225 – LA DESTRUCTION CREATRICE

Posted on janvier 2, 2012 par

2


A l’aube de 2012, je voudrais vous transmettre ma foi en l’avenir. Tout est cycle et recommencement. L’ordre surgit du chaos, comme le printemps succède à l’hiver. Pour renaître, il faut accepter de mourir.

 Les temps sont difficiles et 2012 sera une année d’épreuves. Pourquoi se le cacher ? C’est toujours grâce aux changements et aux bouleversements que l’avenir se prépare et se construit. C’est en perdant sa peau lors de la mue que le serpent grandit. Mais lorsqu’il est dans cette transition, il est particulièrement vulnérable. Pour avoir des dents solides, il faut d’abord que l’enfant perde ses dents de lait. L’adolescent est lui aussi souvent « mal dans sa peau » lors de cette transformation qui lui permet de mourir à l’enfance pour devenir adulte. L’expression « destruction créatrice » s’applique fort bien à toutes ces situations. Cette formule a été employée par l’économiste Schumpeter pour montrer que l’évolution économique et industrielle se fait toujours sur les décombres de l’ancien. Le progrès technique se fait généralement aux dépens d’un système périmé.

La crise de l’occident n’est pas une crise de jeunesse, c’est une crise du troisième âge, le bel âge, l’âge de la sagesse. L’occident a bien vécu et a atteint sa maturité. Il faut maintenant qu’il apprenne à gérer ses acquis et se prépare à vivre autrement. On ne vit pas à 60 ans comme l’on vit à 20 ans, mais à chaque âge ses plaisirs. A 60 ans, on se retourne un instant pour évaluer le chemin parcouru, on mesure les erreurs commises et l’on apprécie ce que l’on a fait de sa vie. L’occident en est là, il est devenu un peuple de rentiers. Il est temps qu’il fasse un peu d’introspection et d’autocritique afin d’envisager un avenir plus serein, plus apaisé. C’est le temps de mettre de l’ordre dans ses affaires.

L’occident peut se flatter de s’être enrichi, mais dans le même temps, il doit prendre conscience

Avez-vous conservé le reçu, du temps où nous avons vendu notre âme à Wall Street?


qu’il a amélioré considérablement son niveau de vie aux dépens de l’environnement, c’est à dire de son capital. Il a puisé dans la nature les matières premières et l’énergie bon marché qui lui ont permis de s’enrichir. Il va donc falloir changer ses habitudes et devenir plus économe. L’occident a eu le vertige de l’argent, il a été insatiable, il a voulu toujours plus et, chemin faisant, il s’est mis frileusement à l’abri derrière l’Etat Providence. Ce fut son premier signe de vieillissement : la peur de manquer, la peur de ne pas avoir de travail, la peur d’être malade. C’est ainsi que les gouvernements occidentaux se sont ruinés. Le temps est donc venu de réduire son train de vie, il n’y a pas de choix !

J'ai laissé ma conscience me guider et je suis devenu un sociopathe

 Le temps est venu aussi, pour l’Occident, de réviser son échelle des valeurs, sa vision de la vie, ses ambitions pour le monde. Du temps de sa jeunesse, l’occident a été fasciné jusqu’à l’hypnose par les valeurs matérielles, au point de nier les valeurs morales et spirituelles. « Le pire est ce qu’est devenu notre âme », écrivit Vaclav Havel. Le capitalisme et le socialisme convergent totalement sur ce point, là où se situe sans doute notre plus grande faiblesse. Il est donc temps d’envisager d’autres raisons de vivre que la consommation et le paraître. Il va falloir se construire sur d’autres fondements, plus solides pour affronter les rigueurs de l’âge. « Nous ne savons toujours pas mettre la morale au dessus de la politique, de la science et de l’économie… L’intermédiaire entre nous et cette autorité supérieure est appelé traditionnellement, la conscience morale », ajoutait Vaclav Havel.

Les changements vont arriver très vite, il est grand temps de modifier notre vision de la vie et du bonheur, du rôle que nous avons à jouer sur cette terre. La destruction créatrice est déjà à l’œuvre. Chacun de nous est l’artiste qui crée. Nous sommes libres et donc responsables. Demain sera ce que nous en ferons !…

                  BONNE ANNEE A TOUS