797 – LE DESERT FRANCAIS PEUT REVERDIR

Posted by

De vastes régions de France sont en voie de désertification et d’abandon. Que peut-on faire pour les revivifier ? Je fais une proposition concrète…

La semaine dernière, j’étais en Berry, en France, une région chère à mon cœur car elle est le berceau de ma famille. J’accompagnais mon cousin Jean-Claude dans sa dernière demeure, dans cette terre qu’il a lui aussi tant aimée et où nous avons vécu ensemble les plus beaux moments de notre enfance.

Le Berry, c’est aussi le cœur de la France : tout d’abord parce qu’il est situé au centre, et ensuite parce qu’il fut toujours français, depuis l’origine, y compris dans les périodes les plus sombres, lorsque les Anglais occupaient de vastes provinces. Du temps de Jeanne d’Arc, lorsque Charles VII hérita du royaume, si le cœur de la France battait encore, ce fut grâce au Berry…

Il y faisait bon vivre

Faut-il voir comme un mauvais présage l’état d’abandon de cette belle province française, comme tant d’autres ? On y traverse des villages fantômes, aux volets fermés, aux magasins abandonnés. Les maisons basses étaient coquettes avec leurs petits jardins fleuris, envahis aujourd’hui par les ronces et le lierre.

Nous avons traversé des petits bourgs, autrefois riants et animés, où les enfants jouaient sur les places, aujourd’hui on ne rencontre pas une âme qui vive. On devine encore quelques vieux résignés, derrière des fenêtres aux volets seulement entre-ouverts. La vie lentement et inexorablement se retire…

Je dois vous l’avouer, je suis revenu de ce petit pèlerinage doublement attristé, par la perte d’un être cher et par la mort imminente du cœur de la France. La population se réfugie dans les villes plus importantes, elles aussi en état de survie, tel Châteauroux qui doit encore son semblant d’activité à l’importance d’une population musulmane, désœuvrée, et qui vit en marge car la greffe ne prend pas !

Une nouvelle fois, j’ai pris le pouls de la France et je suis inquiet, surtout de la façon dont elle semble se résigner à son déclin. Au fil des années, à chaque visite, mon diagnostic est de plus en plus sombre car je n’entrevois aucun sursaut, aucun projet ambitieux pour l’avenir.

On me parle de Paris, de Lyon, de Bordeaux et de Nantes. Mais la France peut-elle se résumer à quatre villes ? D’autant que les banlieues de ces grandes villes sont en état d’insécurité permanente, au bord de l’insurrection ! Alors, j’entends beaucoup parler de Londres, de Francfort, de New-York, de Shanghai, de Singapour, et de Dubaï : la jeunesse diplômée regarde ailleurs !

L’immigration choisie

Mais revenons en Berry. Que peut-on faire contre la désertification des villages ? Faut-il se résigner, attendre, et répéter qu’il n’y a rien à faire ? Faut-il protester, défiler et se révolter comme l’ont tenté de faire les désormais célèbres « Gilets Jaunes » ? Je préfère proposer d’agir !

Dans une précédente chronique, qui date de 2011, j’abordais déjà le sujet et je faisais des propositions que d’aucuns jugèrent irréalistes (146 – En passant par Lignière en Berry). Je me permets cependant de revenir sur le sujet.

Il me faut tout d’abord faire remarquer que le problème fondamental de l’Europe réside dans sa démographie anémique et son corollaire qui en résulte, à savoir un vieillissement rapide de la population, accentué par l’augmentation de l’espérance de vie.

Dans ces conditions, la France a impérativement besoin de l’immigration pour combler le gap démographique. Elle a tout intérêt à choisir ses immigrants afin d’éviter les réactions de rejets et faciliter l’intégration. Ce qui se passe actuellement dans certaines banlieues devrait nous servir de leçon !

Dans ce contexte, je propose de faciliter l’immigration des peuples chrétiens qui sont culturellement beaucoup plus assimilables. De nombreuses populations chrétiennes du Moyen-Orient sont humiliées et même martyrisées par les islamistes. Il serait judicieux de les accueillir d’autant qu’il s’agit le plus souvent de gens éduqués, diplômés et travailleurs.

L’expérience a partout démontré que les greffes de populations chrétiennes réussissent mieux dans un pays d’origine chrétienne, plus proche culturellement. En outre, ils ne proviennent pas de pays anciennement colonisés, ce qui évite les arriérés lourds.

Repeupler les villages

Je propose donc de repeupler les villages et les petites villes avec des familles d’ethnies homogènes, parlant la même langue et pratiquant la même religion. Des millions de maisons sont inoccupées et des milliers de villages ne demandent qu’à revivre. Si l’on ne fait rien tout va rapidement tomber en ruine !

Pour faire revivre ces villages, il conviendrait tout simplement de créer des zones franches, avec de solides avantages fiscaux, afin de faciliter les investissements. Des milliers d’emplois peuvent être créés pour fabriquer bien des choses qui sont aujourd’hui made in China. Ces zones franches deviendraient ultra compétitives et donc attractives.

On pourrait y installer aussi des maisons de retraites qui trouveraient là une main d’œuvre de qualité et moins chère qu’en ville. Tout le monde serait gagnant. Les petits commerces pourraient rouvrir de même que les écoles primaires. L’église serait entretenue et il n’y aurait pas besoin de construire une mosquée. Il y a tant de beaux villages où il ferait bon vivre !

Non seulement la France pourrait se repeupler sans douleur mais le renouveau des campagnes profiterait à tout le monde. Des artisans et de petites industries pourraient à nouveau fleurir en profitant des zones franches. Avec un peu d’imagination et beaucoup de détermination, je suis persuadé que le désert français peut reverdir… Agir serait tellement mieux que se résigner !

Les politiciens sont-ils en mesure d’avoir assez de bon sens et en même temps l’esprit d’entreprise ? Peut-être faudrait-il à la tête de l’Etat un chef d’entreprise capable d’innover, d’entreprendre et de rebâtir ? Les français sont-ils capables d’arrêter leurs querelles et leurs polémiques stériles, à propos de tout et de rien, et enfin regarder l’avenir en face ? Vont-ils arrêter de se plaindre et comprendre qu’ils sont responsables de leur avenir ?

 

 

4 comments

  1. Waouh !!!! Yves, tu as jeté le bouchon tellement loin qu’il n’est pas retombé ! Pour ma part, je trouve que les chrétiens du Moyen-Orient sont certes proches de nous mais que leur place est … chez eux , là ou est leur patrie . Quant à notre problème démographique , à nous de le maîtriser . Question : combien d’habitants DOIT compter la France ?

    1. Alexis de Tocqueville annonçait aussi: « Le despotisme, qui est dangereux dans tous les temps, est particulièrement à craindre dans les siècles démocratiques ». Nous avons déjà pu constater ce qu’il en était et ce n’est pas la fin de l’Histoire!

Laisser un commentaire