419 – POMMIER OU CERISIER ?

Posted on avril 17, 2013 par

2


Capture d’écran 2013-04-15 à 15.49.58

Il arrive souvent des périodes, dans notre vie, où nous nous «cherchons» … Nous ne savons plus vraiment ce que nous voulons, ce que nous aimons, où nous allons. Nous sentons que quelque chose doit changer mais nous ne savons pas quoi ! Alors, nos méninges se mettent en route et, hop, nous voilà partis à réfléchir.

Seulement, bien souvent, nous réfléchissons en observant l’extérieur plutôt qu’en plongeant dans notre intérieur. Et, comme nous sommes un peu perdus, nous cherchons des repères, des modèles auxquels nous identifier.  

Nous nous mettons alors à observer ceux qui nous entourent, ceux que nous aimons et admirons. Bien sûr, les personnes qui semblent avoir trouvé leur voies deviennent vite des modèles ! Ils semblent tellement aimer ce qu’ils font … Nous commençons à nous demander pourquoi nous ne ferions pas la même chose qu’eux ?

– Untel est tellement épanoui dans son rôle d’entrepreneur : il est hyper occupé, il court partout, il semble s’amuser comme un petit fou et, en plus, il gagne des sous.

– Unetelle, par contre, s’épanouit en s’occupant de ses petits enfants : elle se sent utile, elle a des liens privilégiés avec eux, elle est occupée à plein temps avec sa progéniture.

– Deux autres, quant à eux, prennent leurs pieds en voyageant : ils sont toujours par monts et par vaux, entre deux trains ou deux avions. Ils reviennent chaque fois enchantés, rêvant de leur prochain voyage … 

– Il y a ceux qui s’adonnent à fond au plaisir de la randonnée ou du vélo ou encore les passionnés de vieilles voitures. D’autres qui méditent, qui jardinent avec passion, ou qui peignent.

Bref, nous sommes tous uniques et les passions ne manquent pas ! Et, voilà le hic, c’est qu’en traversant cette période de «flou» nous avons perdu de vue ce qui nous passionne. Nous voilà comme orphelin de notre désir …

Comme je le disais plus haut, plutôt que de partir à la recherche de notre désir à l’intérieur de nous, là où il se trouve, nous le recherchons à l’extérieur. Et nous voilà cherchant à devenir qui nous ne sommes pas !

Alors, rien ne va plus. Nous essayons de rentrer dans la peau d’un tigre alors que nous sommes gazelle, ou bien dans celle d’une girafe alors que nous sommes fourmi ! Vous imaginez le spectacle ? Cela ne peut pas fonctionner. Et aucun de ces animaux n’est ni mieux, ni pire. Ils sont différents, c’est tout.

Capture d’écran 2013-04-15 à 16.09.21 Pourtant, bien souvent, nous rêvons des cerises que produisent … les cerisiers et nous faisons la grimace devant les magnifiques pommes qui s’accrochent à nos branches. Ces deux fruits murissent à des périodes différentes, ont des goûts différents mais sont délicieux tous les deux !

Cessons donc de nous comparer et apprenons à devenir nous-mêmes … Laissons notre âme nous guider vers notre unicité et notre talent, sans nous comparer, en étant simplement qui nous sommes. Il n’y a pas d’échelle pour mesurer ce qui est mieux ou moins bien, il y a simplement des gens heureux de faire ce qu’ils font, d’être qui ils sont. Et s’il y a quelque chose à «modéliser» chez ces personnes, c’est simplement de comprendre comment ils sont arrivés à être eux-mêmes plutôt qu’une pâle copie, un peu frustrée, de quelqu’un d’autre qui n’est pas eux.

Faire ce qui nous convient, être simplement soi-même,amène une fluidité et une paix intérieure qui sont les meilleures garanties d’une vie épanouie !

 Pour terminer, une citation de Louis XIV (Extrait des Mémoires de Voltaire)

 «Il est, sans comparaison, plus facile de faire ce qu’on est que d’imiter ce qu’on n’est pas»