CROYEZ-VOUS AU HASARD?

Posted by

La notion de hasard est une des plus importante question que se pose la science fondamentale. La question est de savoir si tout ce qui est dans l’Univers dépend du hasard ou, au contraire, repose sur un ordre profond. Cette question est aussi métaphysique et il se pourrait que nous soyons tout proche de la réponse définitive…

Je ne sais pas à quel camp vous appartenez, à ceux qui croient au hasard ou à ceux qui pensent que le hasard n’existe pas et que tout est prédéterminé. Dans le camp du hasard on trouve d’éminents scientifiques comme le physicien Niels Bohr ou le biologiste français, prix Nobel, Jacques Monod qui, dans un pamphlet philosophico biologique assez fumeux, dénommé « Le hasard et la nécessité », nous livrait cette formule péremptoire et définitive devenue célèbre : « Tout ce qui existe dans l’univers est le fruit du hasard et de la nécessité ». L’homme est en quelque sorte prisonnier et esclave à la fois de son code génétique et de son destin, l’un et l’autre aléatoire. Nous ne serions que le fruit d’atomes et de molécules qui, à force de s’entrechoquer depuis la nuit des temps, ont fini par engendrer le cosmos et la vie. En quelque sorte, Dieu est remplacé par le hasard…

Dans le camp de ceux qui refusent de donner au hasard la moindre place dans l’univers on thtrouve, au premier rang, Albert Einstein qui lança un jour à l’adresse de Bohr cette phrase encore célèbre : « Gott würfelt nicht ! » (Dieu ne joue pas aux dés). Pour l’auteur de la théorie de la relativité l’univers est calculable, déterminé, prévisible et rien n’est laissé au hasard. Autrement dit « l’ordre règne dans l’Univers ». Cela fait près d’un siècle que la controverse est ouverte et que le débat prend de l’ampleur, mais les dernières données de la physique approchent de la réponse.

Pour traquer le hasard, il faut partir à la quête du commencement, de l’origine, du fameux Big-Bang et même avant. Etait-ce le chaos primordial qui donna progressivement naissance à l’ordre de la nature ? Ou bien tout était-il déjà prévu, programmé et n’attendait que le déclenchement d’une suite d’interactions selon le processus de cause à effet ?

Ce qui est étrange, c’est la précision des lois physiques. La moindre variation dans un sens ou dans un autre et plus rien n’aurait été possible. Donnons des exemples qui défient les lois du hasard. Il existe des dizaines de paramètres cosmologiques d’une extrême précision qui ont rendu possible la naissance de notre Univers. Ainsi le calcul de la force de gravitation montre que « l’Univers n’avait qu’une chance sur 10.000 milliards de milliards de milliards de milliards de tomber juste sur la bonne valeur », sans laquelle rien n’existerait ! C’est ce qui a fait dire à Einstein : « L’idée que l’ordre et la précision de l’Univers, dans ses aspects innombrables, seraient le résultat d’un hasard aveugle est aussi peu crédible que si, après l’explosion d’une imprimerie, tous les caractères retombaient à terre dans l’ordre du dictionnaire ».

A un autre niveau, la formation d’un noyau de carbone est aussi finement réglé. Il suffirait d’une infime variation du degré d’agitation interne du noyau pour que l’atome de Carbone ne soit pas stable et c’est toute la vie sur terre qui eut été impossible ! L’assemblage de la molécule d’ADN constitue un autre exemple qui balaye la possibilité du hasard puisque la probabilité qu’il en soit ainsi n’était que de 1 sur 10 puissance 40.000, un chiffre très supérieur au nombre de particules élémentaires dans tout l’Univers. Dans ces conditions, on ne voit pas où se logerait le moindre hasard.

Néanmoins, certains scientifiques continuent à miser sur le hasard pour expliquer le cosmos et la vie ainsi que son évolution. Car, parler de « code cosmologique », qui serait comme un message présent avant le Big-Bang et qui contiendrait toute l’information de l’Univers avant même qu’il existe, c’est, d’une certaine manière, être « créationniste » ! Dans ce contexte, avant le Big-Bang, c’est-à-dire avant la matière et l’énergie, il n’y avait que de l’information sous forme d’un code cosmologique, « une sorte de programme mathématique implacable, que nous pourrions comparer au code génétique pour un être vivant ». Ce code d’où tout découle a organisé tous les phénomènes physiques qui ont émergé dans notre univers.

Unknown Pour enrichir ces réflexions, je vous conseille la lecture du livre remarquable écrit par les frères Bogdanov : « La fin du hasard ». C’est un livre qui se lit comme un roman et qui nous fait revivre les grandes péripéties qui ont occupé les plus grands physiciens et mathématiciens depuis un siècle. C’est palpitant et facile à lire, au point qu’en le lisant on se sent intelligent ! Je vous assure que vous ne serez pas déçu !…

Ce livre débouche nécessairement sur une double interrogation métaphysique qui méritera bien une nouvelle chronique : tout d’abord, la fin du hasard en physique fait-elle de nous des objets soumis à des lois qui nous dépassent et nous privent de liberté, tels des pantins manipulés ? Ensuite, si le « code cosmologique » remplace désormais le hasard dans l’émergence de l’Univers, d’où vient ce code, renferme t-il un message et qui l’aurait écrit ?

