Le BLASPHEME EST-IL UN DROIT ?

Posted by

Je vous recommande la lecture de ce texte qui m’a paru pertinent et qui nous interroge sur l’usage du droit au blasphème qui heurte inutilement ceux qui sont visés:

Le Blasphème n’est pas un droit, c’est une liberté partielle accordée par la République à ses citoyens au prix d’un singulier renoncement à la fraternité.

Le blasphème est une offense au sacré et tout naturellement à ceux qui y croient. Aucun être humain ne peut se réjouir qu’on insulte sa façon de penser. Il peut le supporter s’il est suffisamment évolué pour penser que l’amour du prochain est plus fort que la haine. Il faut reconnaître qu’une partie de l’humanité n’a pas encore atteint ce degré de tolérance qu’on appelle parfois dans les sociétés la civilité. 

Pour tous les croyants du monde, c’est-à-dire l’immense majorité des habitants de la Terre, quelle que soit leur divinité (qu’elle soit unique ou multiple), le blasphème est un péché contre l’esprit, un piétinement délibéré de leur croyance et finalement une insulte. 

Parler de « droit » au blasphème est une erreur sémantique. 

Il n’y a aucun droit au blasphème, tout juste une tolérance de la liberté d’expression reflet de la liberté de conscience qui a fait de l’humanité une espèce qui vit debout, un peu au-dessus de la matière. Revendiquer ce droit comme un acquis de la laïcité est un abus de langage. La liberté d’exprimer ses croyances n’est pas celle de railler les croyances des autres. Cette confusion est une erreur politique qui nous a déjà coûté très cher, mais c’est surtout une erreur psychologique fondamentale : on ne peut pas tout dire comme on ne peut pas tout faire. On ne peut dire à l’autre que ce qu’il est capable d’entendre. C’est aussi vrai dans la relation individuelle que dans les échanges publics et sociaux. 

Nous n’avons aucun droit à blesser quiconque. Nous n’avons que le devoir de ne jamais l’oublier.”

Docteur Hubert MOUROT, psychanalyste

Laisser un commentaire