457 – POURQUOI LA FRANCE N’EST PLUS COMPETITIVE?

Posted on août 22, 2013 par

2


Depuis une trentaine d’années, la France accumule un retard industriel et un manque de compétitivité qui, aujourd’hui, constituent un handicap terrible à l’heure de la mondialisation.

 

Tout un programme!

Tout un programme!

 Le déclin est toujours lent et paraît imperceptible au début. Un pays prend du retard, mais refuse de le voir, ou bien le minimise. La France a souvent péché par arrogance avec son « modèle d’Etat-Providence que le monde entier lui envie » ! En fait, la France a pris l’habitude de dépenser plus qu’elle ne gagne, comme elle le faisait jadis, du temps où elle pouvait dévaluer sa monnaie pour regagner en compétitivité. Dans ce beau pays, on y travaille moins qu’ailleurs au cours d’une semaine, moins qu’ailleurs au cours d’une année et moins qu’ailleurs au cours d’une vie, ce qui constitue un premier handicap. Le deuxième handicap réside dans une fonction publique pléthorique et dépensière, le nombre de fonctionnaires étant près du double que dans les pays industriels auxquels la France aimerait se comparer.

 

Nous avons souvent répété dans ces chroniques que la France n’avait aucune chance de retrouver le cheminUnknown-1 de la croissance, sans une remise en cause profonde de son administration et sans des restrictions draconiennes des dépenses sociales. Par démagogie et idéologie le gouvernement actuel refuse de remédier à ces problèmes de fond, de façon encore plus marquée que les gouvernements précédents, ce qui fait que la situation ne peut que se dégrader. L’augmentation permanente des impôts ne fait qu’affaiblir l’économie et la rendre moins compétitive ! Dans ce contexte, il faut être bien naïf pour croire qu’il est possible de redresser durablement la barre. Il est sans doute possible de gagner un peu de temps et de retarder l’inéluctable, c’est-à-dire attendre que les évènements soient si graves que les réformes seront imposées par ses créanciers.

 

Néanmoins, l’industrie française est frappée d’un troisième handicap encore plus inquiétant. Il s’agit du retard pris dans l’automation et l’emploi des robots industriels. Dans notre précédente chronique nous avons développé combien l’automation allait bouleverser le travail et la configuration des usines de demain. Aussi douloureux que cela soit, il est impératif que l’industrie diminue ses frais de personnels et mettent en place des robots industriels. C’est le prix à payer pour rester compétitif. Tout gouvernement qui s’oppose à cette modernisation indispensable condamne son pays au déclin et en portera une lourde responsabilité à l’avenir.  Subventionner des industries non compétitives pour qu’elles gardent trop d’employés, c’est retarder la modernisation et signer leur condamnation.

 

Robots KUKA au travail chez Tesla en Californie

Robots KUKA au travail

 Il n’y a plus d’innovation sans automation. Or, « la France a cinq fois moins de robots que l’Allemagne et deux fois moins que l’Italie. De plus le parc français a vieilli. En France, la durée de vie des robots est de 20 ans, en Allemagne il est de dix ans », s’alarme l’économiste Michel Volle. Au fil des années l’écart se creuse par rapport à ses concurrents. « L’industrie française a installé un peu plus de 3000 nouveaux robots en 2011, les Allemands près de sept fois plus ». Ce n’est donc pas un hasard si les robots Kuka sont fabriqués en Allemagne. Cette « automation flexible » permet à l’Allemagne de prospérer face à la concurrence chinoise et même d’être le moteur de l’économie européenne.

 

La robotisation détruit certes des emplois industriels qui seraient condamnés de toutes façons, mais elle permet l’innovation avec de nouvelles méthodes de production et de nouveaux débouchés créateurs d’emploi. La notion de « destruction créatrice, génératrice d’innovation » chère à l’économiste Joseph Schumpeter est plus que jamais d’actualité. Il ne sert à rien de se cramponner au passé, nous n’avons de prise que sur le futur… Ceci est vrai au niveau des individus comme des sociétés !

 

Comme dans bien des domaines, la France ne semble pas avoir pris conscience des bouleversements technologiques et économiques en cours. Elle continue de penser comme il y a 30 ans, avant l’ère digitale. C’est la principale raison pour laquelle elle reste sans idée novatrice, dans quelque domaine que cela soit. Les mises en garde ne manquent pourtant pas et il serait temps qu’elle se retourne pour regarder devant elle et non plus en arrière, sinon elle va trébucher!…