247 – TROP BON … TROP CON ??

Posted by

Ne trouvez vous pas étonnant le nombre de phrases toutes faites qui tournent en ridicule des valeurs aussi fondamentales et humaines que la bonté, la gentillesse, la foi ?

Je me pose quand même la question de savoir pourquoi … Qui cela gêne-t’il d’être bon, gentil, et d’avoir la foi ?

Je résume : si vous êtes «trop» bon, vous devenez «con», si vous êtes gentil, vous êtes un peu «simplet», si vous avez la foi vous êtes catalogués «niais».

D’abord une question : que signifie être «trop» bon ? Si je regarde le Larousse, je trouve la définition suivante au mot Bonté : «Qualité d’une personne qui est bonne. Manifestations de bienveillance». (lat. bonitas; de bonus, bon).

Je vais donc chercher la définition de bon : «Qui a les qualités convenables à sa nature, … Qui se distingue par ses qualités morales, intellectuelles, … Qui aime faire le bien, généreux, …».

 Bref, comme vous le voyez, comment pourrait-on être «trop» bon ? Et, comment cela pourrait-il être «con» ?

Si je vous en parle aujourd’hui, si je m’interroge avec vous, c’est que ces valeurs sont pour moi, comme je vous le disais plus haut, FONDAMENTALES. Elles caractérisent notre qualité «d’humain» et nous avons tous -en nous- la possibilité de développer notre bonté, notre gentillesse, notre foi. Vous imaginez combien le monde serait plus agréable si, TOUS, nous développions ces valeurs ? 

Aujourd’hui le monde ne va pas bien : que ce soit au niveau de l’écologie, de la politique, de l’économie mais également au niveau des relations humaines, il s’éloigne de l’éden qu’il pourrait être. Mais il ne faut pas s’en étonner puisque nous développons des concepts qui vont à l’encontre de l’harmonie !

Maintenant, peut-être devrais-je préciser ce que j’entends quand je dis le mot «valeur». En P.N.L. (Programmation Neuro Linguistique), par exemple, ce sont les réponses à une question fondamentale que nous devrions nous poser plus souvent : «En quoi c’est important pour moi ?». Les valeurs sont donc ce que nous recherchons dans notre idéal, ce qui nous pousse à agir et, bien sûr, elles sont différentes pour chacun. Ainsi, ce qui motive l’un agacera prodigieusement l’autre !

Les valeurs peuvent nous parler d’harmonie, de persévérance, d’amour, de gentillesse, de bonté, de foi, de fidélité, d’engagement, de loyauté, de reconnaissance, de réussite, d’argent, etc … mais toujours dans le sens de nous motiver pour «aller vers». Les valeurs sont des moteurs qui nous poussent, nous animent, nous amènent sur le chemin de notre idéal. Il revient à chacun de respecter, cultiver et servir ses propres valeurs.

On ne peut donc JAMAIS être stupide lorsque nous allons dans le sens de nos valeurs. Nous pouvons, bien sûr, ne pas avoir les mêmes. C’est d’ailleurs la source de bien des conflits ! Si votre valeur c’est «gagner de l’argent» et que votre partenaire lui, a une mauvaise image de l’argent … il y aura conflit. Il ne comprendra pas votre motivation …

 Mais il y a des valeurs de base -universelles- qui, si elles ne sont pas respectées, entraînent la dysharmonie.

Alors, posons-nous la question : «Qu’est-ce qu’il serait important de changer aujourd’hui pour créer un monde plus harmonieux pour moi ET pour les autres ?»

Peut-être nous apercevrons-nous qu’être bons et gentils n’est pas si stupide, n’en déplaisent aux amers et pessimistes en tous genres. Et si être bons était notre participation à la création d’un monde meilleur ?

Pour terminer, quelques citations glanées ici et là au fil des siècles :

 «Dans ce monde, il faut être un peu trop bon pour l’être assez»

Marivaux (1730)

 «Qui a bon coeur n’est jamais sot»

Georges Sand (1850)

 «La bonté est l’objet de l’Amour, la puissance est la cause de crainte»

Cardinal de Richelieu (1623)

 

3 comments

  1. Excellente chronique ! Nous n’avons pas à nous soumettre à l’ignorance, à l’irresponsabilité ou à la bêtise de ceux qui dénigrent et tournent en ridicule les valeurs universelles telles que la non violence, la paix, la bonté, la gentillesse, la générosité, l’hospitalité, la serviabilité, le dévouement, la tolérance, l’amitié, la compassion, la charité, l’amour, la foi, le pardon, la confiance, la fidélité, la prudence, la régulation et le contrôle des pulsions excessives, l’équilibre, l’harmonie, la justesse, la justice, la dignité, le non mensonge, la sincérité, la responsabilité, le civisme, le respect de soi-même et d’autrui, le respect des différences, la propreté, l’ordre, l’équité, l’honnêteté, l’indépendance, l’autonomie, la liberté, la liberté de conscience, le libre choix, la vaillance, le courage, la protection contre les attaques ou les catastrophes, la cohésion et la sécurité familiale et sociale, le respect des anciens, des enfants, des faibles, des déshérités, des malades…, l’universalisme… (à chacun de compléter cette liste et d’éliminer ce qui ne lui paraît assez universel). e.b. ☼

  2. Tout à fait juste, mais malheureusement ce n’est pas le courant de pensée à la mode dans les médias. Si on dénonce souvent le « politically correct » et la « langue de bois » qu’on y retrouve, on se garde bien d’aller plus loin que ces manifestations somme toute superficielles d’une culture de « bien pensants », tributaires et seuls gardiens de la Vérité, du Bon goût et de la Raison, rôle que s’attribuent bon nombre de chroniqueurs bien en vue dans les médias québécois.

    Évidemment, comme votre article le cerne si bien, ce qui satisfait les valeurs d’une personne choque celles d’une autre. La raison voudrait qu’on accepte ces différences comme le tribut à payer pour vivre en société; la loi des cotes d’écoute, par contre, dicte de frapper sur tout ce qui bouge ou qui dépasse les valeurs des détenteurs de micro. D’où la démagogie qui fait flèche de tout bois dans notre paysage médiatique et qui nous force à choisir entre le camp des intolérants cool et celui des cons, naïfs et autres sous-hommes dénoncés par ceux et celles qui se sont clamés eux-mêmes demi-dieux.

  3. Comment bien voulu embrasé vos mains Chantal multiple belle mérite d’être lu ou être un système de vie de certaines personnes Surface multiple dans lequel l’esprit de Philippe bovare tous des hypocrites sof vous et moi et je vais à une belle, peut-être l’analyse de certains caractère dans la société humaine, selon le Alternostat configuration de phases par lesquelles l’homme enfance à l’adolescence et l’âge adulte, et plus récemment de la vieillesse, même si nous revenons à la date de l’enseignement scolaire dans le monde de Age Sparte école grecque à l’école Bastalzi en Suisse et Jean-Jacques Rousseau toute sa Trguetha dans la formation de l’individualité et que les spectacles dans lesquels l’inégalité des connaissances qui provoque à partir de laquelle figure schizophrène et le timide et bon avec les autres etc .. et naïve d’autres la question réside dans l’étendue de l’interaction individuelle avec les enfants

Laisser un commentaire