 

Il est ici tentant de rapprocher ce code cosmologique, inscrit au cœur de l’univers sous forme d’équations mathématiques, avec ce que Saint Jean dénommait le logos, la parole, l’information fondatrice. Dès lors, on prend conscience combien il est ridicule d’opposer science et Dieu puisque les deux approches se retrouvent sur la même interrogation et le même mystère : d’où vient l’univers ?

 

 

3 comments

  1. Bonsoir M. Yeves…
    je ne peux m’empêcher de venir de temps à autre lire vos articles sur la politiques et l’économie.L’autre fois je vous ai laissé un ardant défenseur de l’économie libérale et cette fois vous vous demandez c’est quoi le hasard?…
    je me suis alors demander; pourquoi pas tenter d’enrichir ce débat…

    Je viens de finir la lecture d’un livre extrêmement important et qui parle d’une manière ou d’une autre sur notre sujet… mais d’une autre optique.
    Enfaite ce livre m’avait rappelé un ancien nouveau principe ; les plus grands mystères sont aussi les plus simples. Nous sommes à cour de moyens pour entreprendre des chemins expérimentaux. Nous ne sommes pas capables de créer ou d’accéder à des univers parallèles où les lois de la physiques sont différentes pour voir comment ça marche les choses. Le recoure à la mathématique nous a révéler beaucoup de secret. La physique quantique nous a révéler que notre univers est un parmi des milliards de formules ; le plus étonnant ce que les autres formules de l’univers sont confondus au notre sans qu’on puisse les sentir ou l’influencer…
    Certains autres analyses mathématiques ont révéler que notre univers est un trou noir. Ce que nous sommes au cœur d’un trou noir dans une certaine formule de gisement de l’espace-temps et un peut de ce genre…
    On peut pousser les choses un peut en avant ; en disant que notre existence lui-même est relatif par rapport à des autres univers ; et que comme les autres univers n’existe pas dans nos optiques ; nous aussi nous n’existons pas dans les optiques des autres univers.
    La vie aussi est une formule très relative ; notre vie est une formule de quelques molécules d’eau ; de carbone ; d’oxygène et d’azote. Rien n’empêche des autres combinaisons de molécules de créer des autres formules de vie…
    Mais la question la ; est ce que nous sommes seulement des corps avec cerveau et cœur qui bats ? Ou sommes-nous autre chose ?
    Mais plus tops ; pourquoi s’obstinons nous à se focaliser sur un seul aspect ; sachant que pour toute formule d’existence il y a une formule duale qui ne le remplace pas mais qui le complète ? la dualité existe partout dans le cosmos de l’existence. La où nous nous avons bien réfléchie; on a trouvé les duals. Deux formes d’un seul objet : économie ; société ; loi ; civilisation ; culture ; physique … l’analyse des lois qui régissent le dual se sont révéler très utiles et parfois plus utiles que les aspects visibles de l’existence. Prenant la physique et la chimie. Deux chemins pour aborder les sciences de l’atome… et les deux sont utiles. L’économie de la monnaie et l’économie de la production. La loi et la coutume ; la culture et la psychologie…
    Alors c’est quoi le dual du cosmos de l’existence ? C’est quoi notre dual.
    Dans le livre que j’ai lue ; l’auteur définie notre dual par l’intelligence. Il y a une intelligence globale ; universelle qui a définie l’univers avec tous ses lois infiniment précis. Il y a une intelligence dans toute forme conglomérée partant de l’atome avec ses quartz up et down allant aux molécules ver les cellules ver les formes complexes de la vie puis les formes compliqués jusqu’au le notre. Qui est une existence dotée par une conscience à ce qu’on a appelé l’intelligence universelle (la force de star wars). Enfaite cette formule dual du cosmos de l’existence donne sens à notre existence. Nous sommes une sorte de mariage entre la matière et l’intelligence. Une partie de nous vient de la nature sauvage fondée sur l’instinct sur la peur ; la colère ; la compétitivité et la timidité et une autre partie vient de l’intelligence qui est la joie et l’abondance. Pour certains ; l’aspect animale gagne… pour certains autres l’aspect spirituel gagne. Mais au final c’est quoi l’univers ?
    Est-ce que c’est un photon qui part du cœur d’une étoile en empruntant le chemin du hasard par allier la où elle ne sait pas ? Où est-il une onde qui part dans tout sens suivant un principe et une règle bien énumérée ?
    Moi je crois que nous sommes une rêve… nous sommes une imagination de nous même et de notre univers… et qu’un jour on va se réveiller dans le monde de l’intelligence universelle sachant bien qu’on a fait une rêve… que cet univers avec ses milliards de galaxie et étoiles n’est qu’une imagination. Par preuve ; la où nous cherchons des règles précis on les trouve… et la où on cherche une anarchie totale et un hasard… on le trouve…
    C’est quoi ce monde objectif et élastique en même temps. Comment ça se fait qu’à chaque fois on cherche à prouver quelque chose ; on la prouve ?? Où est l’objectivité la ?
    Le livre dont je parle est « the master key system » pour Charle Haneel.
    J’espère que mon idée est claire…

Laisser un commentaire