768 – ÊTES-VOUS CONSPIRATIONNISTES?

Posted by

Les « conspirationnistes » pensent qu’il existe des groupes d’influence, plus ou moins occultes, qui agissent dans l’ombre de façon néfaste pour la société.

C’est l’avantage de l’âge d’avoir beaucoup vécu et, ainsi, d’observer la société humaine sur le temps long, en historien, si je puis dire. Selon mon expérience, je peux affirmer qu’il existe bien des groupes d’influences qui agissent plus ou moins dans l’ombre de façon néfaste. Ceci m’oblige à conclure que je me retrouve dans le camp des conspirationnistes et c’est mal vu !

Les débuts d’un conspirationniste

En ce qui me concerne, j’ai commencé ma carrière de complotiste dans les années 60, lorsque j’ai écrit des documents sur la malbouffe, les fastfoods et autre Coca-cola. J’ai été convoqué au ministère de la santé pour m’entendre dire que je n’avais pas à critiquer l’alimentation des français sur laquelle il n’y avait rien à redire ! A l’époque, le grand ponte français des nutritionnistes écrivait des livres sur les bienfaits du sucre, qu’il fallait consommer sans modération…

Peu de temps après, j’ai osé parler des effets secondaires de certains médicaments et proposer des alternatives plus naturelles, efficaces et sans danger. A l’époque, le même ministère de la santé m’a fait savoir très officiellement qu’un bon médicament devait avoir des effets secondaires et que c’était même la preuve de son efficacité. La théorie voulait que l’efficacité se mesure à l’aulne de la toxicité !

Je vous laisse imaginer quels pouvaient être les intérêts qui se cachaient derrière toutes ces inepties. De même, lorsque j’ai divulgué les premiers travaux qui démontraient les effets extrêmement nocifs des amalgames dentaires au mercure. J’étais un arriéré incompétent et dangereux. Oui, c’était moi, le complotiste, qui était dangereux, pas le mercure !

Le combat des complotistes

Dans les années 70 des conspirationnistes ont suspecté les méfaits du tabac dans la genèse du cancer. Leurs combats furent longtemps discrédités et ils furent traités de tous les noms pour avoir osé s’attaquer à un des piliers du plaisir de vivre en société : fumer ! Vous connaissez la suite…

Puis il y eu la triste et scandaleuse affaire de l’amiante. Il s’est écoulé 50 ans entre les premières études qui montraient de façon irréfutable les très graves méfaits de l’amiante et son interdiction qui n’est intervenue qu’en 1997 en France. Le combat acharné mené par les défenseurs de l’amiante, et financé par les industriels, constituait bien un véritable complot !

Dans les années 2000 de dangereux complotistes écologistes ont commencé à accuser les pesticides de dégradation sur l’environnement et de méfaits sur la santé. Cela faisait déjà 30 ans que les poissons de nos rivières avaient disparu et que l’eau de nombreuses sources n’étaient plus potables, mais il ne fallait rien dire. Ceux qui parlaient étaient traités d’archaïques, d’ennemis du progrès et de la modernité. S’attaquer aux multinationales de la chimie ou de la pharmacie vous mettait au ban de la société, comme un paria infréquentable. Ce sont eux qui financent en sous-mains les diverses sociétés savantes qui, in fine, décident de ce qui est bien et de ce qui est mal, bref, de notre destin ! Vous avez dit conspiration ?

Les vaccins sont-ils dangereux ?

L’histoire étant un éternel recommencement, des doutes survinrent sur les méfaits potentiels de certains vaccins et, aussitôt, ressurgit l’accusation habituelle de conspirationnisme à l’encontre de ceux qui émettaient pareille hypothèse ! Pourtant, il existe un faisceau de preuves qui devraient au moins inciter la hiérarchie médicale à y regarder de plus près.

Nul ne conteste les énormes bienfaits qui ont été apportés par certains vaccins. Mais tous les vaccins ne sont pas identiques. Certains vaccins modernes utilisent comme antigènes, non pas des virus « atténués » mais des fragments de la paroi virale ce qui rend le vaccin peu efficace. On ajoute alors ce que l’on nomme des « adjuvants » qui boostent le système immunitaire de façon aveugle. Ce sont ces adjuvants, souvent à base d’aluminium ou d’extraits protéiques, qui rendent les vaccins potentiellement nocifs.

Un grand nombre de cas ont été rapportés, en particulier avec le vaccin contre l’hépatite suspecté de déclencher une maladie auto-immune, telle la sclérose en plaque, ce qui n’est pas incohérent du point de vue biologique. D’autres hypothèses suspectent certains vaccins de participer à l’augmentation vertigineuse des cas d’autisme qui constitue à l’heure actuelle une énigme médicale. Or, cette hypothèse n’est pas stupide. Pourquoi est-il interdit d’y regarder de plus près ?

