847 – UNE SOCIÉTÉ BÂILLONNÉE !

Posted by

Le port du masque anti-covid est-il finalement le symbole d’une société muselée ? De même que le port de la Burqa est le symbole d’une société où les femmes n’ont pas la parole ?

Je ne sais pas si vous partagez mon sentiment, mais je constate que notre liberté d’expression semble se rétrécir dangereusement et de façon insidieuse, jour après jour… Certes, nous ne sommes ni en Chine, ni dans un autre régime autoritaire, mais nous sentons bien une lente progression de toutes sortes de censures qui s’installent durablement.

Le covid est une chasse gardée

L’épidémie coronavirale est naturellement un terrain idéal d’expérimentation pour tout ceux qui rêvent de mettre le peuple au pas. Nous avons vu combien la peur fait rentrer tout le monde dans le rang, sans protestation ni murmure ! Je concède qu’il fallait bien que les autorités se fassent entendre et que les citoyens prennent conscience de leurs responsabilités…

Mais les difficultés sont survenues lorsque les autorités sanitaires ont voulu exercer une sorte de dictature sanitaire pour imposer une pensée unique dans la façon de traiter la maladie. Il fut ainsi défini un traitement officiel, sans possibilité de dérogations, alors même que personne ne disposait d’arguments scientifiques convaincants pour privilégier une seule voie.

Tous ceux qui proposaient des alternatives crédibles étaient d’abord priés de se taire, puis furent ensuite l’objet de menaces et enfin furent bannis des réseaux d’information. Même les réseaux sociaux exercent une véritable censure en supprimant les pages de ceux qui proposent d’autres approches ! La meilleure façon de vous faire taire, c’est de ne pas vous donner la parole…

Ceux qui, comme le professeur Raoult, prêchaient la modération et le sang-froid, étaient priés de se taire ! Je participe moi-même à un blog de santé naturelle en Suisse, dans lequel j’ai donné quelques conseils pour renforcer ses défenses immunitaires grâce au zinc et à la vitamine D. J’ai également rapporté les conclusions d’une publication scientifique qui montraient que, dans la phase aigüe de l’infection au covid, il se déclenchait une violente réaction inflammatoire avec formation de caillots sanguins et risque de thrombose pulmonaire fatale. Je profitais donc de cette information pour conseiller de prendre régulièrement, à titre préventif, de l’huile de poisson riche en oméga-3, connue pour avoir une action favorable sur la fluidification du sang et sur l’endothélium vasculaire.

J’ai appris par la suite qu’il existe, au niveau européen, un centre d’écoute et d’espionnage qui analyse, à l’aide d’algorhitmes, l’ensemble de ce qui est publié sur internet. Ce centre a informé le ministère de la santé suisse de l’existence de ce blog qui conseillait des produits naturels pour diminuer le risque d’être malade. Tout ceci a valu aux intéressés une visite musclée des inspecteurs de la santé qui les a priés de supprimer sur le champ cette publication illégale ! Tout est dit… nous sommes surveillés…et certains sujets sont tabous…

On pourrait croire que la parole est libre sur les réseaux sociaux, c’est une illusion et de nombreuses publications sont supprimées lorsqu’elles contreviennent à certaines pensées à la mode. Facebook vient de prévenir qu’ils allaient supprimer les publications qui mettaient en doute la vaccination !

L’étiquette Fake news sert souvent d’alibi à ceux qui considèrent qu’ils ont un droit de regard sur la liberté de parole. Je ne doute pas qu’il y ait de nombreuses fausses informations qui circulent, mais il semble que personne n’a d’exclusivité à ce sujet : les autorités sanitaires et les gouvernements savent aussi parfaitement mentir ! Et qui décide si une information est fausse ? Lorsque j’ai écrit que les oméga-3 fluidifiaient le sang et constituaient donc une utile prévention lors de la pandémie au covid, cela fut considéré comme étant une fake news, alors que de nombreuses publications scientifiques en attestent.

La Persuasion Clandestine

Mais il existe des moyens beaucoup plus malins que de censurer les écrits ou la parole, cela consiste à manipuler nos pensées ! Je vous conseille vivement de regarder le documentaire intitulé The Social Dilemma diffusé par Netflix. La version française a été curieusement dénommée Derrière nos écrans de fumée

De la bouche même d’anciens responsables de divers GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple) vous apprendrez les techniques pernicieuses qui permettent à ces géants, nouveaux maitres du monde, d’orienter nos façons de penser et nos points de vue.

Cette manipulation des foules est ainsi décrite en ces termes par Jaron Lanier, le père fondateur de la réalité virtuelle : « Le produit est un changement progressif, léger, imperceptible de notre comportement et de notre point de vue. C’est cela le produit. C’est la seule chose dont ils peuvent tirer de l’argent : modifier vos actions, vos pensées, qui vous êtes. » Il ajoute, « Ces technologies nous rendent imperméables à un point de vue contraire au nôtre ».

