PREVENIR OU GUERIR LE CANCER?

Posted on octobre 13, 2014 par

2



 

Le cancer est comme le terrorisme, il y a bien longtemps que la guerre a été déclarée, mais ni l’un ni l’autre n’est encore vaincu, ni proche de l’être !

Cela fait des dizaines d’années que des centaines de milliards sont dépensés par des milliers de chercheurs et des milliers d’hôpitaux pour tenter de vaincre le cancer. Compte tenu des sommes engagées, le résultat est très mince et le pourcentage de personnes atteintes de cancer ne cesse d’augmenter partout dans le monde. Nous disposons de quantités considérables d’informations sur la cellule cancéreuse et les publications scientifiques sérieuses sur le sujet se comptent par dizaines de milliers. Néanmoins, nous demeurons démunis face aux questions les plus fondamentales sur le développement du cancer…

1- Tout d’abord, personne n’est arrivé à comprendre pourquoi certaines espèces animales n’ont jamais de cancer, même lorsqu’elles sont soumises à de fortes doses d’agents cancérigènes. C’est le cas de la baleine à bosse sur laquelle nous ne disposons que de peu d’informations car il ne s’agit pas d’un animal de laboratoire courant ! Par contre, les chercheurs connaissent mieux certaines races de chauves-souris ou de taupes qui sont totalement réfractaires au cancer.

2- Nous ne comprenons pas non plus pourquoi certaines cellules se mettent soudain à proliférer de façon désordonnées et quel est le signal de déclenchement. Des cellules cancéreuses peuvent être en dormance pendant des années et, soudain, se réveiller sous l’influence d’un mystérieux signal. Les chercheurs comprennent mal l’interaction complexe entre les cellules saines et les cellules cancéreuses.

3- Dans 90% des cas les patients ne meurent pas d’une tumeur primaire mais d’une tumeur secondaire dénommée « métastases ». Les chercheurs se demandent encore comment se fait-il que des cellules spécifiques à un organe (la prostate par exemple) peuvent migrer dans un autre organe (le foie par exemple) et se mettre à proliférer comme s’il s’agissait de cellules hépatiques ! Il existe un mystérieux processus d’adaptation.

4- Enfin, l’autre grande interrogation concerne le mécanisme de résistance qui se met en place après un traitement anticancéreux. Il est facile de comprendre que la chimiothérapie a pour effet de sélectionner les cellules les plus virulentes, selon un processus de sélection naturelle. Mais il est plus difficile de saisir le mécanisme qui permet à des cellules sensibles de devenir résistantes. Tout se passe comme si les cellules procédaient à un total et mystérieux réarrangement génétique leur permettant de devenir résistantes à la chimio !

Si je vous raconte tout cela, c’est pour vous dire qu’il ne faut pas s’attendre à des progrès rapides dans la lutte contre le cancer qui demeure bien difficile à combattre. S’il est difficile de guérir, il est bien plus facile de prévenir ! Si nous avions dépensé pour la prévention, les sommes que nous avons consacrées à la lutte contre le cancer, nous n’en serions sans doute pas là. Vous ferez vous-même l’analogie avec le terrorisme…

 La communauté scientifique admet que la grande majorité des cancers pourraient être évités facilement. L’OMS estime que, au niveau mondial, 20% des cancers sont dus à l’action d’agents polluants environnementaux, 35% au tabac et 30% à la nutrition. Il est invraisemblable que des gens normaux et intelligents continuent de fumer alors que chacun en connaît les dégâts considérables. Le tabagisme est responsable de 70% des cancers du poumon qui sont eux même la première cause de cancer ! Comment comprendre que les populations occidentales, éduquées et relativement aisées boudent les produits de culture biologique et continuent à se polluer gravement avec des aliments de culture industrielle qui devraient être déclarés inaptes à la consommation ? L’exposition, dès la plus jeune enfance, aux fameux et tristement célèbres « perturbateurs hormonaux », prépare les petites filles à un futur cancer du sein et les petits garçons à un cancer de la prostate.

 images-2

Une mauvaise oxygénation des tissus est un facteur qui prédispose au cancer puisque les cellules cancéreuses prolifèrent en état d’hypoxie. Or, la meilleure façon de favoriser l’oxygénation de l’organisme, c’est l’exercice physique régulier, à tous les âges. Tabagisme, mauvaise alimentation, pollution, manque d’exercice physique, tels sont les paramètres à modifier et c’est gratuit !

Toutes ces connaissances sont sur la place publique et chacun continue de faire comme si personne ne savait ! La vraie raison de cette inaction est simple : le traitement du cancer rapporte beaucoup d’argent à certains et la prévention ne rapporte rien à personne… Sauf à chacun d’entre nous, bien sûr ! Prenons notre santé en main !

Posted in: Santé