952 – THE GREAT RESET VERSUS THE GREAT AWAKENING

L’heure est grave : notre civilisation tremble sur ses bases. Une riche élite ultra-libérale veut prendre le contrôle du monde et imposer son idéologie à des citoyens manipulés par des media qu’elle contrôle ! Ce n’est pas un complot, c’est un projet au grand jour…

Deux philosophies de la vie s’affrontent. Deux conceptions radicalement différentes de la civilisation sont désormais face-à-face :  pour le meilleur ou pour le pire ? Il est urgent de choisir son camp.

Sans doute, jamais dans l’histoire, l’humanité ne s’est trouvée à un tel tournant et à un choix aussi radical : d’un côté, les globalistes qui rêvent d’un monde uniforme et unipolaire. Ils proposent une ‘réinitialisation’ complète de nos valeurs (reset) qu’ils jugent obsolètes et qu’ils entendent remplacer, de gré ou de force, par les leurs. De l’autre, les tenants d’un monde multipolaire, plus traditionnel, qui cultive la différence et pour lesquels la diversité des valeurs et des opinions est une richesse qu’il faut préserver. Ils appellent à un réveil des consciences (awakening) et à une mobilisation générale pour défendre leurs cultures.

Nous devons en prendre conscience, nous sommes en guerre. Il s’agit d’une guerre de civilisation ! Une guerre de l’élite mondialisée contre les citoyens dociles et endormis. Mais rien n’est joué, car la résistance s’organise. J’ai déjà abordé ce sujet dans la chronique 845 « Guerre de civilisation » que je vous invite à relire.

The Great Reset

Les choses sont devenues claires en 2020 lorsque Klaus Schwab a publié son livre intitulé : « Covid-19 : The Great Reset ». Schwab est un personnage très important qui préside le Forum Économique Mondial, qui tient sa Grand-Messe annuelle à Davos, en Suisse. C’est là que se réunit le gotha de l’élite mondial du capitalisme ultra-libéral.

Les grandes lignes du livre de Schwab semblent anodines. Il considère que l’épidémie mondialisée du Covid est la preuve que nous vivons dans un monde globalisé et interdépendant. Il convient donc d’en tirer les conséquences et envisager un gouvernement mondial pour vivre mieux dans un monde meilleur : il s’agit de « créer collectivement un avenir stimulant, prospère et centré sur l’humain pour tous ».

Il s’agit donc d’un beau projet qui pourrait obtenir notre assentiment. Mais les promesses deviennent plus difficiles à avaler lorsque l’on comprend que l’élite mondial, représentée par Schwab en personne, détient déjà les règles du projet, qui nous serait imposé, clef-en-main, si je puis dire. Il n’y a plus qu’à dire amen !

Le covid fut l’occasion qu’attendaient les mondialistes pour tester la gouvernance mondiale à travers les recommandations de l’OMS qui étaient ensuite transmises en obligation contraignante par les gouvernements nationaux. Il faut savoir que le principal contributeur de l’OMS, et par conséquent le membre le plus influent, n’est autre que le célèbre Bill Gates, actionnaire et fondateur de Microsoft. Bill Gates est lui aussi un homme qui nous veut du bien, pourvu que l’on suive ses directives et ses fantasmes dans le domaine de l’intelligence artificielle et du transhumanisme.

« La crise offre au monde une occasion inespérée de se réformer sur de nouvelles bases. Le moment serait venu pour tout remettre à zéro et de recommencer » résume John Laughland dans son « Analyse du projet de société du Forum Économique Mondial ». Remettre l’humanité à zéro, comme si rien ne s’était passé depuis 30 siècles ? Se prennent-ils pour Dieu ?

Nous avons tous expérimentés ce qu’est une dictature sanitaire, à travers la peur savamment orchestrée, l’obligation du confinement, puis l’obligation vaccinale qui furent imposées par un matraquage médiatique parfaitement orchestré et une censure sévère. Il faut dire que globalement le peuple fut docile et soumis et accepta même sans broncher une vaccination expérimentale, sans même avoir les preuves de l’innocuité ou de l’efficacité !

