231 – L’OCCIDENT CHERCHE LA GUERRE

Posted on janvier 16, 2012 par

5


C’est un réflexe vieux comme le monde : lorsqu’une nation va mal et que la révolte gronde, elle se cherche des ennemis à l’extérieur et elle finit toujours par s’en trouver !…

  Une fois de plus l’Amérique veut partir en guerre et l’Europe se croit obligée de lui emboiter le pas. Le Vietnam, l’Irak, l’Afghanistan n’ont sans doute pas été des expériences et des défaites suffisamment cuisantes. Pour faire plaisir à Israël, la nouvelle cible est l’Iran. L’éditorialiste du New York Times, Thomas Friedman nous explique pourquoi il était important que les USA fassent la guerre à l’Irak.  Vous allez voir, c’est surréaliste. Tout d’abord ce monsieur nous dit que l’Amérique se posait la question suivante : « Pouvions-nous collaborer avec le peuple d’Irak pour changer la trajectoire politique de ce pays crucial au cœur du monde Arabe, et aider à le faire pencher, avec le reste de la zone, sur une voie démocratique ? » Par simple curiosité, selon Friedman, il était donc important que l’Amérique mette l’Irak à feu et à sang, avec des centaines de milliers de morts à la clé ! La « voie démocratique » a été oubliée en route, mais c’est sans importance, de toutes les façons il fallait y aller ajoute Friedman car l’Irak avait « un déficit de liberté, un déficit de connaissance et un déficit de libération des femmes ». Avec des gens comme Thomas Friedman, l’Amérique est heureuse et satisfaite d’elle même. « Je ne sais pas si l’Irak va s’en sortir… mais créer cette occasion était une entreprise importante… Je n’ai que du respect pour les Américains, les Britanniques et les Irakiens qui ont payé le prix pour la rendre possible», ajoute l’éditorialiste dont on ignore quel traumatisme il a subi dans son enfance pour proférer pareilles horreurs !…

Mais en Amérique les Friedman sont nombreux. Il est étrange de constater que c’est toujours lorsque la fin approche que les Empires prennent les pires décisions qui vont précisément accélérer leur chute. Les 3.000 milliards dépensés en pure perte en Irak pèsent lourd dans le déficit US. Qu’importe, Obama s’est trouvé une nouvelle guerre, bien à lui, pas une guerre qui appartienne à quelqu’un d’autre, hérité de ceux qui l’ont précédé, non, une guerre qui peut lui permettre de laisser son nom à l’histoire. Il faut dire qu’il manque un peu d’originalité, il nous refait le coup des « armes de destruction massives », si chers au sieur Bush. Mais cette fois il met la barre un peu plus haut, il nous parle « d’armes atomiques ». Il n’a pas de preuves, rien que des suspicions, mais quand on cherche des prétextes, on ne s’embarrasse pas de preuves. La seule chose dont on est sûr, c’est que l’Iran est un pays sous développé avec des moyens militaires lilliputiens qui ne sont une menace pour personne. Alors, pourquoi cette paranoïa américaine ? Une nouvelle fois, tournez-vous vers le pétrole et vous aurez sans doute la réponse.

C'est assez! tu ne vois pas que nous sommes occupés?

 Je ne sais pas si l’Iran cherche réellement à se doter de la bombe atomique, c’est possible et c’est même probable qu’il y pense. Et alors ? Au nom de quel principe l’Iran ne pourrait pas avoir la bombe ? Tous ses voisins ont réussi à se doter de cette arme terrifiante et voudraient interdire à l’Iran de la posséder. Israël est menaçant, sur-armé et dispose de la bombe atomique, obtenue de façon occulte! Quel prétexte peuvent-ils mettre en avant ? Croyez-vous vraiment que les fous d’Allah soient plus belliqueux et plus insensés que les fous de Yahvé ou les fous de Dieu?

Je ne suis pas en train de faire l’apologie de la bombe atomique ! Ce que je veux dire, c’est que si les occidentaux et Israël veulent être crédibles et entendus par Téhéran, ils doivent commencer par renoncer eux-mêmes à la bombe atomique. C’est très simple : ceux qui s’entendent si bien pour menacer l’Iran n’ont qu’à s’asseoir à une table pour mettre en œuvre la destruction de leur arsenal nucléaire. Faut-il rappeler aux Américains que le seul pays à avoir utilisé, par deux fois, la bombe atomique, est un pays « civilisé » et démocratique qui porte le nom d’Etats-Unis d’Amérique ?

L’Europe n’a rien à faire dans cette galère et tout à perdre à s’associer à pareille entreprise qui conduirait inévitablement à une forte hausse du prix de pétrole et à un déclin durable de l’Occident. Cela serait la faute de trop, et il est même probable que l’empire américain ne s’en remettrait pas. Est-ce que la démocratie ne mérite pas que l’on interroge les citoyens pour leurs demander ce qu’ils en pensent ?

Posted in: Politique