418 – L’EUROPE MALADE

Posted on avril 15, 2013 par

0


L’Europe est sous assistance respiratoire et plus un organe ne fonctionne normalement. Comme à la famille d’un mourant, on nous fait croire que tout est sous contrôle et que le malade va guérir. Certains diront que c’est un pieux mensonge pour ne pas semer le désespoir.

Dans les faits, l’Europe est déjà en train de se défaire. La libre circulation des capitaux vient d’être supprimée à Chypre qui n’est donc plus tout à fait l’Europe. La monnaie dite « unique » n’a plus la même disponibilité partout ce qui revient à rétablir le contrôle des changes de triste mémoire. Comme l’écrivait l’économiste Simone Wapler : «  La propriété est le fondement de la liberté. Un esclave ne possède rien et c’est essentiellement pour cette raison qu’il n’est pas libre. Le fruit de son travail ne lui appartient pas, il ne peut rien échanger, rien transmettre. La propriété ne peut s’échanger, s’accumuler, se transmettre qu’avec une monnaie. Lorsque l’Etat trafique la monnaie, la contrôle, en restreint son usage, il entrave votre liberté et limite votre propriété ».

Dans certains pays, les paiements en espèces sont limités drastiquement. C’est le cas de la Grèce et de l’Italie, mais c’est aussi le cas de… la France. Essayez donc de retirer une somme importante à votre banque ! Ce n’est bien sûr qu’un début. Nous connaitrons la technique des « emprunts obligatoires » qui consistera à mettre la main sur les économies des citoyens.

Autre différence entre les Etats-membres : chaque pays emprunte à des taux très différents les uns des autres, ce qui entraine ipso facto des distorsions de concurrence. Ce qui revient à dire que la monnaie est unique mais n’a pas la même valeur au Nord et au Sud !

Ce n’est pas tout, il faut aussi se poser la question de savoir qui achète la dette des Etats ? L’on s’aperçoit que dans certains pays comme l’Italie, la France et l’Espagne, ce sont de plus en plus les banques nationales qui prêtent aux Etats. Mais qui sauvera les banques lorsqu’elles feront faillite, comme à Chypre, parce que l’Etat sera ruiné ? Oui, vous avez trouvé, ce sont les contribuables comme toujours !

Nous pourrions parler de l’Europe militaire, ou plus exactement de sa non-existence. Qui peut respecter une puissance qui n’a même pas l’ambition de se défendre et qui laisse ses frontières ouvertes à tous les vents de l’immigration ? Une Europe sans armée ne peut prétendre avoir une politique internationale, elle ne pèse d’aucun poids. Savez-vous que la France et l’Angleterre veulent se partager un porte avion ? Vous imaginez les français et les anglais sur un même bateau ? C’est risible et ridicule ! Voilà pourtant l’Europe militaire que l’on nous propose. A t-on oublié l’avertissement de Machiavel?: « Il y a deux manières de combattre: l’une avec les lois, l’autre avec la force et l’une sans l’autre n’est pas durable« .

Unknown-1Ainsi, sous nos yeux, l’Europe se délite. Y a-t-il des solutions pour éviter le pire ? Oui, la solution existe, mais il faudrait y avoir recours dès maintenant, avant qu’il ne soit trop tard. La solution a un nom, c’est l’Europe Fédérale, avec un gouvernement central qui coordonne la politique économique, monétaire et financière de façon harmonieuse. Un gouvernement qui sache imposer des réformes fondamentales de l’administration, des régimes de retraites, des assurances sociales, du chômage et du droit du travail. L’Europe, dans son ensemble, redeviendrait ainsi compétitive sur le plan mondial.

Pourquoi cette orientation n’est-elle pas celle qui est décidée ? C’était le projet proposé par Angela Merkel, il y a quelques mois, à ses partenaires et en particulier à François Hollande. Qu’est-il advenu de cette proposition qui impliquait une vraie discipline budgétaire ? Tout simplement, le Président français n’y a pas donné suite, car il voulait garder les commandes et poursuivre son expérience socialiste jusqu’au bout. Il avait tant travaillé pour arriver au pouvoir qu’il ne voulait pas en perdre une miette et ne rien en lâcher ! Face à l’histoire il portera une lourde responsabilité : il aura ruiné à la fois la France et l’espoir européen !…

Les jours qui viennent seront amers car il n’existe aucune gouvernance européenne et chacun tire à hue et à dia. Ce n’est qu’une succession de compromis, sans direction, sans plan d’ensemble, sans perspective. Nous avons laissé l’Europe entre les mains de politiciens sans envergure qui conduisent une Europe à leur image.

Posted in: Politique, Sociétés