803 – LES ENFANTS GÂTES DE LA REPUBLIQUE

Posted by

Début Décembre, nous étions à Paris, en même temps que la pluie, les grèves et les manifestations ! Cela faisait des années que nous n’avions pas séjourné en France et nous avons pu mesurer un certain délabrement…

Vous me direz que Paris n’est pas la France et vous avez raison, mais ce qui me frappe c’est l’état d’esprit à la fois défaitiste et vindicatif des français. Ils sont remplis de ressentiments et veulent en découdre avec des ennemis imaginaires. Cette plongée dans cette ambiance délétère m’a rendu triste.

Comme l’a très bien résumé Sylvain Tesson : « La France est un paradis peuplé de gens qui se croient en enfer ».

Un petit air d’anarchie

C’est ainsi que les parisiens ont abandonné non seulement toute forme de courtoisie, mais ils ont perdu aussi leur civilité et leur sens citoyen. Ils sont souvent agressifs, se bousculent dans les rues et s’invectivent pour un rien.

Il règne un petit air subversif qui se remarque dans les détails de la vie quotidienne. Les automobilistes s’arrêtent aux passages piétons de façon très aléatoire et seulement si vous y mettez du vôtre pour forcer le destin. Les vélos et les trottinettes brûlent les feux rouges sans crier gare ou roulent sur les trottoirs sans se préoccuper des piétons.

C’est du chacun pour soi, et pas de pitié pour l’étranger perdu et un peu déboussolé par tant de désinvolture. Vous pouvez crever sur le trottoir, personne ne vous remarquera car chacun court à ses petites affaires. Dans les beaux quartiers les mendiants emmitouflés occupent les portes cochères comme du temps de Zola !

La nouveauté, ce sont les trottinettes qui désormais encombrent les trottoirs, abandonnées au gré de l’humeur des utilisateurs qui ne prennent soin de rien. Des groupes d’anarchistes saboteurs ont sillonné Paris pour rendre ces dangereuses trottinettes inutilisables. Sans doute une façon d’exprimer leurs rancœurs face aux difficultés de la vie auxquelles ils n’étaient pas préparés.

Cette nouvelle jeunesse, mal éduquée, ne respecte plus rien et surtout pas elle-même. Que l’on me pardonne, mais j’avais prévu cette déliquescence d’une certaine jeunesse trop gâtée, fruit du laxisme généralisé des systèmes éducatifs et des parents. L’enfant roi a vieilli, mais il reste capricieux et croit encore qu’il suffit de désirer pour obtenir. Il n’accepte guère les règles et les contraintes, toute obligation étant considérée comme un crime de lèse-majesté ! De ce que j’observe de l’éducation de certains enfants aujourd’hui, je ne peux leur prévoir que des jours encore plus difficiles.

Nous parlions avec un professeur de BTS dans une petite ville bourgeoise de province. Il était effaré du niveau intellectuel de ses élèves, incapables de comprendre un texte de 30 lignes ! Les jeunes enseignants n’ont plus aucune exigence sérieuse sur les élèves et il s’installe une certaine médiocrité qui devient la norme. Ils ne lisent pas et sont incapables de s’exprimer correctement. La déculturation massive est en marche pour de jeunes citoyens qui, le moment venu, s’étonneront sans doute de ne pas trouver de travail. Ils mesureront trop tard le tort qu’ils ont eu de mépriser un système éducatif que beaucoup d’enfants moins gâtés, dans le monde, rêveraient d’avoir.

Cette dérive dans les mœurs et les comportements s’est faite de façon lente et souterraine, ce qui fait que nombreux sont ceux qui ne voient même pas le changement intervenu depuis 20 ou 30 ans. La dégradation s’est faite de façon indolore et elle n’est douloureuse que pour ceux qui reviennent, après une longue absence.

La grève des enfants gâtés

Le malaise est encore plus profond sur le plan politique et économique. La France cumule deux records qui l’handicapent. Tout d’abord, c’est le pays qui travaille le moins, non seulement dans une journée et dans une année, mais aussi dans une vie entière avec un âge de départ à la retraite qui défie toute concurrence. Ensuite, la France est encore championne du monde des largesses de l’Etat providence dont la dette ne cesse de monter.

Ces deux effets cumulés ont progressivement mené la France au bord du dénuement. Les français disent volontiers qu’ils habitent un pays riche et qu’il faut savoir profiter de ses largesses. Ils se trompent car, depuis 40 ans, ils ont été réfractaires à toute réforme de fond indispensable pour affronter l’avenir. Leurs difficultés d’aujourd’hui est le fruit de leur imprévoyance et de leur manque de lucidité d’hier.