Dans ces conditions, l’obligation qui vient d’être faite en France d’imposer 10 vaccins avant l’âge d’un an constitue, selon moi, une faute médicale dans un contexte où il demeure de nombreuses inconnues…

A titre d’exemple, il n’est pas inutile de rappeler la mésaventure qui vient d’arriver à Sanofi-Pasteur avec son vaccin contre la dengue, utilisé de façon massive et obligatoire dans de nombreux pays tropicaux dont les Philippines. Il vient d’être démontré, contre toute attente, une augmentation de la mortalité et de la gravité de la maladie chez les enfants vaccinés ! On vient de découvrir un nouveau mécanisme immunitaire inconnu jusqu’à lors. On n’est jamais assez modeste…

La directrice du « Standford Health Communication Initiative » à l’université de Standford vient d’écrire avec sagesse : « Comment les compagnies pharmaceutiques et les régulateurs doivent-ils procéder dans un contexte de connaissance scientifique en constante évolution et avec des vaccins imparfaits ? Est-il éthique de mettre en danger une minorité dans le but de protéger une majorité, comme l’a soulevé L’Organisation Mondiale de la Santé ? ». Y aurait-il des conspirationnistes à l’OMS qui osent parler de « vaccins imparfaits » ?

Et le Levothyrox ?

Cette saga est toute récente. Un changement d’excipient dans la formule de cette hormone thyroïdienne synthétique a entrainé une vague d’effets secondaires tout à fait inattendus. Bien entendu le pouvoir médical, relayé par les media bien-pensants, s’est aussitôt gaussé de « prétendus effets secondaires chez des patients hystériques », qui étaient scientifiquement impossibles !

Les patients qui ont continué à protester, ainsi que ceux qui s’en faisaient l’écho, ont été traités de conspirationnistes malintentionnés, désireux d’ébranler la confiance dans les instances médicales, autrement dit, de crime de lèse-majesté ! Une fois de plus, les autorités parlaient de « théorie du complot » dont seraient coupables tous ceux qui avaient inventé cette histoire imaginaire !

Et puis soudain, un chercheur plus futé et plus curieux que les autres, s’est mis à fouiller le dossier. Il s’est aperçu que les experts n’avaient travaillé que sur des moyennes, en comparant les résultats des deux formules. Or, comme chacun sait, le diable se cache dans les moyennes ! Si je regarde la moyenne des revenus en France, elle est convenable, mais elle cache la misère de ceux qui sont les plus mal lotis, ainsi que les revenus inconvenants d’une frange de la population. Idem avec le Levothyrox, les effets secondaires étaient violents et ne concernaient qu’une minorité. Les patients avaient une fois de plus raisons, leurs maux étaient bien réels et il fallut attendre deux ans pour leur rendre justice.

Cette histoire de moyenne me fait sacrément penser au problème des vaccins. Et si les effets secondaires graves, qui ne concernent qu’une minorité, étaient masqués par les moyennes ?

J’aurais pu vous raconter bien d’autres histoires du même ordre qui prouvent que nous avons tous intérêt à être vigilants. Il faudra que l’on parle de la 5G qui commence à inquiéter les citoyens.  De son coté, Julien Assange, qui fut le premier à dévoiler les exactions américaines en Irak et en Syrie, va être livré par les britanniques aux américains qui veulent sa peau, car c’est un conspirationniste !

Sage principe de précaution : pensez par vous-même, ouvrez l’œil et ayez l’esprit critique sur toute information, d’où qu’elle vienne. Mais, ne rejetez pas tout d’un bloc et ne devenez pas paranos…

Si vous pensez que vous n’êtes pas manipulé par les media, les politiques, les puissants, les bien-pensants, les politiquement corrects ou les lobbies, alors, vous n’êtes pas un conspirationniste et vous pouvez dormir plus tranquille…

Si cette chronique vous a intéressé, n’hésitez pas à la partager, à faire des commentaires et à vous inscrire pour recevoir une nouvelle Chronique Libre chaque lundi…

 

One comment

  1. Quelle belle analyse!
    A propos des vaccins,un autre complotiste … DR Michel De Lorgeril, chercheur au CNRS, vient de publier deux livres sur les vaccins, justement! un troisième et quatrième sortiront en mai et juin. Certainement très éclairant parce que le résultat d’une étude très approfondie, comme tout ce qu’il entreprend!
    Merci à vous.

Laisser un commentaire