276 – RÉPONSES À VOS COMMENTAIRES RÉCENTS

Posted on avril 30, 2012 par

7


Comme promis, je réponds ici à un certain nombre de commentaires de nos lecteurs qui, à juste titre, se demandent à quel titre nous portons des jugements parfois péremptoires sur les affaires du monde.

1-   Nous ne représentons personne, sauf nous-mêmes. Nous sommes seulement des observateurs attentifs et passionnés de notre société. Notre principal atout réside dans notre bon sens avec lequel nous analysons les caractéristiques de la société et nous en déduisons naturellement son destin.

2-   Ces derniers mois, l’économie a occupé une assez grande place dans nos chroniques parce que nous estimons que l’économie est « le nerf de la guerre » et que la cause principale du déclin des sociétés, de l’Empire Romain jusqu’à l’Union Soviétique, a toujours été la ruine économique. La monarchie française s’est effondrée au 18ième sicècle, tout simplement parce qu’elle était ruinée !

  3-   Certains lecteurs trouvent mes chroniques sombres et peu propices à l’optimisme ! Il se trouve que le monde occidental- et l’Europe en particulier- vivent une période extrêmement difficile, au point que leur destin est en jeu. Ceux qui lisent mes chroniques depuis deux ans peuvent confirmer qu’hélas je ne me suis pas trompé dans mes sombres pronostics. Il y a moins d’un an, les media et les politiques nous disaient que la crise était dernière nous, je disais et je dis encore aujourd’hui qu’elle est devant nous et qu’elle nous attend au tournant ! En 2010 j’ai publié un livre intitulé : « Démocraties en péril- déclin de l’occident » dans lequel j’ai annoncé la catastrophe économique qui devrait intervenir en 2012 ou 2013. Comment ne pas être préoccupé lorsque notre avenir, et celui de notre civilisation, est en jeu ?

4-   A plusieurs reprises, j’ai défendu l’idée que ce sont les hommes politiques et les gouvernements qui sont responsables de la crise économique. « Qui, année après année, dépense plus qu’il  ne gagne? Qui promet encore plus de dépenses alors que la faillite menace ? Qui produit de la fausse monnaie, imprimant des milliers de milliards ? ». Ainsi s’insurge Bill Bonner dans la Chronique Agora en ajoutant : « LES POLITICIENS NE PEUVENT RÉSOUDRE LES PROBLÈMES ÉCONOMIQUES, POUR UNE RAISON TRÈS SIMPLE : ILS EN SONT LA CAUSE »

Il est facile d’accuser les banques de nos malheurs, c’est comme si nous accusions notre médecin d’avoir une indigestion après avoir trop mangé ! Nous avons une indigestion de dettes car les états vivent au-dessus de leurs moyens.

5-   Actuellement nous sommes en France et nous assistons à une campagne électorale qui est une injure à la démocratie. La seule chose qui préoccupe les candidats, c’est de monter dans le siège du conducteur et de tourner le volant, comme au manège. Quand on a, comme la France, une dette de 1700 milliards d’Euros, on fait profil bas! Au lieu de cela on entend les candidats faire les malins et déclarer la guerre à la finance. De telles déclarations permettent peut-être d’être élu, mais vont mettre la France à genou!…

 Personne n’ose dire la gravité de la situation et chacun fait de nouvelles promesses impossibles à tenir. Le but est de prendre le pouvoir et de durer le plus longtemps possible en fermant les yeux. Si des mesures draconiennes avaient été prises, il y a quelques années, l’Europe aurait pu être sauvée. Lorsque la gangrène progresse, il faut savoir couper un membre pour éviter la catastrophe.

6-   Après ce constat alarmant, que faire ? Suivre l’exemple de l’Espagne, comme il est proposé aux Français par les candidats à l’élection présidentielle ? Ce ne sont pas les mini économies de l’un et les super- impôts de l’autre qui vont éviter la catastrophe ! Des mesures beaucoup plus radicales sont indispensables : nous en reparlerons…

7-   A notre niveau, ce que chacun peut faire, c’est prendre conscience du fait que ce sont les politiciens qui ont conduit l’occident vers la catastrophe. Si le peuple avait été consulté sur chacune des dépenses inutiles engagées par le gouvernement, si le peuple était concrètement interrogé sur le niveau acceptable de dettes, sur l’état des finances des caisses de retraites et d’assurance maladie, sur la nécessité de contrôler le bon usage des subventions aux uns ou aux autres, sur le contrôle aux frontières d’une arrivée massive d’immigrants sans qualification, eh bien la France n’en serait pas là !

8-   Pour sortir de ce dilemme, il faut réclamer la démocratie directe. Je conseille aux Français de voter pour les députés qui prônent la démocratie directe, c’est-à-dire pour l’usage du référendum à chaque fois qu’une question de société doit être tranchée. Le peuple est fatigué de ces discours creux, de ces promesses vaines et de ces politiciens qui ne savent rien faire d’autre que des harangues haineuses du haut d’une estrade. Ecrivez à vos députés pour qu’ils s’engagent sur ces questions. Mais soyez conscients que les politiciens ne lâcheront le morceau que sous la contrainte.

9-   On peut se demander parfois si le peuple est mature ou s’il croit aux discours des bonimenteurs ! Mais je suis persuadé que le peuple est prêt pour acquérir cette nouvelle liberté : décider lui-même de son destin et ainsi acquérir plus de responsabilité. Le système démocratique actuel ne permet pas de dire la vérité aux citoyens qui est ainsi déresponsabilisé : seul le mensonge permet d’être élu !…

10-                Quand on voit venir la catastrophe alors qu’il est encore possible de tenter de l’éviter, comment se taire, comment faire comme si on ne voyait rien venir ?  Pardonnez-moi si je suis péremptoire, mais les lois de l’économie sont aussi intangibles que les lois de la pesanteur et ce ne sont pas les diatribes des politiciens sur les financiers qui permettront aux montagnes de dettes de s’évaporer.

C’EST AVEC PLAISIR QUE J’ADRESSERAIS  GRACIEUSEMENT AUX LECTEURS QUI LE DÉSIRENT UN EXEMPLAIRE DU LIVRE CITÉ PLUS HAUT :

« DÉMOCRATIE EN PÉRIL »

Il vous suffit d’envoyer vos coordonnées, en toute confidentialité à :

Chronique-libre@gmail.com

Posted in: Economie, Politique