219 – L’ANGLETERRE EST UNE ÎLE…

Posted on décembre 19, 2011 par

7



 La Grande-Bretagne vient de claquer la porte de l’Europe en refusant de s’associer aux décisions prises par les 26 autres membres. Il pourrait s’agir d’un tournant historique.

Les fondements de l’Europe moderne ont été l’œuvre de 6 pays pionniers (Allemagne, Belgique, France, Italie, Luxembourg et Pays-Bas) qui, le 25 Mars 1957, ont signé le désormais célèbre traité de Rome, jetant les bases d’une « Communauté Economique Européenne ». La Grande-Bretagne, encore inféodée aux USA, avait refusé de s’associer à ces travaux. Par la suite, elle fut surprise du succès de ce « Marché Commun » et souhaita prendre le train en marche pour mieux en maîtriser le destin. Mais le Général De Gaulle, qui fut aux commandes de la France de 1958 à 1969, refusa toujours- sans doute avec sagesse- de laisser la Grande-Bretagne mettre un pied dans la CEE et il opposa son veto à plusieurs reprises. Hélas, ses successeurs n’eurent pas sa clairvoyance et, en 1973, laissèrent les Anglais se joindre aux six membres fondateurs, en arguant que ce peuple faisait partie de l’Europe.

Dans les années qui ont suivi, le gouvernement Britannique demanda sans cesse des dérogations spéciales et freina du mieux qu’il pût la construction Européenne. L’intuition du Général De Gaulle se confirma : si l’Angleterre avait accepté de mettre un pied dans l’Europe, c’était pour mieux la saborder et elle n’avait pas l’intention d’y mettre jamais les deux pieds ! C’est ainsi que la Grande-Bretagne refusa de se joindre à la création de la nouvelle monnaie Européenne le 1er Janvier 2002. « L’Angleterre est une île », selon la formule célèbre d’André Siegfried. Relisez à ce propos ma récente chronique intitulée  L’ÂME DES PEUPLES.

Nicolas Sarkozy et Angela Merkel le 10 Décembre 2011 au petit matin: ils ont l'air assez satisfaits de leur coup !

  Par conséquent, la décision du Premier Ministre David Cameron, dans la nuit du 9 au 10 Décembre 2011, de ne pas s’associer au contrôle budgétaire obligatoire, institué pour tous les membres de l’Union, s’inscrit dans la droite ligne de la politique Britannique : l’Angleterre est une île et a bien l’intention d’y rester ! Le lendemain, David Cameron, entouré des Parlementaires de son parti, a sablé le champagne pour saluer son coup d’éclat. Selon mon point de vue, cette décision est plutôt une bonne nouvelle pour l’Europe qui doit désormais pousser son avantage plus loin. Il conviendrait d’obliger les Anglais à se déterminer définitivement, en procédant à un référendum sur leur adhésion à l’Europe. Selon les sondages, cette adhésion serait largement refusée. L’œuvre Européenne est suffisamment complexe pour ne pas l’aggraver avec des pays boulets qui traînent des pieds et mettent des bâtons dans les roues.

"Le splendide isolement" de David Cameron

  Il n’est pas certain que David Cameron ait pris la bonne décision en choisissant à nouveau

«le splendide isolement » : l’histoire le dira. Il ne fait qu’appliquer la doctrine de Churchill qui répétait: « Nous sommes avec l’Europe, mais non dans l’Europe« . La situation de la livre sterling est sans doute encore plus fragile que celle de l’euro. L’inflation britannique a atteint 5% avec une croissance nulle. Ceci veut dire que les Anglais perdent 5% de pouvoir d’achat chaque année. Leur déficit est supérieur à celui de la Grèce ! Selon The Economist, ceux qui partent à la retraite aujourd’hui vont toucher 30% de moins que ceux qui sont partis il y a trois ans.

 Il est possible qu’en se détachant du continent européen, le vaisseau anglais acquière plus de mobilité et de marge de manœuvre. Nous lui souhaitons bon vent et …Que vogue la galère ! C’est une chance à saisir pour l’Europe qui sera désormais plus libre de ses mouvements et de ses décisions…

Posted in: Histoire, Politique