142 – VIVE LA FOI !

Posted on juin 22, 2011 par

1


Il n’y a pas de confiance sans Foi … n’en déplaise à tous ceux qui se prennent pour St Thomas et ne croient que ce qu’ils voient. Comment font-ils, tous ces sceptiques, pour vivre heureux ? Car une vie sans Foi est une vie sans Joie …

La Foi rend heureux ...

S’il faut avoir «vu» pour croire, alors nous ne pouvons croire en grand-chose ! Car les choses les plus importantes, dans les rapports humains, nous ne pouvons pas les voir … Vois-t’on l’amour ? Vois-ton la sincérité ? Vois-t’on la fiabilité ? Non, n’est-ce pas ? Nous fonctionnons au «ressenti», c’est à dire à la confiance. Nous avons foi en cette personne et nous ressentons, par exemple, sa sincérité.

Sinon, et là je reviens à ma dernière chronique (140 – Offrons l’amour), nous sommes obligés de demander sans arrêt des preuves et … nous vivons dans l’attente. Et l’attente, je peux vous le dire, cela ne rend pas heureux ! Cela revient à mettre son bonheur entre les mains des autres. Et, comme cela diminue notre sentiment de «pouvoir personnel», nous développons une stratégie de manipulation (consciente ou inconsciente) pour garder le pouvoir. Nous devenons méfiants, suspicieux, exigeants ou, au contraire, geignards et victimes afin de susciter la preuve que nous attendons pour avoir confiance.

Bof, pas terrible comme vie, n’est-ce pas ?

La seule solution que j’ai trouvé pour remédier à ces jeux de pouvoir, c’est de développer la confiance, c’est à dire la Foi. La confiance en la vie, la confiance en l’amour. La vie et l’amour sont les deux plus grands mystères : nous ne comprenons pas tout. Pour tout dire, cela nous dépasse ! Et, pourtant, la vie et l’amour existent, je n’en doute absolument pas, même si je ne comprends pas bien comment cela fonctionne. Car, qui a créé l’univers ? Quelle force magnifique et grandiose permet à notre petit système solaire de fonctionner dans cet immense univers ? Qui donne «l’ordre» au soleil de suivre sa course tout au long du jour et de la nuit ? Qui a mis au point un système si génial que nous avons l’impression d’être posés bien tranquillement sur la terre tandis que celle-ci tourne à plus de 1.700 km/h ? Nous devrions être éjectés, telles des marionnettes liliputiennes et, pourtant, je suis là, assise bien tranquillement devant mon ordi en train de vous écrire …

J’ai donc choisi de faire confiance en cette force, en cette source, en cette énergie primordiale qui, aujourd’hui encore, fait tourner rond l’univers. J’ai Foi en cette force, même si je ne peux la nommer, l’expliquer, la toucher. Je n’ai pas de preuve de son existence et, pourtant, je sais qu’elle existe.

L'amour ne peut naître que dans la confiance et la Foi

Et maintenant si nous parlions de l’amour ? L’amour n’est-il pas ce qui demande le plus de confiance ? L’amour est vraiment une histoire de Foi … Quelle différence il y a t’il entre la Foi en un Dieu créateur et la Foi en une autre personne à qui nous offrons notre amour, c’est à dire le meilleur de nous-mêmes ? Nous nous apercevons très vite que l’amour divin ou l’amour humain demandent tous deux la même chose : la confiance. Car si le corps de l’autre est tangible, son psychisme, son coeur, ses pensées, ses réactions … ne le sont pas. Vous offrez le meilleur de vous-même à un (ou une) inconnu(e) : n’est-ce pas un signe de Foi ? 

Et c’est cette Foi qui vous rend heureux. Dès que le doute s’installe, dès que Saint Thomas revient nous titiller, nous perdons notre bonheur. Les doutes réveillent les peurs et les peurs empêchent la joie. Vous connaissez l’expression «L’imbécile heureux» ? Et bien, peut-être cet «imbécile» est-il simplement quelqu’un qui a la Foi chevillée au corps : il ne doute pas, son mental est simple, il ne voit pas le mal donc … il est heureux !

