886 – LE DÉLITEMENT DÉMOCRATIQUE

Publié par

La seule valeur que l’Occident s’efforce encore de défendre est partout menacée. La démocratie était le bastion ultime, la valeur fétiche après l’abandon de tout ce qui faisait sa culture et sa civilisation. Si la démocratie flanche, c’est l’ensemble qui s’écroule…

Quelle que soit la direction où l’on tourne son regard, nous pouvons constater le recul de la démocratie un peu partout dans le monde et, dans le même temps, un durcissement des régimes autoritaires et des dictatures.

C’est désormais toute la spécificité de l’Occident démocratique qui est remis en question et à l’intérieur duquel on voit, sous nos yeux, ce lent délitement. Ailleurs, dans les pays où l’Occident avait tenté d’y implanter la démocratie de gré ou de force, c’est le fiasco complet. De leurs côtés, les Grandes Puissances émergentes assument leur idéologie radicalement anti-démocratique.

L’Occident rongé de l’intérieur

Bien avant l’épisode du covid, chacun pouvait constater cet épuisement démocratique qui a déjà fait l’objet de diverses chroniques, ici-même, qui insistaient sur les dangers mortels qui menacent notre civilisation. (Chroniques 866- « La démocratie conduit-elle au chaos ? » et 883- « L’épuisement démocratique ».

Depuis quelques années, une idéologie qualifiée de postmoderne a infiltré les principaux media d’information et, par voie de conséquence, le personnel politique qui doit s’adapter au diktat médiatique.

Cette nouvelle idéologie puise ses sources dans les mouvements américains de la cancel culture et des woke qui entendent saper les bases de notre civilisation en contestant systématiquement les données scientifiques, culturelles et historiques développées par l’homme blanc au cours des siècles.

Cette contestation serait recevable si elle s’inscrivait dans un vrai débat démocratique dans lequel chacun pourrait s’exprimer. En fait, l’idéologie postmoderne est de type totalitaire et entend monopoliser tous les moyens d’expression, media traditionnels et réseaux sociaux.

C’est dans ce contexte qu’est survenu l’épisode du covid durant lequel les libertés et, en particulier, les libertés d’expression ont été muselées. Il est désormais impossible d’émettre un autre son de cloche que la doctrine officielle. Les données diffusées sont tronquées et manipulées. Le mensonge d’État est devenu, comme dans les pays totalitaires, une façon normale de gouverner.

Les réseaux sociaux sont à l’avant-garde de cette manipulation de masse en bloquant systématiquement les informations parfaitement validées mais qui invalident la doctrine officielle. C’est le cas des vaccins qui sont présentés comme absolument sûrs et efficaces.

C’est ainsi que nous sont systématiquement cachés les effets secondaires des vaccins anti-covid. Les media de vous disent pas la vérité à ce sujet ! Il suffit pourtant de consulter les chiffres officiels de l’Agence Européenne pour constater qu’à la date du 19 Juin les différents vaccins anti-covid avaient directement provoqué la mort de 15.472 personnes en Europe et engendré 1,5 million d’effets secondaires dont la moitié étaient considérés comme graves ! Malgré ces chiffres qui sont loin d’être négligeables, le silence est d’or…

Une image contenant texte

Description générée automatiquement

Même les chiffres des études scientifiques, publiées dans les meilleures revues internationales, sont triturés pour être présentables ! Par exemple, une étude publiée dans The New England Journal of Medecine étudie l’effet du vaccin chez les femmes enceintes et conclut que cela ne pose pas de problème. Pourtant, si on y regarde de plus près, on constate que parmi les 127 femmes enceintes vaccinées durant les 20 premières semaines de grossesse, le taux de fausse-couches atteint le chiffre vertigineux de 81,8% ! Ce résultat a été volontairement caché par les auteurs de l’étude

https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/nejmoa2104983

L’épidémie autoritaire

Il est de bon ton, en Occident, de se donner en modèle de perfection, un modèle à suivre par l’ensemble du monde. Cette illusion dominatrice est en train de s’effondrer…

Dans de nombreux pays, la tentation autoritaire se répand car notre civilisation ne leur apparait plus un modèle enviable, rongée par la démagogie et le laisser-aller. Le contre-exemple de certains pays qui jouissaient d’un certain niveau de démocratie, mais qui sont aujourd’hui incapables de se gouverner, ne plaide pas en faveur de la démocratie. C’est le cas, par exemple, d’Haïti et du Liban, deux pays qui n’ont rien en commun, hormis la déliquescence, et pour lesquels on se plait à rêver d’une dictature pour y remettre de l’ordre et éviter l’effondrement total ainsi que la guerre civile qui est proche !

En Afrique et au Moyen Orient, les semi-démocraties disparaissent une à une. Seuls subsistent les régimes autoritaires et ils prennent du poids. La Turquie d’Erdogan, la Syrie d’Assad, l’Egypte d’Abdel al Sissi, l’Arabie Saoudite de Mohammed ben Salmane ou le Maroc d’Hassan II tiennent encore debout.

