450 – BILLET D’HUMEUR …

Posted on juillet 25, 2013 par

5


Capture d’écran 2013-07-23 à 16.16.19

Nous voici en Provence, au milieu des odeurs de lavande et de thym. Le ciel est bleu et nous vivons bercés par le chant des cigales … Belle image, n’est-ce pas ? Le vrai paradis !

Je pense que nous sommes très nombreux à apprécier ces moments loin de la ville, bien à l’abri de la pollution citadine : pas de fumée d’usine, pas d’odeur de fuel, pas d’oxyde de carbone. Bien sûr, la première chose que je fais en arrivant à la campagne, c’est de respirer à fond, d’humer le bon air pur.

Quelle candeur ! Quelle erreur ! Quelle horreur …

En quelques mots, je vais vous raconter ma prise de conscience, espérant partager avec vous ma révolte et la solution à laquelle j’ai pensé.

Vu la température, et le calme ambiant, nous dormons toutes fenêtres ouvertes afin de profiter de l’air frais ET pur (enfin … c’est ce que je croyais stupidement !). Pour vous situer où nous sommes, il faut imaginer un pays de vignobles, de vergers et de bois. Nous sommes entourés d’une mer de vignes, élégamment disposées. C’est très beau ! 

L’autre matin, donc, au lever du jour, je suis réveillée à la fois par un bruit lointain et une odeur inconnue. Une odeur très étrange vu qu’elle m’a perturbée au point de me sentir gênée dans ma respiration. Je la trouvais vraiment «bizarre» et j’ai commencé à m’inquiéter. Que cela pouvait-il être ?

traitement de la vigne Le bruit venait d’un moteur, au loin, qui roulait à faible allure. Bien sûr, j’ai tout de suite pensé à un tracteur, le vigneron profitant de la fraîcheur pour travailler dans ses vignes. Mais je n’ai pas tout de suite fait le rapprochement entre le bruit ET l’odeur ! C’est Yves, que mon agitation a fini par réveiller, qui m’a annoncé calmement le diagnostic : «C’est l’odeur des traitements chimiques dont le vigneron asperge ses vignes».

Quel choc ! C’est la première fois que je sentais cette odeur malsaine, certainement ramenée par des vents différents. 

Là, une grosse colère m’a prise : je me suis sentie abeille, petit oiseau des champs, petite souris, et j’ai compris -dans mes cellules- pourquoi ils disparaissaient de la planète ! Et j’ai compris aussi pourquoi nos maladies auto-immunes se développaient à grande allure : cancers et allergies en tous genres se nourrissent de toute cette chimie …

Vous rendez-vous compte ? TOUTES nos campagnes sont complètement polluées dès l’instant où il y a des cultures traditionnelles : que ce soit des céréales, des légumes, des fruits, de la vigne ou autres, la culture traditionnelle est gorgée de traitements chimiques.

Alors, vous allez me dire, qu’y pouvons-nous ? Nous sommes nombreux à être conscients de ce fléau mais nous ne pouvons rien y faire …

Sauf que …

Sauf que nous avons un GRAND pouvoir à notre disposition : c’est NOUS qui achetons et consommons ce que les paysans cultivent à grands coups d’engrais, d’insecticides, de pesticides et autres délices. C’est nous qui sommes les clients, c’est donc nous qui avons le pouvoir de dire «Oui, j’achète» ou bien, au contraire «Non, je n’achète pas».

Capture d’écran 2013-07-22 à 17.18.12

Bien sûr nous avons besoin de nous nourrir mais il y a une solution, très bonne pour notre santé, pour celle des animaux et pour la Terre : l’Agriculture Biologique.

 Si je reviens dans notre région de vignobles, en Provence, notre village a la chance d’avoir deux domaines viticoles complètement bio, avec le logo AB et même -pour l’un d’entre eux- la garantie Ecocert.

C’est d’ailleurs pourquoi je ne me méfiais pas, vu que nous ne consommons que des aliments et du vin bio, je nous croyais à l’abri.

Et bien, je peux vous garantir que les vins que nous savourons et que nous offrons à notre famille et à nos amis sont d’excellente qualité et absolument délicieux ! Allégés en sulfites, sans traitement chimique polluant, ils sont bénéfiques aussi bien pour les humains et les animaux que pour la planète. Et, à qualité égale, les prix ne sont pas différents.

Alors, pourquoi ne pas EXIGER de boire du bio, partout où vous allez ? Et il n’y a pas que le vin : pourquoi ne pas acheter uniquement des aliments bios ? Plus nous serons nombreux à le faire, plus la demande sera croissante, plus il y aura de paysans qui se reconvertiront aux méthodes de l’agriculture biologique. Eux-mêmes seront d’ailleurs moins pollués ! Car c’est une véritable hécatombe : le nombre de cancers chez les paysans est en complète explosion. Ils râlent, ils contestent … mais la majorité ne changent rien et continuent à acheter leurs «poisons».

Capture d’écran 2013-07-23 à 16.11.14 Heureusement, il y a de plus en plus d’agriculteurs conscients de cette tragédie qui se sont reconvertis et l’offre en bio est de plus en plus alléchante. Quel bienfait pour nous et pour la Terre ! Je remercie ces hommes et ces femmes qui participent courageusement au sauvetage de la Terre et, donc, des hommes ! Car n’oublions pas que nous sommes complètement inter-dépendants …

 Offrons-nous, offrons-leur et offrons à la terre notre changement de conscience : EXIGEONS, partout, de manger, de boire et de respirer «bio» ! C’est le plus cadeau que nous puissions nous offrir, bien sûr, mais également à nos enfants et à la planète.

 Je suis consciente, depuis de très nombreuses années, d’être responsable de ma santé et de ma vie. Mais, aujourd’hui, je suis encore plus consciente que la santé de la planète est entre nos mains. Nous avons ce pouvoir, que nous pouvons utiliser au quotidien : chaque achat bio est un pas de plus vers la santé des hommes et de l’environnement.