205 – LE CHANT JOYEUX

Posted by

Ce matin, en ouvrant les rideaux de ma chambre, je me suis retrouvée face à un petit oiseau posé sur l’extrêmité de la branche du magnifique cèdre qui embellit ma vie avec son port de roi. Il ne faisait pas très chaud et il était tout en boule, le plumage ébouriffé. Je l’ai fixé, il m’a fixé, nous nous sommes fixés … 

Bien entendu, en humaine habituée au confort, j’ai commencé à le plaindre, à me demander comment il faisait pour ne pas souffrir du froid, comment il allait passer l’hiver et tutti quanti. Je me suis inquiétée pour lui …

 Lui, mon beau petit oiseau, il a simplement relevé sa tête qu’il a tourné à gauche et à droite (faisait-il ses mouvements de Taï-Chi ?), secoué ses plumes et -tout à coup- il s’est mis à chanter ! Et quel beau chant … joyeux, léger, harmonieux : une musique pleine de joie. Puis il s’est envolé, certainement en quête de son petit déjeuner !

Je suis allée prendre le mien, bien au chaud dans ma cuisine confortable. Et j’ai médité sur cette rencontre matinale : vous savez comme je m’émerveille toujours sur la synchronicité. Et, là, j’ai encore eu la preuve de son existence ! En effet, je voulais écrire sur la confiance en la vie et la gratitude qui l’accompagne …

Quelle grande leçon de confiance nous donnent les oiseaux ! Ce petit oiseau, par exemple, était tout humide de la rosée du matin. Il aurait pu se faire du souci : vais-je trouver un moucheron pour mon p’tit dèj ? Va-t’il faire beau ou va-t’il pleuvoir ? Que vais-je faire quand la bise sera venue ? Et bien, non. Plutôt que de se soucier, il a chanté, et son chant -croyez moi- était un véritable chant de gratitude ! Un hommage à la vie …

Alors, je l’ai remercié pour son merveilleux récital et j’ai voulu le partager avec vous : pour que son message soit reçu par tous.

 Merci, bel oiseau, pour ton chant joyeux …


6 comments

  1. c’est très vrai et cela me ramène à l’évangile de Matthieu dont j’aime les paroles :
    C’est pourquoi je vous dis : Ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, ni pour votre corps, de quoi vous serez vêtus. La vie n’est-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement?
    Regardez les oiseaux du ciel: ils ne sèment ni ne moissonnent, et ils n’amassent rien dans des greniers ; et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup plus qu’eux?
    Qui de vous, par ses inquiétudes, peut ajouter une coudée à la durée de sa vie?
    Et pourquoi vous inquiéter au sujet du vêtement ? Considérez comment croissent les lis des champs: ils ne travaillent ni ne filent ; cependant je vous dis que Salomon même, dans toute sa gloire, n’a pas été vêtu comme l’un d’eux.
    Si Dieu revêt ainsi l’herbe des champs, qui existe aujourd’hui et qui demain sera jetée au four, ne vous vêtira-t-il pas à plus forte raison, gens de peu de foi?
    Ne vous inquiétez donc point, et ne dites pas: Que mangerons-nous ? que boirons-nous ? de quoi serons-nous vêtus?
    Car toutes ces choses, ce sont les païens qui les recherchent. Votre Père céleste sait que vous en avez besoin. Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus. Ne vous inquiétez donc pas du lendemain; car le lendemain aura soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine.

    1. Merci pour ce rappel que tout à déjà été dit ! Et très bien dit … Oui, les oiseaux ont beaucoup à nous apprendre, toutefois nous ne sommes pas des oiseaux et notre cerveau est plus complexe : c’est à la fois notre force, car cela nous donne la conscience, et notre faiblesse car cette complexité nous fait douter et génère beaucoup d’angoisses.
      C’est donc le but de cette chronique : nous rappeler que plus nous avons confiance en l’avenir, plus nous créerons du positif !
      Donc, encore une fois, merci à ce petit oiseau pour son message et merci à vous de l’avoir renforcé par ce beau texte …
      Cordialement.

  2. merci pour tes vibrations de joie, et ton chant qui s’exprime, comme celui de l’oiseau, pour être entendu 🙂

  3. ET MERCI POUR TOUS LES HUMAINS QUI N ONT PAS FORCEMENT CHOISI D ETRE FAITS A L IMAGE DE L OISEAU ,QUI NE PARLENT, NI NE PEUVENT PENSER « POSITIVEMENT,( n ayant rencontrer rien de fortuitement positif sur leur chemin) NI NE SAVENT QUE LE TEMPS EXISTE .OUI ,SS NUL DOUTE CES ETRES HUMAINS CREVENT OU CREVERONT DE FAIM DE FROID, D HUMILIATION PENDANT QU AU CHAUD DS LEUR CONFORTABLE CUISINE DELIRERONT SUR » LE CHANT JOYEUX » des illuminees aveuglees par le hasard d une rencontre providentielle »
    PASCAL ,physicien et libertin repenti , AVAIT DEJA CONSTATE : »L HOMME N EST NI ANGE ,NI BETE. ET QUI VEUT FAIRE L ANGE FAIT LA BETE »
    QU EN PENSEZ VOUS MME PONROY ?

    1. Oui, c’est tout à fait juste qu’il est plus facile de penser positivement en prenant son petit dej’ bien au chaud dans sa confortable cuisine. Je suis donc d’accord avec vous, pour nombreuses autres personnes la vie est si difficile qu’ils n’ont pas la possibilité de « s’illuminer » devant un oiseau qui chante joyeusement. Pourtant … je suis toujours émerveillée par son chant. Que vous voulez-vous, puisque j’en ai la possibilité, j’apprécie la beauté de la nature. Cela ne fait pas de moi un ange, ni ne me rend plus « bête » qu’une autre. Par ailleurs, cela ne fait de mal à personne et peut-être même ce partage peut-il faire du bien à quelqu’un ? C’était le but … Je pense souvent qu’un sourire offert ou bien, comme dans cet exemple, le chant d’un oiseau entendu quelque part peuvent apporter du baume au coeur de tous ceux qui peuvent le voir ou l’entendre. Cordialement.

Laisser un commentaire