Dans le même temps, les pays du tiers-monde qui se sont essayés à la démocratie, de gré ou de force, sombrent les uns après les autres : L’Irak, l’Afghanistan, la Libye, la Côte d’Ivoire, le Mali, l’Afrique du Sud, etc… Même la Tunisie est en grande difficulté et pourrait renouer avec la dictature. Quel pays d’Afrique pourra encore se vanter demain de pratiquer une démocratie vivante ?

En Europe même, la tentation autoritaire gagne du terrain, comme en Hongrie ou en Pologne. La lutte contre le covid a renforcé la tentation d’abandonner certaines libertés fondamentales, comme on vient de le voir en France qui prend allègrement le chemin d’une servitude volontaire avec le pass-sanitaire. Partout, on sent la marée montante…et finalement Macron emploie les méthodes qui réussissent si bien à Poutine et à Xi Jinping.

Les mesures qui sont prises en France à l’encontre des non vaccinés ressemblent étrangement aux ordonnances des autorités d’occupation prises à l’encontre des Juifs en Juillet 1942 ! J’ai, sous les yeux, la liste des lieux qui leur étaient interdits sans laisser-passer, c’est très exactement la même ! Pour l’instant, Macron n’a pas encore instauré l’étoile jaune…

En France, lors des élections présidentielles de 2017, nous avons vu comment les media se sont acharnés sur le candidat largement favori des sondages et l’ont balayé de la scène politique ! Il déplaisait à certaines élites postmodernes qui ont joué de leur influence, mais ce qui ne les empêchent pas de parler de démocratie avec emphase et lyrisme…

Le trio des Grandes Puissances autoritaires

La Russie de Poutine est gouvernée de façon autoritaire, sans états d’âme, et elle l’assume ouvertement. L’Inde de Modi conserve encore quelques traditions démocratiques mais compte de plus en plus sur la scène internationale au fur et à mesure que le régime se durcit. L’Inde démocratique était mal gouvernée et méprisée, elle commence à être respectée et crainte.

Bien entendu, le modèle universel et incontesté des régimes antidémocratiques demeure la Chine de Xi Jinping qui clame son idéologie et son mépris des droits de l’Homme. Toute sa politique nationale et internationale est basée sur la contestation systématique de notre modèle démocratique, considéré comme inefficace et décadent.

La chaine Arte a diffusé cette semaine dans son émission Théma un reportage remarquable sur Xi Jinping et sa vision du monde dont il se voit déjà le maitre. N’hésitez pas à la regarder en replay, c’est édifiant et extrêmement instructif. Tout semble déjà planifié, depuis l’implantation de ses bases militaires en Asie et en Afrique jusqu’à l’invasion de Taiwan. 

La Chine est persuadée que son modèle antidémocratique est le meilleur et se pose en modèle pour les nombreux pays en voie de développement. La Chine aide préférentiellement les régimes autoritaires jugés plus fiables et plus stables. Le grand frère chinois devient essentiel en Afrique et sera sans doute demain incontournable en Amérique du Sud. La Chine se présente en modèle de gouvernance comme les USA furent le modèle démocratique depuis le début du XIXème siècle. Le drapeau rouge va remplacer le drapeau étoilé.

Xi Jinping prend son temps, il est désormais président à vie. Il place ses pions sur l’échiquier international et semble sûr de devenir, à terme, le maitre du monde. Il a une vraie intelligence stratégique, ce que la plupart des élus n’ont pas. Il suffit d’observer l’affligeante politique internationale de l’Occident qui est hésitante, fluctuante et souvent à l’encontre de ses propres intérêts.

Les USA ont trouvé le moyen de se mettre tout le Moyen-Orient à dos, non seulement à la suite de sa politique désastreuse en Irak et en Afghanistan, mais aussi après avoir renié ses accords avec l’Iran. Par son aveuglément, elle a jeté Poutine dans les bras de Xi Jinping. L’Occident n’a pas bougé le petit doigt lorsque la chine a renié sa signature en prenant le contrôle de Hong-Kong, prélude à l’invasion programmée de Taiwan.

Xi Jinping est-il le nouveau Hitler dont il faudrait arrêter les visées impérialistes avant qu’il ne soit trop tard ? L’Europe démocratique eut été avisée, si elle avait stoppé Hitler lorsque ses troupes envahirent la Rhénanie en 1936 ! Bien des drames eussent été évités. La faiblesse n’est jamais une bonne stratégie…

Finalement, tout se passe comme si l’Occident travaillait à sa perte. Il se délite de l’intérieur en sapant ses propres valeurs démocratiques, comme s’il n’y croyait pas lui-même. A l’extérieur il favorise la politique expansionniste des régimes autoritaires ennemis !

Un commentaire

Laisser un commentaire