730 – LA FAILITTE ECOLOGIQUE

Posted by

Réchauffement climatique, pollution de l’air, contamination des cours d’eau, pesticides, déchets plastiques, mortalité des insectes, disparition des oiseaux, cancers et maladies auto-immunes, sur tous les fronts nous perdons des batailles par manque de conviction et de détermination.

Nous assistons à une prise de conscience progressive de la gravité de la situation écologique, mais nous regardons l’environnement se dégrader très rapidement, sans réaction concrète et efficace. Nous prenons des mesures cosmétiques pour nous donner bonne conscience, mais nous ne voulons rien changer à nos habitudes.

Nous parlons, nous écrivons, nous organisons des colloques, nous assistons à des réunions techniques, nous nous alarmons, nous palabrons encore et encore, nous tirons des sonnettes d’alarme, mais tout ce brouhaha n’est que du blablabla… très concrètement nous ne faisons rien qui puisse changer le cours des choses.

J’ai vécu l’explosion démographique. Je suis né dans un monde de 2,5 milliards d’habitants, et je vis aujourd’hui sur une planète de 7,5 milliards d’individus, trois fois plus en une vie, et pourtant je ne suis pas si vieux que cela, je vous assure…

Je me souviens du ruisseau de mon enfance où abondaient les écrevisses et les poissons, nous allions nous y baigner, c’est aujourd’hui une rivière morte dans laquelle vous ne mettriez pas un doigt de pied. Je me souviens de la source où nous allions savourer le goût merveilleux de son eau fraîche, elle est devenue impropre à la consommation car les nappes phréatiques sont saturées de nitrates et de pesticides… Une étude épidémiologique, qui vient de paraitre, montre que les troubles maniaco-dépressifs seraient provoqués par les nitrates… Le bilan est effrayant !

Le réchauffement climatique

La seule mesure concrète qui a été prise, pour faire plaisir à un groupe d’activistes qui se prétendent écologistes, a consisté à arrêter les centrales nucléaires qui ne rejettent pas de gaz à effet de serre, ce qui nous oblige à construire des centrales à charbon qui non seulement rejettent énormément de CO2 mais aussi une grande quantité de soufre, de particules fines et de polluants divers.

C’est donc bien mal parti pour le réchauffement climatique ! Mais l’Europe se vante de diminuer ses émissions de gaz à effet de serre. En effet, nous avons fermé nos usines et nous faisons fabriquer l’essentiel en Asie, principalement en Chine, tout en ayant le culot de les accuser de polluer ! L’hypocrisie est totale…

Les déchets plastiques

Depuis les années 1950, nous avons produit 9 milliards de tonnes de matières plastiques dont la moitié a fini sa destinée dans la nature. Dans les pays riches, nous consommons annuellement, en moyenne, plus de 90 kilos de plastique par habitant. Essentiellement des suremballages inutiles.

Le plastique coûte moins cher à fabriquer qu’à ramasser et à recycler. Alors, pourquoi se gêner ? Les pays pauvres consomment peu de plastique mais n’ont pas de système de ramassage, néanmoins ils rêvent d’en consommer plus…

Les fleuves et les rivières sont les principaux pourvoyeurs de matières plastiques qui vont encombrer les mers. Ils s’y fragmentent en fines particules sous l’effet du rayons solaires et de l’oxydation… Puis sont ingérés par les poissons… et vous les retrouvez dans votre assiette.

Les pesticides

La liste est longue des herbicides, fongicides, insecticides et autres substances chimiques qui détériorent l’environnement, tuent les abeilles, font disparaitre les oiseaux (moins 40% en trente ans), modifient notre métabolisme hormonal, génèrent des cancers, des allergies et des maladies auto-immunes dont la morbidité ne cesse d’augmenter.

Les études scientifiques qui en attestent sont nombreuses, les substances les plus dangereuses sont connues, dont les fameux néonicotinoïdes toxiques à très faible dose, et le glyphosate, herbicide total, qui se dégrade très lentement. Ce dernier est le pesticide le plus employé en agriculture bien qu’il soit considéré comme « cancérigène probable », qu’il soit un perturbateur endocrinien, qu’il provoque des malformations graves et qu’il capte les métaux lourds qu’il entraine dans les nappes phréatiques…

Savez-vous que vos fruits préférés, les pommes et les poires, sont les plus pollués ? 15 traitements fongicides en moyenne sont nécessaires pour produire des pommes ! La vigne aussi est le paradis de la chimie !

Toute cette belle chimie se retrouve dans les cours d’eau et bien sûr dans l’eau de boisson, sans compter les résidus des médicaments, des traitements hormonaux, etc… Lors d’un test récent réalisé en Suisse, ce n’est pas moins de 128 substances différentes qui furent trouvées dans les cours d’eau des zones agricoles. Dans les eaux souterraines, le taux de pesticides dépasse souvent le seuil légal.

La chimie est partout

L’Agence européenne des produits chimiques a réalisé une vaste étude portant sur 5600 produits de consommation courante testés dans 27 pays de l’Union. Un produit sur cinq contenait des substances de synthèse, des fibres ou des métaux lourds interdits par la règlementation.

Les cas les plus problématiques résidaient dans les jouets en plastique dont 20% d’entre eux contenaient des Phtalates, substances extrêmement délétères, puissants perturbateurs endocriniens, agissant négativement sur le neuro-développement des enfants, sur le métabolisme et sur la fertilité.

Même les vêtements sont problématiques. 18% d’entre eux, et en particulier les vêtements en cuir contenaient du chrome hexavalent, composé hautement cancérogène. De nombreux bijoux contenaient des métaux lourds interdits au contact de la peau : plomb, cadmium, nickel.

Faut-il dire qu’une majorité des produits non conformes provenaient d’Asie ?

Dans nos campagnes désertes et mortes, vous ne verrez bientôt plus l’alouette des champs, la fauvette grisette ou le vanneau huppé. En France, en dix-sept années, le nombre d’oiseaux a diminué de 30%. Une disparition massive qui a commencé au milieu du siècle dernier et qui symbolise le désastre écologique en perspective.

En attendant, mangeons bio, évitons les plastiques, achetons intelligemment, recyclons nos déchets, économisons l’eau et l’énergie, militons pour une règlementation plus sévère, surtout en agriculture, et montrons à nos enfants comment respecter l’environnement.

P.S. Photo de Vanneau Huppé

 

 

 

Laisser un commentaire