Nous aurions peut-être intérêt à prendre exemple sur ces «imbéciles heureux» qui ne se prennent pas la tête, ne voient pas le mal partout, ne cherchent pas le pouvoir donc ne génèrent pas de conflits : ils vivent, tout simplement, en avançant avec confiance sur le chemin de la Foi.

Et je me demande même pourquoi nous les appelons «imbéciles» … Car j’ai souvent remarqué que, dès que vous prononcez les mots «amour» et «foi» vous êtes regardé(e) comme un ou une «simplette».

  • «Elle est bien gentille avec ses grands mots mais elle est à côté de ses pompes. Regardez comme la vie est dure, moche : il faut toujours se battre, il faut être le plus fort sinon on vous écrase ! Alors, l’amour n’a pas grand place dans ce monde».

Cette remarque, sous une forme ou une autre, je l’ai maintes fois entendue. Par des jeunes et des moins jeunes. Et quand vous répondez que, peut-être, nous avons en nous le pouvoir de remédier à tout cela en développant l’amour et la foi, vous avez droit à un regard en biais, un peu gêné, du style «la pauvre !». Vous pouvez remplacer «la pauvre» par : stupide, imbécile, simplette, cucu, et autres adjectifs hautement significatifs du manque de confiance de beaucoup de gens en la vie et en l’amour.

Pourtant, amis lecteurs, au risque de vous paraître imbécile (mais pas encore assez pour rajouter heureuse, j’espère y arriver un jour !) j’ai la certitude que la force de vie qu’apporte l’amour est absolument extraordinaire et pourrait nous aider à régler nombre de nos malheurs sur cette terre. C’est la plus belle énergie que la vie nous offre, celle qui vibre au plus haut, celle qui nous permet de dépasser nos peurs.

D’où vient cette énergie ? Mystère … Pourtant quand elle s’exprime en nous elle nous guérit et, par ricochet, elle guérit tous ceux qui acceptent de la recevoir lorsque nous leur offrons.

Toutefois, cette offrande d’amour, certains la rejettent … ils laissent leurs peurs prendre le pouvoir, ils ne veulent surtout pas faire partie des «imbéciles heureux» ! Ils attendent des preuves, des certitudes, ils vivent dans la crainte et s’usent à vouloir sans arrêt démontrer leur force et leur pouvoir. Pour eux, la vie est un conflit permanent …

Les autres, ceux qui ont confiance en la vie, qui ont foi en cette force d’amour qui nous dépasse mais qui nous traverse, l’acceptent. Ils deviennent alors eux-mêmes des transmetteurs d’amour et de joie. Pour eux, la vie est un cadeau …

Pour terminer, un court extrait de l’Evangile selon Jean :

 «Thomas, appelé Didyme, l’un des douze, n’était pas avec eux lorsque Jésus vint. Les autres disciples lui dirent donc : «Nous avons vu le Seigneur» mais il leur dit «Si je ne vois dans ses mains la marque des clous, et si je ne mets mon doigt dans la marque des clous, et si je ne mets ma main dans son côté, je ne croirai point». Huit jours après, les disciples de Jésus étaient de nouveau dans la maison et Thomas se trouvait avec eux. Jésus vint, les portes étaient fermées, se présenta au milieu d’eux et dit : «La paix soit avec vous !». Puis il dit à Thomas ; «Avance ici ton doigt et regarde mes mains ; avance aussi ta main et mets-là dans mon côté ; et ne sois pas incrédule, mais crois». Thomas lui répondit : «Mon Seigneur et mon Dieu !». Jésus lui dit «Parce que tu m’as vu, tu as cru. Heureux ceux qui n’ont pas vu et qui ont cru !» (Jn 20, 24-29)