En France, ceux qui possèdent la plus grande capacité de nuisance sont aussi ceux qui, au fil des années, ont obtenu le plus d’avantages économiques. Depuis longtemps, la grève est devenue leur arme privilégiée puisqu’elle a la capacité de paralyser le pays. A chaque grève, ils ont obtenu ce qu’ils dénomment pudiquement une « avancée sociale », c’est-à-dire un avantage spécifique, financé par leurs concitoyens !

L’équité voudrait donc que l’ensemble des systèmes de retraites ou de prestations sociales suivent les mêmes règles appliquées à chaque citoyen. En outre, l’espérance de vie a augmenté de dix ans en 40 ans ! Il devient donc urgent de penser à l’avenir en ajustant l’âge de départ à la retraite. A tout esprit rationnel, cela semble du bons-sens. Mais les français, qui sont pourtant les fils spirituels de Descartes, n’ont pas l’esprit rationnel et sont mus par des émotions incontrôlables.

Le projet du gouvernement est pourtant très insuffisant et ne s’appliquera qu’en 2035, autant dire que d’ici là la France a le temps de sombrer et se retrouver comme le Venezuela ! Les futurs retraités pourront se serrer la ceinture et nos enfants ainsi que nos petits-enfants pourront maudire leurs ainés d’avoir été incapables de se réformer !…

C’est pitoyable !

Miser sur le sens des responsabilités

L’erreur fondamentale des politiciens c’est d’avoir peur de la démocratie. Ils sont intimidés par la violence verbale des syndicalistes et par l’agressivité des manifestants. Le seul moyen de ramener le calme et de mettre chaque citoyen face à ses responsabilités, c’est lui demander son avis, en âme et conscience :

« Préférez-vous partir à la retraite de bonne heure avec une rente de misère, ou bien souhaitez-vous prolonger votre temps de travail pour obtenir une retraite décente ? ». Choisissez l’option 1 ou l’option 2. On peut même imaginer une option 3. Un référendum à choix multiples, c’est aussi simple que cela !…

Plus besoin de faire grève ou de barrer les routes ! Le peuple décide en toute conscience, il se trouve face à ses responsabilités, c’est la seule façon de le rendre adulte, sinon il restera indéfiniment un enfant gâté qui fait des caprices et qui demande l’impossible. Par ailleurs, il existe une autre France qui trime et qui bosse, soumise aux vents mauvais de la mondialisation et qui supporte psychologiquement et financièrement les caprices des enfants gâtés de la République.

La philosophe Elizabeth Badinter disait récemment : « La France que nous vivons m’inquiète… Les Français doivent comprendre que l’Etat ne peut pas tout ».

Chaque individu est libre de ses choix et chaque pays est maître de son destin. La seule chose dont je suis sûr, c’est que la voie de la facilité n’est pas celle qui élève les peuples… Malgré ce lamento un peu désespéré, Paris demeure une ville magnifique et la France un pays que l’on aime.

 

 

9 comments

  1. Cher Monsieur Ponroy, je lisais jusqu’ici vos billets avec attention et y trouvais souvent beaucoup de bon sens. Je suis ébêté par celui-ci. San voix. Dois-je vous rappeler aimablement que comparaison n’est pas raison. Rien ne sert de comparer ce qui n’est pas comparable et ne fait qu’à activer ou réactiver le sentiment d’injustice.Nos gouvernements mentent depuis plus de 50 ans soit par incompétence soit par mauvaise foi. Dois-je vous rappeler que notre pays est le champion de l’évasion fiscale plus communément appelée optimisation fiscale. Rien que la mise au pas des fraudeurs suffirait à combler bien des déficits imaginaires. Essayez de trouver un emploi à 60 ans passés!

    1. Oui, je comprend votre agacement car ce que vous dites est vrai: il y a beaucoup d’injustices et depuis 50 ans la France à oublié de se réformer, c’est-à-dire de voir que les temps changent et qu’il faut toujours s’adapter sinon on meurt… La réforme des retraites est indispensable si les futurs retraités veulent vivre dignement. Bien des problèmes actuels, à commencer par le chômage, proviennent du manque d’anticipation des différents gouvernements et du refus chronique des français à réformer ce qui doit l’être. Dans ces conditions, je suis très pessimiste sur l’avenir de la France et je sais que c’est une vérité qui n’est pas agréable à entendre.
      Ce que vous dites de l’évasion fiscale est également vrai et est le fait de certains grands groupes internationaux, mais la France est bien seule à tenter de lutter contre cette injustice. Comme vous, je suis triste de voir le chemin que semble vouloir emprunter la France même si nous ne portons pas le même diagnostic et ne préconisons pas les mêmes remèdes…

  2. Dans ce monde déboussolé il est appréciable de retrouver au fil de vos lettres la voix de la raison et de la sagesse.Je vous remercie M. Yves Ponroy d’autant que j’apprécie votre travail depuis plusieurs décennies.Je n’ai pas oublié les vertus d’un certain “lecitone jeune” que j’ai pu tester avec succès il y a déjà belle lurette.Pour nos difficultés actuelles,vous avez mille fois raison de pointer ce laxisme ambiant qui nous condamne à la médiocrité.Portez vous bien,prenez soin de votre santé.

