308 – Où METTRE SON ARGENT ?

Posted on juillet 16, 2012 par

3


Vous connaissez l’information : la France et l’Allemagne empruntent de l’argent à des taux négatifs. C’est-à-dire que les prêteurs paient ces deux pays pour garder leurs Euros !

Les media, généralement mal informés et qui ne réfléchissent pas beaucoup, se réjouissent de la confiance retrouvée dans la solvabilité de ces deux pays. Ils ne comprennent pas ce que cache cette information. Quels sont donc ces prêteurs si attentionnés qui confient leur argent à des pays lourdement endettés et qui sont prêts à payer pour cela ? Cela ne vous paraît pas louche, ce monde à l’envers ?

 En fait, la situation des banques européennes est si mauvaise, et le risque est si élevé, que les détenteurs d’Euros ont peur d’y laisser leur argent.  Ces milliards prêtés à court terme à l’état français ou à l’état allemand fuient tout simplement les banques. Cela veut dire que les détenteurs de capitaux préfèrent perdre un peu d’argent que de risquer de tout perdre. Il vaut mieux aujourd’hui enterrer vos Euros dans votre jardin que de les laisser dans votre banque !  Les banques ne se prêtent plus entre elles car elles ne se font plus confiance. Les caisses de retraites et les fonds de pensions fuient les banques. Vous appelez cela une bonne nouvelle ?

Prenons l’exemple de la Banque Nationale Suisse (BNS) qui a décidé d’arrimer le Franc Suisse à l’Euro, à la parité de 1.20, afin de ne pas trop perdre en compétitivité. Or, la BNS a dû agir massivement en achetant un total de 300 milliards d’Euros sur le marché afin d’éviter que la monnaie européenne ne s’effondre. Que peut-elle faire de tout cet argent ? A juste titre, elle n’a pas confiance dans les banques, qu’elles soient helvètes ou européennes. A moins de garder cette somme sous son matelas, le président de la BNS n’a rien trouvé de plus sûr que de la confier provisoirement à ses voisins Allemands et Français !… Autant dire que la situation est grave.

Mais attendez, cela n’est pas fini. De façon plus globale, 80% de l’économie mondiale est à l’arrêt ou tourne au ralenti : L’Europe est en récession et suit l’exemple du Japon, les Etats-Unis continuent de s’endetter comme si de rien n’était et l’économie Chinoise est en forte décélération. Tout cela veut dire qu’il n’y aura bientôt plus d’excès de liquidité pour souscrire aux dettes des Etats. S’il y a moins de prêteurs les taux vont monter et les pays endettés vont se trouver asphyxiés, comme le sont déjà l’Espagne et l’Italie, sans parler de la Grèce.

L’autre facteur aggravant réside dans la création monétaire. Presque tous les pays y ont recours, même la Suisse pour soutenir la parité avec l’Euro, comme nous venons de le voir. Mille milliards de dollars par-ci, mille milliards d’Euros par-là : cela fait beaucoup d’argent qui circule et qui, mécaniquement, va déclencher l’inflation, avec comme corollaire, la montée inexorable des taux d’intérêts. Ce scénario est inéluctable, mais il est plus difficile d’en prévoir la date. En effet, les gouvernements et les banques centrales interviennent de façon artificielle pour masquer la réalité. On ne sait jamais combien de temps peut durer un acharnement thérapeutique, avec les moyens sophistiqués dont disposent les financiers…

Nous ne règlerons pas le problème en ajoutant encore de la dette à la dette qui procure une croissance fictive. Ce n’est pas en renflouant les canards boiteux que l’on fera repartir l’économie. Ce n’est pas en augmentant les impôts que l’on enrichira le pays, au contraire on l’appauvrit. Quand les Etats deviennent des faux-monnayeurs, c’est le début de la fin

 La solution consisterait à laisser agir la nature, c’est-à-dire laisser faire faillite ceux qui sont ruinés. Laisser faire la sélection naturelle afin de repartir sur des bases saines. Stopper les renflouages et subventions de toute sortes qui alimentent le gaspillage et introduisent des distorsions dans les mécanismes économiques. Diminuer le secteur non productif, c’est-à-dire la fonction publique, au profit du secteur privé productif qui seul produit de la richesse. N’oublions jamais que les entreprises créent de la richesse et la fonction publique consomme de la richesse. Enfin, diminuer les impôts pour stimuler sainement l’économie. VOUS NOTEREZ QUE NOS GOUVERNANTS FONT EXACTEMENT LE CONTRAIRE…

 

Posted in: Economie