Fort de ce premier résultat, les apôtres du Great Reset ont étendu leur pouvoir tous azimuts en pratiquant la censure de tous leurs opposants idéologiques. C’est ainsi que le vidéo-documentaire Hold-Up, qui avait le Great Reset en ligne de mire, fut censuré par Youtube et d’autres plateformes, après avoir été visionné des millions de fois. C’est dans la même veine liberticide que furent supprimés les comptes Twitter et Facebook de Donald Trump, principal opposant politique au Great Reset. Des milliers d’autres comptes furent censurés, y compris notre modeste chronique-libre qui n’a toujours pas le droit d’augmenter son audience !

Avez-vous entendu quelconque « démocrate » protester contre ces mesures totalitaires ? Vous l’avez compris, The Great Reset n’est pas un projet démocratique car il suppose des orientations et des prises de décisions qui ne sont pas à la portée du pauvre citoyen lambda qui doit confier son sort à l’élite. « Le plus important est comment comprendre et façonner la nouvelle révolution technologique qui n’implique rien de moins qu’une transformation de l’humanité. Nous sommes au début d’une révolution qui va fondamentalement modifier notre façon de vivre, de travailler et de s’échanger les uns les autres » écrivait déjà Klaus Schwab dans « La Quatrième révolution industrielle ».

Je ne conteste pas le diagnostic de Schwab, nous sommes à un tournant historique, mais je conteste à l’élite mondialisée le droit de confisquer les manettes et de prendre en charge le destin de l’humanité, sans en référer au peuple. Pour mener à bien cette entreprise, les tenant du Great Reset ont recours à leur arme préférée, la peur ! Pour eux, le choix est simple et binaire : d’un côté un chaos qui s’aggrave et conduit à l’apocalypse et de l’autre le salut du monde grâce au Great Reset !

Le salut passe par un gouvernement mondial, « a Big Government » sous le mode « One world, one language », dominé, of course, par le monde Anglo-saxon, c’est-à-dire par les USA. Pas besoin de dire qu’il reste assez de neurones à Joe Biden pour se faire le chantre du Great Reset ! Il convient donc d’abolir les frontières et toutes les barrières qui s’opposeraient à ce monde unipolaire, homogène, sans goût et sans saveur. Pour cela, il faut que les peuples se mélangent grâce à une immigration massive afin de métisser notre civilisation. Même les différences sexuelles semblent être une injure aux globalistes !

La guerre pour le monde

Ce projet est prométhéen et « l’épine du totalitarisme est cachée parmi le langage coloré en rose de Schwab » écrit Alex Jones dans son livre choc et salutaire : « The Great Reset and the war for the world », critique sévère et brillante de l’idéologie qui se cache derrière. Notez au passage que ce livre de référence de la résistance à l’idéologie ultra-libérale, et qui a rencontré un énorme succès aux USA, n’a pas été traduit en Français car il dérange « l’élite »…

C’est là qu’il faut replacer la guerre en Ukraine dans son contexte, car rien n’arrive par hasard. Les Américains, sous l’impulsion de Joe Biden, ont provoqué Poutine en déstabilisant l’Ukraine, en fomentant une pseudo-révolution, en installant à la tête de l’État une marionnette aux ordres et en projetant de faire entrer l’Ukraine dans l’OTAN. Tout cela était inacceptable par les Russes qui n’avaient pas d’autre choix que d’attaquer militairement l’Ukraine. Le projet final étant de faire éclater la Russie en une multitude de républiques afin de l’affaiblir, comme l’est déjà l’Europe…

En effet, la Russie constitue un obstacle majeur pour la réalisation du Great Reset qui suppose la suppression des États-nations. Elle est encore un rempart en Europe contre l’avancée de l’idéologie ultra-libérale, porteuse de toute les dérives de la cancel culture et du wokisme. « La Russie conservatrice est-elle le dernier rempart et le dernier modèle qui protège l’Europe du déclin et de la décadence ? » écrivais-je en introduction de ma chronique 926 « Est-ce une guerre de civilisation ? ».

Nous assistons en effet à une guerre de civilisation, la guerre pour le monde, une lutte à mort pour l’hégémonie mondiale ! Il est regrettable que les Européens semblent aveugles à ce qui se joue sous leurs yeux et à leurs dépens. Ils ont pris le parti du Great Reset, ils suivent l’idéologie ultra-libérale de l’élite mondialisée, dont Emmanuel Macron est le thuriféraire qui porte l’encensoir ! (Relire la chronique 946 « Est-Ouest : le duel à mort ».)

