124 – Les vagues et tsunamis émotionnels

Posted on mai 11, 2011 par

0



Plus j’observe, plus je me rends compte que la majorité de nos «malheurs» viennent de nous-mêmes, c’est à dire de la façon dont nous réagissons aux évènements extérieurs. Ma pensée rejoint là celles de beaucoup de «maîtres» orientaux dont la sagesse a inspiré nombreuses techniques de développement personnel. Je peux donc dire que j’enfonce des portes ouvertes !

Toutefois, même si ces portes sont ouvertes, nos yeux sont souvent aveugles et nos oreilles sourdes. Nous continuons à nous cogner sur les murs, cherchant les portes de la sérénité, alors qu’elles nous ouvrent grands leurs battants tout près de nous …

«Le vrai bonheur ne dépend d’aucun être, d’aucun objet extérieur : il ne dépend que de nous …» nous dit le Dalaï Lama.

Facile à dire, n’est-ce pas ? Lorsque tout semble aller de travers dans le monde, que nous nous sentons seul(e), agressé(e), que notre santé n’est pas au top et que nous rêvons d’un bonheur qui nous échappe : que pouvons-nous faire pour nous sentir «en paix» ?

Peut-être retrouver notre «liberté» ? Tant que nous sommes prisonniers des évènements extérieurs pour nous sentir bien … nous ne sommes pas libres. Nous n’agissons pas, nous réagissons. Nous ne faisons donc pas de vrais choix ! Nous donnons le pouvoir à l’extérieur : aux évènements et aux autres.

Pourquoi ? Peut-être tout simplement parce que nous avons des attentes, des programmations, des idées toutes faites. Nous nous construisons souvent sur des modèles : que ce soit pour les imiter ou pour prendre leurs contrepieds ! Ma compagne ou mon compagnon devrait être comme ceci, me dire cela. Mon patron, quant à lui, devrait aussi être comme ceci ou comme cela ! Mon fils, ma fille, ma nièce, mon père, ma mère, mes amis, ma soeur, mon frère : toutes ces personnes DEVRAIENT agir comme ceci ou comme cela … ainsi je serais heureux ou heureuse.

Seulement voilà, ils ne font pas comme nous voudrions ! Ils réagissent différemment à nos attentes. Qu’ils aient tord ou raison, peu importe, ils ne rentrent pas dans nos programmes. Ils nous agressent, nous font mal, parfois ils se détruisent à petits feux sous nos yeux, ils aiment ce que nous détestons et ils détestent ce que nous aimons. C’est un comble quand même !!

Alors … nous réagissons : s’ils veulent nous faire mal (consciemment ou inconsciemment), nous leur obéissons et nous avons mal. S’ils se détruisent et que nous les aimons, nous avons mal également car nous nous sentons impuissants. Si nous trouvons leurs comportements stupides ou aberrants, nous sommes malheureux car «ils ne nous écoutent pas».

Bien sûr, il est possible que nous ayons raison dans notre «diagnostic». Il est vrai que nombreuses personnes sont agressives, comme d’autres se détruisent ou font n’importe quoi et vont à l’encontre de leur propre bonheur. Toutefois, où nous avons tord, c’est dans notre réaction. Nous nous laissons emporter par notre émotionnel. Je dirais même que nous nous identifions à notre émotionnel ! Et, là, nous perdons notre paix ET notre capacité d’écoute ou d’accompagnement.

Nous nous coupons de notre sagesse intérieure, cette sagesse qui habite au plus profond de nous. Nous nous laissons chahuter par les vagues qui viennent s’échouer sur le bord de la plage alors qu’il suffit de faire quelques brasses pour retrouver l’eau calme.

Car c’est dans le calme intérieur que nous trouvons notre bonheur et notre paix. Et c’est là que nous pourrons vraiment agir et faire, s’il y a lieu, les bons choix. 

 La peur ou la colère, comme toutes les autres émotions négatives qui en découlent, sont de très mauvaises conseillères ! Elles sont comme les vagues à la surface de l’eau : elles font beaucoup d’écume, semblent brasser beaucoup d’eau, alors qu’en fait elles n’influencent pas l’océan profond. Et notre véritable identité, ce «qui nous sommes» que nous percevons parfois, est au profond de nous, bien au-delà des vagues ou des tsunamis émotionnels qui, souvent, nous submergent.

Transformons-nous donc tous en plongeur et jouons le «Grand bleu» autant que possible : dès qu’une émotion vient nous parasiter et nous empêcher d’être sereins, plongeons vite dans le profond de notre coeur, de notre âme et … laissons-nous gagner par le silence et la sérénité qui nous y attend.

Sous l'écume et les vagues la mer est si calme ...

Pour terminer j’aimerais partager avec vous deux autres pensées du Dalaï Lama, toujours pleines de sagesse …

«La sensation d’être heureux ou malheureux dépend rarement de notre état dans l’absolu mais de notre perception de la situation …»

«Il n’y a personne qui soit né sous une mauvaise étoile, il n’y a que des gens qui ne savent pas lire le ciel»