PROGRAMME ECONOMIQUE EN TROIS POINTS:

Posted on avril 28, 2014 par

0


 

« Les finances publiques doivent être saines, le budget doit être équilibré, la dette publique doit être réduite, l’arrogance de l’administration doit être combattue et contrôlée, et l’aide aux pays étrangers doit être diminuée de peur que Rome ne tombe en faillite. La population doit encore apprendre à travailler au lieu de vivre de l’aide publique ».

 

Ce texte a été écrit par Cicéron en 55 avant Jésus-Christ. Il s’applique aujourd’hui à merveille et il n’y a pas un mot à retirer !

A cette époque la République Romaine était à la dérive et la guerre civile menaçait. Quelques années plus tard César fut assassiné emmenant avec lui ce qui restait de la République.

En 1774, Turgot devint contrôleur général des finances et expliqua son programme au jeune roi Louis XVI qui n’a que 19 ans : « Point de banqueroute, point d’augmentation d’imposition, point d’emprunts. Pour remplir ces trois points, il n’y a qu’un moyen : réduire la dépense au-dessous de la recette ». Mais sous la pression de la Cour et des bourgeois, qui ne veulent pas entendre parler d’économie, le roi fait appel à Necker qui sera lui aussi renvoyé en 1790 car il refusa d’imprimer des Assignats. Le pays fut ruiné et en 1792, au moment où le roi fut guillotiné, la monnaie papier avait perdue 1/3 de sa valeur.

Les gouvernements européens, qui aujourd’hui refusent de réduire les dépenses de l’Etat, afin qu’elles ne dépassent pas les recettes, conduisent leurs pays à la ruine et peut-être à la révolution! Ce sont toujours les ruines économiques qui emportent les régimes politiques… Les démocraties occidentales sont confrontées à leur destin !

Il y a quelques jours, le quotidien Suisse « Le Temps » écrivait :  Manuel Valls prend la barre d’un bateau en train de couler. L’ex-Grande Nation s’endette pour payer non seulement ses frais de fonctionnement, mais aussi les intérêts de sa dette. Et sa croissance est inférieure aux intérêts de sa dette ». Malgré cela, il y a encore des français qui pensent qu’il n’est pas urgent de faire des économies !

Souvenons- nous aussi de cette phrase de Diderot : « Il est mille fois plus facile, j’en suis persuadé, pour un peuple éclairé de retourner à la barbarie que pour un peuple barbare d’avancer d’un pas vers la civilisation ». A un certain niveau, l’aveuglement idéologique équivaut à de la barbarie…

Posted in: Economie