Le Grand Réveil

L’heure est grave et il est étrange de constater combien les peuples sont généralement aveugles aux grands tournants de l’histoire et aux grands enjeux qui vont décider de leur destin ! Je suppose que les citoyens romains avaient le même aveuglement lors de la chute de Rome, lorsque le dernier empereur abdiqua en 476… Cela fut sans doute pour eux une période ordinaire et pourtant tout s’écroulait autour d’eux. Aujourd’hui l’Europe se lézarde et le peuple regarde ailleurs, inconscient des enjeux dont il est le jouet…

Dans ce contexte de résignation ou, pire, de collaboration avec l’entreprise de manipulation médiatique téléguidée par l’élite, certaines voix s’élèvent et tentent de se faire entendre malgré la censure. J’ai déjà cité le livre d’Alex Jones qui analyse les effets pervers et mortifères qui se cachent derrière le slogan du Great Reset : « En dépit de leurs déclarations qu’ils veulent un meilleur futur pour tous, en fait c’est un meilleur futur pour eux et un emprisonnement sous contrôle digital pour nous autres ».

Il ne s’agit pas d’un complot, comme certains ont pu le dire, car ils agissent de façon claire, en pleine lumière, et leur idéologie est amplement développée par les media et les politiciens. Mais une opposition salutaire s’organise et tente de nous réveiller, tel de livre de l’intellectuel Russe Alexander Dugin, intitulé : « The Great Awakening vs the Great Reset » dont je vous recommande la lecture bien qu’il ne soit pas traduit en Français. Dugin démonte point par point l’idéologie du Great Reset et appelle l’Occident à un grand réveil pour sauver notre civilisation qui est entre les mains des démolisseurs !

« Défaire Trump était le premier objectif. Ils veulent détruire Poutine, tuer Xi Jinping, changer le gouvernement en Iran, empoisonner Erdogan, discréditer toutes les sortes de populisme Européen, en finir avec la résistance Islamique, détruire toutes les tendances anti-globaliste en Amérique du Sud ! Non pas de façon pacifique, mais en attaquant avec des moyens totalitaires » affirme Dugin de façon brutale et imagée. Mais, en gros, tel est le rêve de l’élite globaliste qui a déjà passé à l’action.

Il est donc temps de se réveiller et de lutter pour notre diversité et pour lutter contre cette entreprise d’homogénéisation qui veut gommer toutes les différences, tout ce qui constitue notre identité, non seulement notre langue et notre culture, mais aussi notre genre ! « Bien sûr, ils ont pour eux les marchés financiers et la presse écrite, ainsi que les inventeurs de la Silicon Valley. Des agents de renseignement disciplinés et des généraux de l’armée obéissants leur sont subordonnés. Mais c’est négligeable comparé à toute l’humanité, aux gens de travail et de pensée, aux profondeurs des institutions religieuses et à la richesse fondamentale des cultures ».

Autrement dit, si ceux qui sont attachés au pluralisme et à la diversité des peuples se réveillent et agissent, ils peuvent gagner cette guerre de civilisation, cette guerre pour la domination du monde. Aux USA, la masse des Trumpistes, en Europe les Populistes de droite comme de gauche, la Russie éternelle, les Chinois à la civilisation millénaire, les Turques, les Perses, les Arabes, les Indiens, les Africains ainsi que l’Amérique Latine, tous ces peuples refusent catégoriquement cette idéologie mortifère que voudrait imposer une élite Occidentale mondialisée, apatride et ultra-libérale.

Il est temps de faire bloc et de se désolidariser des gouvernements européens, vassalisés aux globalistes américains. Il est temps de revoir notre position vis-à-vis de la guerre en Ukraine qui est une guerre fomentée et planifiée par l’élite globaliste afin de fragiliser la Russie qui est le premier pays à se dresser sur leur route. L’Europe doit être l’allié objectif de la Russie, premier rempart qui peut nous protéger du monde unipolaire, promis par l’élite, pour mieux dominer et assujettir les citoyens.

close

Ne manquez pas les prochains articles

Laisser un commentaire