existe une solution simple, et même miraculeuse, à laquelle nous avons tous rêvé un jour : créer de la fausse monnaie. Ce n’est pas facile au niveau individuel, mais l’Etat a tous les droits ! C’est ainsi que la réserve fédérale américaine a créé, à partir de rien, c’est-à-dire sans contre partie économique, la jolie somme de 29.000 milliards de dollars pour relancer la machine qui s’obstine à rester immobile. Cette solution n’est simple qu’en apparence, c’est la solution à laquelle avait recouru la République de Weimar avant la grande crise de 1929 et c’est aussi la recette qui a été utilisée plus récemment au Zimbabwe qui fut ainsi ruiné. En effet, la valeur de l’argent papier repose sur la confiance. N’oubliez jamais que l’argent que vous avez dans votre poche n’est que du papier qui n’a qu’une valeur symbolique.

L'inflation, c'est quand chacun est si riche que personne ne peut plus rien se payer

  Si l’Etat imprime de la fausse monnaie pour payer ses dettes, la confiance va finir par s’écrouler et perdre de sa valeur. La perte de valeur signifie une augmentation des prix, c’est-à-dire de l’inflation et ensuite de l’hyperinflation. À ce moment-là, la fin est proche. Les Etats endettés rêvent de créer de l’inflation car cela diminue l’importance de leurs dettes, mais ils n’y sont pas encore parvenus. Il suffit d’attendre, cela viendra ! Pour vous, c’est moins réjouissant, car malgré l’inflation, vos salaires et vos retraites ne seront pas augmentés. En bref, notre pouvoir d’achat va baisser de façon drastique ces prochaines années.

Plus de dettes pour payer ses dettes

  Les pays occidentaux sont malades : ils sont bourrés de mauvaises dettes qu’ils ne parviennent plus à résorber car ils ont contracté trop d’emprunts. De même, nombre de citoyens sont envahis par du mauvais cholestérol qu’ils ne parviennent plus à métaboliser, parce qu’ils ont trop mangé. Dans un cas, comme dans l’autre, nous sommes responsables et cela conduit à l’accident cardiovasculaire.

Sur le même sujet vous pouvez relire la Chronique Libre 174 « ORIGINE DE LA DETTE ».

Posted in: Economie