498 – LE NUMERIQUE BOUSCULE LA DEMOCRATIE

Posted on janvier 20, 2014 par

0


La vraie révolution, à l’aube du XXIème siècle, fut celle du numérique qui a permis l’explosion de la communication en réseau. Désormais nous ne pensons plus pareil et nous n’avons plus la même vision du monde.

C’est un saut quantique, une nouvelle ère, un changement de paradigme auxquels nous assistons en direct et auxquels nous participons activement. La révolution internet a ouvert de nouveaux horizons et nous découvrons, émerveillés, des applications insoupçonnées. Il s’agit d’un mouvement sociétal de grande ampleur et « l’homo numericus » avance si vite que les gouvernants, les institutions et les intellectuels sont loin derrière et ne comprennent plus rien !…

Cette culture nouvelle est celle d’une génération que l’on nomme les « digital natives» ou la génération Y (voir chronique 29 ). « Un signe majeur de la déconnexion des élites est l’usage de l ‘expression -nouvelles technologies-. Ils parlent de –plan numérique- comme si on planifiait la récolte de blé en URSS, cherchant à contrôler des choses qui ne sont pas contrôlables » fait remarquer Adrienne Alix, directrice des programmes de Wikimedia. Ainsi la NSA n’a même pas imaginé qu’un de ses collaborateurs ait un jour envie de partager sur la toile les rapports confidentiels qui circulaient à l’intérieur de l’institution. C’est pourtant ce que fit le digital native Edward Snowden !

ORGANISATION HORIZONTALE EN RESEAU

ORGANISATION HORIZONTALE EN RESEAU

 Les internautes tissent des liens horizontaux qui court-circuitent les intermédiaires et rendent caduques les organisations pyramidales et les circuits habituels de la communication de bas en haut. La société s’auto-organise et cherche des solutions collaboratives entre ses membres. C’est l’ère des réseaux et du réseautage ! C’est l’essor mondial du financement participatif ou « crowdfunding », des banques de particulier à particulier, des prêts entre particuliers à des tarifs très inférieurs aux taux de découverts bancaires, etc. Le choc générationnel est violent et les nouveaux comportements, comme l’échange d’information et le partage, ne parviennent pas à être intégrés par les neurones des dirigeants, quels qu’ils soient ! C’est tout le système éducatif qui est à revoir…

Le problème est plus grave encore en France, pays traditionnellement jacobin, où

ORGANISATION PYRAMIDALE

ORGANISATION PYRAMIDALE: Le peuple supporte le chef et peut le laisser tomber…

tout se décide à Paris, de façon pyramidale. Un éditorial du Financial Time faisait remarquer : «  Les élites françaises n’ont pas été entraînées à réussir dans le monde mais dans le centre de Paris ». De son côté, Jean-Michel Billaut, auteur de « Quand la France se réveillera », écrit : « Depuis le révolution agricole, il y a dix mille ans, nous sommes organisés de manière pyramidale… Nous sommes dans une fabrique d’élite intergénérationnelle qui pousse ses dauphins pour pérenniser le passé et le pouvoir ».

En France donc, la situation est tragique parce que, plus qu’ailleurs, les élites sont déconnectées des citoyens qui se méfient d’eux et n’ont plus confiance. De ce fait la société fonctionne sur elle-même, en réseau, invente ses propres règles, en dehors des élites. Le peuple se déconnecte lui-aussi mais se révolte sur les réseaux sociaux et soudain émerge un mouvement puissant qui conteste le pouvoir comme nous avons vu avec les « bonnets rouges » ou les « pigeons » et bien d’autres. Le pouvoir est de plus en plus contesté d’en bas et de façon souterraine.

images-4 Finalement, c’est le système démocratique actuel qui est contesté. Les citoyens ne supportent plus que l’on décide de tout à leur place. Le peuple revendique la parole et conteste vigoureusement la confiscation qui est faite de son avis par les dirigeants. Ces derniers doivent accepter cette rupture culturelle qui suppose informer, lâcher prise, collaborer, co-créer. C’est le principe même de l’autorité qui est mis en cause : tout est à réinventer ! Ce constat fait écrire à Adrienne Alix : « Le climat me fait penser à la période précédant la Révolution Française, quand se sont développés les livres clandestins, une façon de court-circuiter le monde de l’information aux mains des élites ». De la même façon, aujourd’hui l’information est entre les mains d’une alliance politico-médiatique qui ment au peuple.

C’est pourquoi la société française paraît désormais mure pour la révolte car il y a peu à attendre des politiciens qui ne connaissent pas l’autocritique et refusent de céder un pouce de leur pouvoir. En 2014, les Français vont devoir descendre dans le rue pour se faire entendre !… Sinon, nous ne donnons pas cher de leur destin.

Posted in: Politique