278 – SUISSE TERRE D’ASILE

Posted on mai 4, 2012 par

3


A chaque fois que la France organise une chasse aux sorcières, les citoyens qui se sentent brimés ou persécutés cherchent refuge en Suisse voisine.

EDIT DE NANTES

 Le 13 Avril 1598, le roi de France Henri IV, signait le célèbre Edit de Nantes qui devait mettre fin aux luttes incessantes entre les catholiques et les protestants en reconnaissant enfin le droit de culte à ces derniers. Le royaume fut apaisé, ce qui n’empêcha pas quelques dragonnades et répressions à l’encontre des Protestants. Mais, moins d’un siècle plus tard, sous la pression du peuple et de l’Eglise, le roi Louis XIV fit l’erreur historique de révoquer l’Edit de Nantes, le 22 Octobre 1685. Le protestantisme fut interdit et ses adeptes furent pourchassés et persécutés. Il fallut attendre 1787, c’est à dire encore un siècle, pour que le malheureux Louis XVI mette fin à cet ostracisme. Mais à cette époque, la monarchie était ruinée et d’autres problèmes l’attendaient !…

Les conséquences de la révocation de l’Edit de Nantes furent ruineuses pour la France qui dût faire face à une émigration massive de ses élites. Environ 300.000 Huguenots et leurs familles émigrèrent, faisant perdre à la France parmi ses meilleurs concitoyens. Entre 1680 et 1750, c’est environ 150.000 huguenots qui sont venus s’installer en Suisse, victimes de leurs croyances religieuses. L’arrivée en Suisse était un véritable soulagement et ils étaient accueillis par des frères dans la foi, après avoir échappés aux persécutions. Le 2 Juin prochain, des milliers de marcheurs emprunteront le sentier de Grande Randonnée qui suit le tracé historique de l’exil des huguenots qui traverse la Suisse depuis Genève jusqu’à Schaffhausen et, ensuite, conduit jusqu’en Prusse. Ce jour là, nous verrons naviguer sur le lac la galère « la Liberté » et la barque « La Neptune », deux embarcations historiques qui ont permis aux réfugiés français de traverser le lac vers la liberté.

Galère "LA LIBERTE"

Galère « la Liberté »

Barque « La Neptune »

A l’époque moderne, une nouvelle migration française importante vers la Suisse date des années 1980, lorsque la situation économique de la France a commencé à se dégrader. Aujourd’hui, 120.000 français vivent et travaillent en Suisse, attirés par une économie florissante et des salaires qui y sont environ le double. Il s’agit d’une population diplômée, d’un haut niveau technologique, entreprenante et bien formée, qui trouve là un cadre de vie exceptionnel. Il faut ajouter environ 120.000 frontaliers qui, chaque matin, passent la frontière pour venir travailler à Genève ou à Bâle. Sans oublier les fameux « exilés fiscaux », au nombre approximatif de 2500 qui ont quitté la France pour échapper à un régime fiscal confiscatoire. L’ensemble de cette population d’origine française est en essor constant après avoir doublée au cours des dix dernières années.

La Suisse apparaît donc, pour beaucoup, comme une véritable terre d’asile pour échapper aux soubresauts de la vie. Le quart de la population est étrangère et, avec ce qui se passe à l’intérieur de la Communauté Européenne, on peut dire que le flot n’est pas prêt de se tarir, même si cela se bouscule un peu à la frontière !… Au point que les autorités Suisse viennent d’actionner la « clause de sauvegarde » concernant la libre circulation des personnes, signée avec l’Europe des 27.

Il est de bon ton actuellement en France, dans les diners en ville, le soir au café du commerce et dans les media, de critiquer la Suisse, de l’accuser de tous les malheurs du monde.  Dans ce contexte, Il était utile de rappeler que, depuis longtemps, la Suisse est une terre d’asile pour les français qui ont maille à partir avec leur pays. Il conviendrait que le gouvernement français n’oublie pas que 250.000 français travaillent ou vivent en Suisse et sont heureux d’y avoir été bien accueillis…

Aujourd’hui, la France ne pourchasse plus les protestants, elle pourchasse les « riches », accusés de tous les maux. La France catholique avait autrefois la haine des huguenots, elle a dorénavant la haine de la réussite et de l’argent !

Posted in: Economie, Histoire