386 – LE SURREALISME FRANCAIS

Posted on janvier 28, 2013 par

2


 La France demeure le pays du Surréalisme, c’est-à-dire au-delà du réel, comme si la réalité ne pouvait l’atteindre. Telle est la conclusion à laquelle j’aboutis après un court séjour dans ce beau pays.

Il est vrai que la réalité peut être ennuyeuse et contraignante, alors autant s’en détourner. Ce qui est étrange, c’est que les français, individuellement, sont conscients d’un certain nombre de réalités économiques et politiques, mais ces réalités semblent totalement échapper aux hommes politiques. Ils continuent, contre vents et marées, à promettre des lendemains qui chantent. La France est ruinée mais ses représentants font comme s’ils l’ignoraient. Le gouvernement part faire la guerre en Afrique, continue d’embaucher des fonctionnaires et emprunte à tour de bras en creusant sa dette déjà abyssale. Pas une seule mesure sérieuse d’économie alors qu’il faudrait prendre des mesures drastiques.

J’aime discuter avec les artisans car ils font partie des forces vives et ont gardé le bon imagessens, c’est-à-dire le sens des réalités. Il n’y a pas moins surréaliste qu’un artisan ! Or, dans la région de Provence où je suis, les artisans sont débordés. Il est inutile d’espérer avoir la visite de l’électricien à qui vous avez téléphoné dix fois ; inutile d’attendre le ferronnier qui avait promis de venir, ni le maçon qui est en retard sur ses chantiers. Je discutais avec un jeune jardiner courageux qui vient de démarrer sa petite affaire mais qui a déjà de la peine à satisfaire sa clientèle. J’ai enquêté pour savoir pourquoi tous ces gens n’embauchaient pas. La réponse est unanime et simple : on ne trouve personne car les jeunes ne veulent pas travailler !

VAR13Q900_Deligne_Travail au noir.jpg Comme j’avais de la peine à croire cette réponse qui me paraissait simpliste et déplaisante à entendre, je suis allé plus loin dans mes investigations. En effet, m’a t-on dit, il suffit de travailler quelques semaines par an pour avoir droit au chômage, or il est plus avantageux de toucher 800 Euros à ne rien faire que le salaire minimum en se levant le matin à 7 heures. Il suffit de bricoler un peu au noir, par-ci par-là, pour compléter ses revenus. Bien entendu ces gens là sont aussi des électeurs et il n’est pas besoin de vous faire un dessin pour que vous compreniez qu’ils votent pour ceux qui s’engagent à perpétuer ce merveilleux système. J’ai lu dans le journal que l’assurance chômage atteignait des niveaux record et le ministre concerné s’est empressé de dire qu’il n’était pas question de modifier les prestations. Voilà ce que j’appelle un ministre surréaliste !

J’ai bien une petite idée pour corriger le système, c’est une idée très simple qui n’a rien de surréaliste. Il suffirait de demander, aux chômeurs indemnisés, du temps en contrepartie des prestations qu’ils reçoivent. Il y a tant de travaux d’intérêt collectif que les communes ne peuvent réaliser par manque de moyens, qu’il y de quoi occuper des armées de chômeurs : prise en charge des enfants le soir, activités sportives et parascolaires, entretiens divers, services aux personnes âgées, etc. Il n’y a que l’embarras du choix. L’avantage de ce système serait double : d’une part il rétablirait une équité et redonnerait une activité et une dignité aux chômeurs dans le cadre d’un échange réciproque, d’autre part il éliminerait les jeunes chômeurs profiteurs qui, quitte à se lever le matin, finiront par préférer un vrai travail rémunéré puisqu’ils n’auraient plus assez de temps pour le travail au noir. J’ai toujours trouvé malsain cette idée de distribuer des indemnités sans contre partie. Chaque « droit » devrait être accompagné d’un « devoir ». Naturellement cette idée est trop simple pour plaire aux technocrates surréalistes!…

Les Français savent très bien que le système est pourri et ils ne se font aucune illusion, comme est pourri leur système des retraites, pourri aussi l’assurance santé. Tous ces beaux organismes sont en grave déficit mais les politiques ont décidé qu’il est urgent de ne rien y faire. Ils attendent que tout s’écroule et, à ce moment là, ils diront que c’est la faute du capitalisme et des financiers. Les Français sont lucides sur les politiques qu’ils élisent. Selon la dernière enquête du Centre d’Etudes Politiques 82% des français estiment que « les hommes et les femmes politiques agissent principalement pour leurs intérêts personnels ». C’est beau la démocratie parlementaire ! Ils sont d’ailleurs 72% a considérer que le système démocratique fonctionne mal en France et ils sont même 87% pour affirmer : « On a besoin d’un vrai chef en France pour remettre de l’ordre » !

1822070_5_e2be_infographie-le-monde_1ade4e4dd82d59e19d35f433839ddd8a

Je ne sais pas si les français vont faire la révolution dont ils sont friands, mais ce qui est certain c’est que le système actuel n’est plus viable. Il y a trop de gabegies, trop de scléroses, trop de rigidités et surtout trop de mensonges surréalistes… Je ne préconise pas la révolution qui est aveugle et stupide, mais je plaide pour une réforme en profondeur, à commencer par une réforme de la démocratie. Les français sont mûrs pour la démocratie directe, mais ils doivent d’abord chasser les politiciens qui les grugent.

 

Posted in: Economie, Politique