Autrefois, il y avait la publicité de papa, ce bourrage de crâne pour nous faire acheter les nouveaux yaourts au bifidus, cette Persuasion Clandestine fut mille fois décrite. Nous sommes aujourd’hui sur une autre planète, nous vivons dans des bulles idéologiques dans lesquelles nous sommes enfermés, traqués par les algorhitmes qui nous surveillent et nous servent toujours les mêmes points de vue.

Le résultat de cette emprise idéologique est une extrême polarisation au point qu’il n’existe plus de débats apaisés entre les diverses communautés : « La polarisation est extrêmement efficace pour maintenir les gens en ligne ». Tout est dit, et Trump sait très bien jouer de cette polarisation avec ses Tweet vengeurs lus par 20% des utilisateurs de Twitter !

Se taire ou résister ?

Cette polarisation est particulièrement forte actuellement aux USA entre les progressistes postmodernes, l’aile gauche des Démocrates, et les conservateurs Républicains. L’intolérance est à son zénith au point que l’on peut craindre la guerre civile. 

Mais les acteurs de la Silicon Valley sont majoritairement des jeunes postmodernes qui mènent une campagne acharnée contre ceux qu’ils accusent pêle-mêle de sexistes, de racistes, d’esclavagistes, de colonialistes et d’antiféministes. Ils mènent une guerre de civilisation dont je traçais les contours dans la chronique 845 intitulée « Guerre de civilisation ».

En fidèles sujets des techniques qu’ils concourent à mettre au point, ils sont très polarisés et volontiers intolérants. Partout en Occident on voit se développer un révisionnisme alarmant qui ressemble fort à du totalitarisme, digne héritier de la Révolution Culturelle déclenchée par Mao il y a plus de 50 ans en Chine !

Avec bonne conscience, « on vandalise, on victimise, on pétitionne, on réclame des réparations financières, on organise des tribunaux populaires, on badigeonne, on déboulonne. Ce qui frappe, c’est la brutalité et la densité des phénomènes. Toute allusion à la couleur de peau est nécessairement odieuse » s’insurge un ancien directeur des Archives qui a encore eu le droit de s’exprimer !

Il enfonce le clou et insiste : « L’hygiène historique ne trouve pas sa légitimité dans l’élimination du mobilier statuaire, les autodafés, la censure ou le mutisme. Le Travail de mémoire n’a pas à être complice du politiquement correct ni à se bâtir sur l’aseptisation des livres d’histoire et la rétention d’informations ».

Car tel est le problème : devant la brutalité, l’intolérance et le dogmatisme de ces postmodernes, beaucoup choisissent de faire le dos rond, de se taire et finalement d’accepter pour ne pas faire de vagues et ne pas être censurés. Le champ est donc libre pour la chasse aux sorcières !

Les quelques esprits libres qui osent encore s’exprimer, face à ce tsunami de bons sentiments, sont ostracisés et même condamnés par les tribunaux. C’est le cas en France du brillant analyste et chroniqueur français Eric Zemmour sur C-news qui a le tort d’appeler un chat, un chat ! Il doit être bâillonné ! Comme toujours, il est plus facile de s’en prendre à celui qui dénonce les abus que de les corriger…

À écouter les censeurs nous, les moins jeunes, serions racistes et sexistes, prédateurs irrécupérables d’une culture occidentale délétère. Indignés par les images, blessés par les mots, les adeptes du postmodernisme se placent sur le terrain de la morale, ils rendent des jugements qui reposent sur des procès d’intention… Mais la morale sait devenir intolérante.

J’ai connu, autrefois, pareille atmosphère, dans les pays de l’Est, où je me rendais souvent, du temps du communisme. Pour tenir, le secret résidait dans le silence. Se taire, en toute circonstance, et continuer à penser… si possible. Les citoyens avaient une seule échappatoire et un unique sujet de discussions possible, sans trop de risques : le sport ! C’est aujourd’hui le cas en Iran et en Arabie Saoudite !

En conséquence, si vous ne voulez pas d’histoire, ne heurter personne et passer entre les gouttes, ne prenez pas la parole, regardez le foot à la télévision et gardez votre masque en toutes circonstances… Vous serez heureux. What else ?

LAISSEZ UN COMMENTAIRE CI-DESSOUS

SI VOUS N’ÊTES PAS ENCORE ABONNÉS À CHRONIQUE-LIBRE, FAITES-LE DÈS MAINTENANT EN CLIQUANT SUR “Abonnez-vous” CI-DESSUS.

N’HÉSITEZ PAS, C’EST GRATUIT !

Laisser un commentaire