  3. Ce gouvernement paie le prix de plus de 40 ans d’immobilisme et de mauvaises politiques, ce pays est de toute façon irréformable et ingouvernable. On élit un président parce qu’on veut des réformes, mais on descend dans la rue dès qu’il est question de réformes, parce que Mon Dieu, des réformes, oui, mais surtout qu’elles ne s’appliquent pas à moi!! On crèvera de notre nombrilisme exacerbé, de notre tendance mortifère à croire que l’on vit dans le pays le plus pourri de la terre alors qu’il suffit de sortir de chez soi pour réaliser tout ce que la France donne. On a aussi l’opposition la plus haineuse du monde, qui , pour tenter de gagner des voix , remue en permanence la haine et la violence. Rien à faire de la France et des Français, ces populistes ne pensent qu’à eux. ON assiste à une montée en puissance de la violence , portée par une minorité braillarde , qui veut nous imposer leur dictature par intimidation, violences, menaces, insultes. Cela a un goût de déjà vu, tristement, et une certaine analogie se fait jour. Dans un autre pays, en d’autres temps, cette minorité portait des chemises brunes et ont pavé la voie pour la suite. Cela pue le soufre en France depuis un an.. Il serait urgent d’ouvrir les yeux et de montrer que la France, çà n’est pas cette poignée de Français,violents, incultes, remplis de haine.. Il y a aussi une France qui veut avancer, qui sait être consciente de ce qu’elle a.

    1. J’apprécie beaucoup ce que vous dites et que vous écrivez si bien. Je n’ai rien à ajouter si ce n’est une profonde tristesse face au spectacle du déclin de la France. On se sent démuni et il nous reste que le verbe pour dire ce que nous avons au fond du coeur…

  4. Bonjour .
    Certes il y le pourcentage de ceux qui exagèrent et des mal informés et le pourcentage de ceux qui informent mal volontairement ou par indifférence.mais si l’on veut vraiment savoir et faire des propositions cela reste possible. L’école en particulier est un chantier qui demandera une réelle attention si l’on veut sortir de l’échec actuel lorsqu’il s’agit de s’extraire de sa (pauvre)condition sociale… Lire Pierre Bergounioux et Lahire qui permettent de comprendre la situation . Mais où sont les solutions? Apparemment dans des choix politiques et de société Et cela devrait coûter très cher. .Malgrè la difficulté restons sereins.Réfléchissons.

    1. Vous avez raison de mettre en avant le chantier de l’école, car tout revient à un problème d’éducation. Le système actuel, en vigueur en France, génère trop de chômeurs car mal adapté. Beaucoup de jeunes arrivent à 20 ans et ne savent rien faire! Ils deviendront des aigris et voudront faire la révolution!
      La révolution, c’est l’Education Nationale qui doit la faire.

  5. Ce billet est d’une médiocrité effarante, on y trouve tous les lieux communs sur la France et les français de ces 30 dernières années. Enfants gâtés, réforme nécessaire, y a plus de jeunesse, les fautes d’orthographe…
    Mon cher, faites moi plaisir. Si vous prétendez juger les français, trouvez autre chose que le métro parisien et le prof de province pour comprendre un pays tout entier dans sa complexité, et les enjeux de cette réforme. Produisez des chiffres et une argumentation, élargissez la perspective aussi au delà de votre petit environnement. “Untel m’a dit que” n’est pas compté comme un argument.
    Si vous ne pouvez pas le faire, votre orthographe ne sert à rien, et n’aurait pas sauvé votre copie au bac.

    1. Je vous réponds volontiers, malgré la médiocrité de mes propos! Sans doute j’utilise ce qui sont pour vous depuis longtemps “des lieux communs”, mais que ne n’avais pas encore intégré comme tels! Vous pouvez être habitué au déclin de la société française, alors que je ne fais qu’en mesurer l’ampleur. Vous avez donc un avantage décisif sur moi.
      J’accepte volontiers votre remarque comme quoi la société française est plus complexe que ne peut contenir une courte chronique. Mais je ne juge rien, j’observe. Si vous êtes satisfait de la société dans laquelle vous vivez, je vous félicite, mais j’en doute.
      En tout cas, je vous remercie pour la sincérité de votre commentaire.

Laisser un commentaire